Argiope frelon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Argiope bruennichi

Argiope bruennichi est une espèce d'araignées aranéomorphes de la famille des Araneidae. En français elle est communément appelée Argiope frelon, argiope rayée, argiope fasciée ou épeire fasciée.

Distribution[modifier | modifier le code]

Cette espèce originaire de la zone méditerranéenne se rencontre en zone paléarctique, de l'Afrique du Nord à la Scandinavie et jusqu'au Japon, et depuis la fin du XXe siècle davantage en Europe[1].

C'est une espèce qui apprécie les milieux ouverts et ensoleillés. Elle était autrefois particulièrement présente au sud de l'Europe (essentiellement au sud de la Loire en France) et considérée comme rare au nord de cette ligne. En Belgique, elle a été observée pour la première fois en 1874 par Léon Becker à Hastière[2] et elle semble moins rare dans une partie importante du pays en 2009, y compris dans les régions les plus froides en hiver comme l'Ardenne belge[3].

Description[modifier | modifier le code]

Femelle vue du dessus (gauche) et du dessous (droite).

Bien que son camouflage jaune et noir peut laisser croire qu'il serve de protection vis-à-vis de prédateurs qui la prendraient pour un frelon, une étude a démontré que l'alternance des stries jaunes et noires sur le corps de cette espèce doublait en réalité le nombre de ses captures d'insectes en agissant comme leurre visuel rendant l'araignée moins visible pour ses proies, bien qu'au milieu de sa toile[4]. L'Argiope présente un dimorphisme sexuel, le mâle étant plus petit et plus terne que la femelle.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Argiope bruennichi fait partie des espèces d'araignées pratiquant le cannibalisme sexuel systématique avec plus ou moins de succès et la polyandrie. Le mâle, au terme de l'accouplement, abandonne volontairement dans 80 % des cas son appareil copulateur ce qui diminue les chances d'un rival de féconder la même femelle[5] et augmente ses chances de la fuir et de survivre après l'accouplement[6]. Il semble que l'appareil génital des mâles de cette espèce soit particulièrement complexe, notamment du point de vue de la structure, qui n'est pas exclusivement destinée au transfert spermatique, mais semble également jouer un rôle important à la fois dans la sélection par la femelle de son partenaire et dans la capacité de fuite du mâle après copulation grâce à des points de rupture prédéterminés[6]. Après l'accouplement, la femelle pond rapidement 200 à 300 œufs dans un cocon blanc camouflé en brun, composé de soies de structures biochimiques différentes[7], suspendu dans les graminées peu au-dessus du sol. Les œufs hivernent à l'abri du gel.

Les jeunes araignées, après leur première mue, grimpent au sommet d'une brindille et filent un soie le fil de la Vierge qui sert de voile et les emportent dans les airs.


Un insectes parasite, le Tromatobia ornata pond des œufs dans les cocons de l'Argiope bruennichi afin que ses larves se nourrissent des œufs de l'araignée[8],[9].

Comportement[modifier | modifier le code]

L'argiope frelon est une araignée orbitèle. Pour chasser, elle bâtit une toile géométrique (orbiculaire, forme proche du cercle) dans la végétation, à moins d'un mètre de hauteur du sol. Elle fait sa toile dans les hautes herbes et les champs en friche ou dans les vallées chaudes et humides. On la rencontre également à la limite des bois. Cette toile comporte de 19 à 41 rayons (généralement 30) dont l'élaboration prend environ une heure à l'aube ou au crépuscule.

De nombreuses théories ont été avancées pour expliquer la présence du stabilimentum, motif blanc de soie en zig-zag qui se trouve sur la toile. L'une d'elles propose qu'il contribue à attirer les proies du fait de sa grande brillance dans le spectre des ultra-violets que les insectes perçoivent. Une autre zone de soie plus dense se trouve également au centre de la toile. Une autre théorie expliquerait la présence du stabilimentum afin de renforcer la toile.

L'araignée immobilise sa proie grâce à un venin paralysant. Il est inoculé par l'intermédiaire des crochets portés par les chélicères au sommet desquels s'ouvre un minuscule orifice. Comme chez les autres araignées, Argiope bruennichi digère les chairs de sa proie, grâce à son venin et surtout aux sucs digestifs que l'araignée régurgite. Elle se nourrit principalement de sauterelles, de mouches et d'abeilles, et peut dévorer jusqu'à quatre sauterelles par jour.

Le célèbre écrivain entomologiste Jean-Henri Fabre a consacré plusieurs chapitres de ses Souvenirs entomologiques (8e et 9e Séries) à cette espèce, qu'il appelle toujours épeire fasciée.

Taxonomie[modifier | modifier le code]

Liste des sous-espèces[modifier | modifier le code]

Selon The World Spider Catalog 11.0[10] :

  • Argiope bruennichi bruennichi (Scopoli, 1772)
  • Argiope bruennichi nigrofasciata Franganillo, 1910 du Portugal

Synonymes[modifier | modifier le code]

  • Aranea brünnichii Scopoli, 1772
  • Aranea speciosa Pallas, 1773
  • Aranea fasciata Fabricius, 1775
  • Aranea zebra Sulzer, 1776
  • Aranea formosa Cyrillus, 1787
  • Aranea pulchra Razoumowsky, 1787
  • Aranea caspia Gmelin, 1789
  • Aranea phragmitis Rossi, 1790
  • Miranda transalpina C. L. Koch, 1835
  • Argiope bruennichi orientalis Strand, 1907
  • Miranda zabonica Chamberlin, 1924

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La nature en piste, documentaire du 21 novembre 2011, diffusé sur Arte
  2. Barenbrug, Drugmand et Hofmans (pdf)
  3. J. Rommes, 2009, Une conquérante appelée à régner, Natagora 33 : 20-21 de septembre-octobre 2009
  4. (en) Function of bright coloration in the wasp spider Argiope bruennichi (Araneae: Araneidae) par Bush AA, Yu DW, Herberstein ME dans Proceedings of the Royal Society Biol Sci. 2008 Jun 7;275(1640):1337-42
  5. (en) Genital damage in the orb-web spider Argiope bruennichi (Araneae: Araneidae) increases paternity success dans Behavioral Ecology (Volume 18, Page 174-181, 2007)
  6. a et b (en) Copulatory mechanism in a sexually cannibalistic spider with genital mutilation (Araneae: Araneidae: Argiope bruennichi) par G Uhl, SH Nesslerb et J Schneider dans Zoology Volume 110, Issue 5, 1 December 2007, p.398-408
  7. (en) Novel Molecular and Mechanical Properties of Egg Case Silk from Wasp Spider, Argiope bruennichi par AI Zhao et al. dans Biochemistry, 2006, 45(10), pp 3348–3356
  8. Christine Rollard (1985), Sur le développement et la biologie d'un hyménoptère Tromatobia ornata consommateur des œufs de l'araignée Argiope bruennichi, Bulletin de la Société scientifique de Bretagne, (57) (3, 4) : 143-148.
  9. Christine Rollard (1990), Approche écobiologique de l'interaction araignée/insecte arachnophage à travers l'exemple d'Argiope bruennichi / Tromatobia Ornata. Bulletin de la Société de zoologie française, (115) (4) : 379-385.
  10. The World Spider Catalog

Annexes[modifier | modifier le code]

Publication originale[modifier | modifier le code]

  • Scopoli, 1772 : Observationes zoologicae. Annus V, Historico-naturalis. Lipsiae, p. 70-128.

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]