Michel Tapié

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Tapie.
Gabriel Tapié de Céleyran

Michel Tapié (de son nom complet, Michel Tapié de Céleyran), né[1] le 26 février 1909 au château de Mauriac (Tarn) et mort le 30 juillet 1987 à Paris, est un critique d'art français. Il fut aussi musicien, peintre, sculpteur, organisateur d'expositions et théoricien de l'art avec une influence internationale.
Il est à l'origine de la formule « art informel », qui fut employée dans son ouvrage le plus connu, Un art autre, publié en 1952.

Michel Tapié est le petit neveu du peintre Henri de Toulouse-Lautrec. Il se marie avec Simone Bry le 10 avril 1934 ; ils ont 7 enfants, dont deux décèdent en bas âge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa formation initiale se déroule dans des collèges jésuites en Espagne puis à Poitiers.

Musicien autodidacte, Tapié quitte Toulouse pour arriver à Paris à la fin des années 1920. À l'académie moderne, il suit les cours de Fernand Léger et d'Amédée Ozenfant.

Tapié, artiste[modifier | modifier le code]

Tapié commence sa carrière comme artiste : il est peintre, sculpteur et joue de la musique pour gagner sa vie. Son atelier est contre celui de Jean Dubuffet dans le Montparnasse de l'après-guerre.

Le musicien[modifier | modifier le code]

Tapié joue du piano, du vibraphone, de la clarinette, du saxophone et de la contrebasse. Il est membre du Hot Club de France et joue avec le Hot Club de Toulouse[2]. Il fait partie de nombreux orchestres (Mic Hot Band à Toulouse, Ducretet-Thompson, Aimable et son orchestre, l'orchestre du cabaret La Rose Rouge...), il organise des événements avec les Réverbères qu'il a fondé avec Jean Marembert[3].

Le peintre et sculpteur[modifier | modifier le code]

Cette partie de sa vie est probablement la moins connue. Tapié pratique le vitrail, la sculpture sur bois, le dessin et la peinture. Son style est marqué notamment par Ozenfant. Dans les thèmes abordés on trouve des nus, des scènes de boxe et de cirque, des scènes bibliques principalement tirées de l'Ancien Testament et des dessins d'univers imaginaires. Il a participé avec deux sculptures à l'exposition du 1938 à la galerie Colette Allendy "H.W.P.S.M.T.B" (Hartung, Wols, Picabia, Stahly, Mathieu, Bryen).

Tapié, critique d'art et théoricien[modifier | modifier le code]

Il synthétise sa théorie esthétique dans son ouvrage de 1969, Esthétique, mais on peut noter que dès l'époque des réverbères, il développe certains concepts de son esthétique comme celui de « l'art de vivre » (Les Réverbères n°3, article de Michel Tapié l'art de vivre, l'art de peindre, page 3, 18 octobre 1938).

Il y a trois influences majeures pour comprendre les théories de Tapié : Tristan Tzara, les mathématiques et la philosophie particulièrement Nietzsche et Bertrand Russell. On trouve dans sa bibliothèque de nombreux ouvrages scientifiques concernant notamment la physique quantique, l'algèbre et la théorie des ensembles.

Il développe une théorie esthétique qui est selon lui nécessaire car depuis Dada, nous avons « changé de valeurs » et en l'absence de grille de lecture, nos ne pouvons pas apprécier l'art abstrait. Il s'appuie sur la théorie des ensembles mathématiques pour expliquer que le système « classique » qui appréciait une œuvre en se basant sur une représentation à trois dimensions n'est plus que le sous-ensemble d'un espace généralisé à n dimensions. Il y a donc rupture avec la tabula rasa de Dada qui nous fait changer de système de valeur et en même temps continuité puisque le précédent système de représentation n'est pas effacé mais « généralisé ».

Tapié, conseiller artistique[modifier | modifier le code]

Très vite dans l'après-guerre, Tapié va travailler dans des galeries comme conseiller artistique. Elles sont citées ci-dessous dans l'ordre chronologique.

René Drouin 1946 - 1950[modifier | modifier le code]

Le passage de Tapié chez Drouin est marqué par sa participation aux foyers de l'Art Brut, l'exposition débutée le 5 mars 1946 : "Mirobolus, Macadam et Cie Hautes pâtes de Jean Dubuffet", l'exposition rétrospective "Picabia 50 ans de plaisir" de février 1949, l'exposition consacrée à Matta en mai 1949 et celle consacrée à Max Ernst en 1950.

Fachetti[modifier | modifier le code]

Michel Tapié devient le conseiller artistique de Paul Facchetti en 1951 quand celui-ci ouvre "Le Studio", rue de Lille à Paris, une nouvelle galerie d'art qui défend l'abstraction lyrique et contribue à faire découvrir l'expressionnisme abstrait américain.

Rive Droite[modifier | modifier le code]

82, rue du Faubourg St Honoré, il y a travailla durant de nombreuses années en compagnie de sa fille cadette, Frédérique Tapié de Céleyran et sous la direction de Jean Larcade, directeur de la galerie.

Stadler[modifier | modifier le code]

Quand en 1955 Rodolphe Stadler ouvre sa galerie au 51 rue de Seine à Paris, c'est Michel Tapié qu'il choisit comme conseiller artistique.

Cyrus[modifier | modifier le code]

Tapié, hors de France[modifier | modifier le code]

Il a rapidement pris la dimension internationale de l'art abstrait et voyage beaucoup. Il ira plusieurs fois au Japon et aux États-Unis. Il sera très proche de l'Italie où il fonde à Turin le International Center of Art Research.

Italie[modifier | modifier le code]

Japon[modifier | modifier le code]

{{En 1958, il découvre le mouvement Gutaï au Japon. C'est un forme d'art abstrait reposant sur les performances et le rapport du corps et de l'esprit avec la nature en relation avec l'art puisque l'art c'est la vie. Il est à mettre en parallèle avec le mouvement occidentale fluxus.}}

États-Unis[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Louis Ferrier; Yann Le Pichon. L'aventure de l'art au XXe siècle (Paris : Chêne, 1999) ISBN 2842771818; ISBN 9782842771812 (lien Worldcat: [1])
  • Luigi Moretti; Michel Tapié. Le baroque généralisé : manifeste du baroque ensembliste (Torino : Edizioni del Dioscuro, 1965) OCLC 57403312 (lien Worldcat: [2])
  • Michel Tapié. Un art autre où il s'agit de nouveaux dévidages du réel (Paris, Gabriel-Giraud et fils, 1952) OCLC 1110556 (lien Worldcat: [3])
  • Michel Tapié; Georges Mathieu; Stable Gallery (New York, N.Y.). The significant message of Georges Mathieu (Langue : Anglais; Éditeur : [New York : Stable Gallery, 1952]) OCLC 79307225 (lien Worldcat: [4])
  • Michel Tapié; Elaine Hamilton; International Center of Aesthetic Research. Michel Tapié presents Elaine Hamilton : [exhibition] International Center of Aesthetic Research, Turin (Italia), 1969. OCLC 78457310 (lien Worldcat [5])
  • Michel Tapié. Pollock (Paris, P. Facchetti, 1952) OCLC 30601793 (lien Worldcat: [6])
  • Michel Tapié; Instituto Torquato de di Tella. Centro de Artes Visuales. Intuiciones y realizaciones formales : exposición de obras seleccionadas por Michel Tapié, Centro de Artes Visuales, Instituto Torcuato di Tella ... Buenos Aires ... del 14 de agosto al 4 de setiembre de 1964 (Buenos Aires : El Instituto, 1964) OCLC 7889303 (lien Worldcat: [7])
  • Jirō Yoshihara; Shōzō Shimamoto; Michel Tapié; Gutai Bijutsu Kyōkai. Gutai (Japonais Type : Publication en série : Périodique; 具体美術協会, Nishinomiya-shi : Gutai Bijutsu Kyōkai, 1955-1965) OCLC 53194339 (lien Worldcat: [8])
  • Michel Tapié "Morphologie autre" Edizioni d'arte Fratelli Pozzo - Torino - 1960
  • Michel Tapié, Art et continuité, Edizione della corona, Turin, 1956
  • Michel Tapié, Introduction à la connaissance esthétique, International Center of Art research, Turin, 1967
  • Michel Tapié, Introduction à la connaissance esthétique (II), International Center of Art research, Turin, 1967
  • Michel Tapié, Esthétique, International Center of Art research, Turin, 1969
  • Michel Tapié, Introduction à la connaissance esthétique (III) - Espace généralisés, International Center of Art research, Turin, 1969
  • Michel Tapié, Introduction à la connaissance esthétique (IV) - préface pour une esthétique essentielle, International Center of Art research, Turin, 1971
  • Michel Tapié, Espaces généralisés, Edizioni del discuro, Torino, 1965
  • Michel Tapié, Luigi Moretti, Le Baroque généralisé, Manifeste du baroque ensembliste, Edizioni del discuro, Torino, 1965
  • Michel Tapié, À propos de Hultberg, Moreni, Sallès, Claire Falkenstein, Galerie Rive Droite, Paris, 1956
  • Michel Tapié, Pour un haut devenir du comportement artistique, Galerie Stadler, Paris, 1964
  • Michel Tapié, Luigi Moretti, Friedrich Bayl, Musée-Manifeste, Edizioni d'arte fratelli pozzo - Torino, 1969

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice d'autorité du catalogue de la BNF. N.B. : la notice indique, pour le lieu de naissance, Mauriac (Cantal) ; considérant son ascendance tarnaise, cela semble douteux.
  2. Cf. De briques et de jazz de Charles Schaetter.
  3. Cf. Histoire du surréalisme sous l’Occupation, Les Réverbères – La Main à la Plume de Michel Faure.