Michael Thomas Mann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mann.

Michael Thomas Mann, né à Munich le 21 avril 1919 et mort à Orinda le 1er janvier 1977, est un musicien de nationalité allemande. Il a également enseigné la littérature allemande.

Biographie[modifier | modifier le code]

Michael Mann est le plus jeune enfant de l'écrivain Thomas Mann et de son épouse Katia Mann. Surnommé « Bibi » au sein de sa famille, il grandit à Munich, où il fréquente le Wilhelmsgymnasium. Il est ensuite envoyé comme interne au Schloss Neubeuern. En 1933, il accompagne ses parents dans leur exil, en Suisse puis aux États-Unis. Le 6 mars 1939 à New York, il épouse Gretchen Moser (1916-2007). Le couple aura deux enfants, Frido et Anthony Mann, dit Toni, ainsi qu'une fille adoptive prénommée Raju.

Il étudie le violon et l'alto à Paris, Zurich et New York. Après avoir mené une carrière de violoniste dans plusieurs orchestres (entre autres, l'Orchestre symphonique de San Francisco, où il joue de 1942 à 1947), il donne, en tant que violon-solo, des concerts aux États-Unis et en Europe en 1949. En 1951, il effectue une tournée de concerts avec le pianiste Yaltah Menuhin (1921-2001), sœur de Yehudi Menuhin. Celle-ci est interrompue, à la suite de la révélation d'une liaison entre les deux artistes. Cette rumeur met en péril son mariage et sa carrière musicale. En 1953, il entreprend une tournée mondiale qui le conduit au Japon et en Inde.

En 1957, il décide de renoncer à la musique, pour une raison inconnue. Selon l'autobiographie de Katia Mann (Meine ungeschriebenen Memoiren, en français : Mes mémoires non-écrites), il était épuisé par son travail. Après avoir étudié la littérature allemande à l'université Harvard, il l'enseigne de 1964 à 1977 en tant que professeur à l'université de Berkeley en Californie. Il reçoit en 1968 le prix Schubart.

Il meurt à Orinda, en Californie, par l'absorption d'un mélange mortel d'alcool et de barbituriques, à la veille du Nouvel An 1977. À l'instar de son frère Klaus, aux obsèques duquel il avait été le seul membre de la famille Mann présent à Cannes en 1949, il semble qu'il ait choisi le suicide. Il est inhumé à Kilchberg, près de Zurich, dans le caveau familial.

Discographie[modifier | modifier le code]

Écrits[modifier | modifier le code]

  • Heinrich Heine, Zeitungsberichte über Musik und Malerei, Francfort-sur-le-Main, Insel Verlag, 1964
  • Das Thomas Mann Buch : eine innere Biographie in Selbstzeugnissen (éditeur), 1965
  • Heinrich Heines Musikkritiken, Hoffmann & Campe, Hambourg, 1971 (ISBN 3-455-03111-0)
  • Sturm-und-Drang-Drama. Studien und Vorstudien zu Schillers Räubern, Francke, Berne/Munich, 1974 (ISBN 3-7720-1080-6)
  • Schuld und Segen im Werk Thomas Manns, Weiland, Lübeck, 1975
  • Fragmente eines Lebens. Lebensbericht und Auswahl seiner Schriften (posthume), avec Frederic C. Tubach, Sally Patterson Tubach, Edition Spangenberg im Ellermann-Verlag, Munich, 1983 (ISBN 3-7707-0205-0)

Source[modifier | modifier le code]