Metzengerstein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Metzengerstein
Image illustrative de l'article Metzengerstein
Illustration de Byam Shaw pour une édition de 1909.
Publication
Auteur Edgar Allan Poe
Titre d'origine Metzengerstein
Langue Anglais
Parution Drapeau : États-Unis 14 janvier 1832
Philadelphia Saturday Courier
Traduction française
Traduction Charles Baudelaire
Intrigue
Genre Conte fantastique
Nouvelle précédente/suivante
Précédent Poems, second edition Le Duc de l'Omelette Suivant

Metzengerstein, sous-titré dès la seconde édition « un conte imité de l'allemand » (en anglais, Metzengerstein. A Tale in Imitation of the German) est la première nouvelle de l'écrivain américain Edgar Allan Poe à être publiée. Elle est parue le 14 janvier 1832 dans le Philadelphia Saturday Courier.

Résumé[modifier | modifier le code]

L'histoire se situe en Hongrie, dans une région forestière de la Transylvanie, après l'expulsion des Ottomans du territoire en 1763. L'intrigue repose sur la haine opposant deux familles nobles germano-hongroises, à la suite d'une ancienne querelle. La première est représentée par le jeune Frederick, baron Metzengerstein, entré en possession de ses domaines à l'âge de dix-huit ans à la suite du décès de ses parents, qui mène une vie de débauche et tyrannise ses vassaux, la seconde par le vieux Wilhelm, comte Berlifitzing, qui a du sang turc dans les veines. Frederick entretient sa haine en contemplant régulièrement une tapisserie qui représente la chute du château de Metzengerstein, à l'époque de la Bataille de Mohács (1526). Elle représente un ancêtre turc de Berlifitzing, monté sur un cheval gigantesque, au moment où un Metzengerstein le tue d'un coup de poignard. Une nuit, un incendie se déclare dans les écuries du château Berlifitzing — évènement dont le voisinage le juge responsable —, et le comte trouve la mort en tentant de sauver son haras. Toutefois, un cheval s'échappe des flammes. Aucun domestique de Berlifitzing ne le reconnaissant comme une propriété du comte, malgré les indices contraires, Metzengerstein le fait sien[1].

À la suite de ces évènements, Metzengerstein s'isole des gens de sa classe, s'attachant uniquement au mystérieux cheval, dont les qualités physiques s'avèrent tout à fait remarquables. Une nuit de tempête, Metzengerstein part avec le cheval dans la forêt. Pendant son absence, son château prend feu. Peu après, le cheval entraîne son cavalier dans une course effrénée, sans que Metzengerstein puisse s'y opposer, malgré ses efforts, et se jette avec lui dans les flammes.

Éditions[modifier | modifier le code]

Première réimpression autorisée de la nouvelle, dans le Southern Literary Messenger en janvier 1836.

À l'origine de ce conte, on trouve un concours lancé par le Philadelphia Saturday Courier. Poe a envoyé cinq contes, mais n'a pas obtenu le prix de cent dollars. Le périodique les publie malgré tout, sans indiquer le nom de leur auteur[2] : Metzengerstein le 14 janvier 1832, Le Duc de l'Omelette le 3 mars, Un événement à Jérusalem le 9 juin, Perte d'haleine le 10 novembre, Bon-Bon le 1er décembre. Le sous-titre, « Un conte imité de l'allemand », a été ajouté lors de sa réédition dans le Southern Literary Messenger en janvier 1836, de manière à profiter de l'intérêt du public pour l'horreur allemande[3].

Poe envisage de l'inclure dans un recueil de contes intitulé les Contes de l'In-Folio (Tales of the Folio Club), mais son projet n'aboutit pas[4]. Le « Folio Club » est une société littéraire fictive qui se réunit une fois part mois pour écouter une histoire, présentée par l'un de ses membres. Le Baltimore Saturday Visiter a publié un appel aux souscripteurs, la somme demandée s'élevant à un dollar. La semaine suivante, toutefois, le journal annonce que l'auteur a retiré ses contes, dans l'espoir de les éditer à Philadelphie[5]. Poe a également projeté de publier ce conte sous le titre Le cheval sombre (The Horse-Shade) dans un autre recueil de nouvelles, Phantasy Pieces, mais celui-ci n'a jamais été édité[6]. Il l'a finalement intégré dans les Contes du grotesque et de l'arabesque, en 1840[7].

Dans un passage retiré dès la seconde édition, le jeune baron évoque le décès de sa mère, morte de consomption : « La belle madame Marie ! Comment put-elle venir à mourir ? — et de consomption ! Mais voilà un chemin que j'ai prié le ciel de me faire suivre. Je voudrais que tous ceux que j'aime mourussent de cette douce maladie. Qu'il est glorieux de s'en aller en la plus belle saison de son jeune sang — le cœur tout passion l'imagination tout flamme — parmi les ressouvenances de jours plus heureux — au déclin de l'année — et d'être ainsi enseveli pour toujours dans la magnificence des feuilles d'automne ! Ainsi mourut madame Marie. »

Accueil et influence[modifier | modifier le code]

Joseph C. Neal évoque le caractère allemand de Metzengerstein et des autres histoires des Contes du grotesque et de l'arabesque dans sa recension, parue dans le Pennsylvanian le 6 décembre 1839 : « Ces parties grotesques et arabesques sont pleines de variété, ensuite irrésistiblement pittoresques et drôles, et encore marquées par tout l'intérêt profond et douloureux de l'école allemande »[8].

Admirateur de Poe, Rudyard Kipling a écrit : « Ma propre dette personnelle à l'égard de Poe est lourde ». L'une de ses histoires, The Phantom Rickshaw, est inspirée notamment de Metzengerstein, le protagoniste étant puni par le cheval de celui qu'il avait assassiné[9].

Analyse[modifier | modifier le code]

Metzengerstein suit les conventions du roman gothique, notamment le sombre château antique, typique de ce genre de littérature. L'histoire reprend également, signale Dawn Sova, des thèmes propres au gothique : l'« allusion à de secrètes obsessions et à des péchés, des prophéties prémonitoires, la rivalité familiale »[10]. Ces conventions propres au gothique alimentent la création fictionnelle européenne et américaine depuis des décennies quand Poe les utilise à son tour[11].

Un désaccord oppose critiques et commentateurs[10], concernant cette histoire sous-titrée « un conte imité de l'allemand ». Les uns y voient une parodie, exagérant à dessein les thèmes gothiques dans un but satirique ou burlesque[12],[13],[14],[15],[16]. Entre autres preuves, ils signalent que l'écriture de Metzengerstein se situe dans un contexte d'œuvres non « sérieuses » : les quatre autres histoires publiées par Poe en 1832 relèvent du genre comique, avec une intention « pour moitié badine, pour moitié satirique », selon le mot de Poe[17], et les cinq nouvelles appartiennent au cycle du Club de l'In-Folio, dont la préface témoigne d'une volonté parodique et satirique. De même, le rôle accordé à « la métempsycose dans le conte semble participer », selon claude Richard, de cette « de intention satirique et parodique lorsque l'on sait que, longtemps après la première publication de Metzengerstein, mais avant l'addition » de la note qui figure dans le conte, « Poe avait eu l'occasion de donner son opinion sur les écrivains qui ont recours à cette "science" pour leurs effets »[18]. L'ironie a aussi un rôle humoristique dans l'histoire : en dépit de la prophétie familiale, suivant laquelle « la mortalité de Metzengerstein triomphera de l’immortalité de Berlifitzing », c'est le contraire qui se passe[19].

Pour les autres, Poe a cherché à montrer qu'il pouvait écrire de telles histoires, publiées à l'époque dans le Blackwood's Edinburgh Magazine, et rend hommage au Shauerroman[1]. Ils expliquent notamment que, lors des diverses rééditions, Poe a révisé son texte et que les éléments gothiques les plus outranciers ont été supprimés[20].

Le ton allemand, et plus généralement européen, donne à l'histoire une ambiance médiévale, bien que l'époque et le lieu où se situent l'intrigue ne soit pas précisés[21]. Son atmosphère mêle des mondes réalistes et surnaturels dans la description des états émotionnels pathologiques. Des auteurs ont supposé qu'il avait pu être influencé par les œuvres de Ludwig Tieck et d'Ernst Theodor Amadeus Hoffmann[17]. Toutefois, Poe n'a qu'une connaissance extrêmement superficielle de l'œuvre de Tieck, et l'on ne trouve que de très rares allusions à cet auteur dans ses textes. De même, Poe n'a jamais connu Hoffmann qu'indirectement, par l'intermédiaire de l'article que lui a consacré Walter Scott dans le Foreign Quaterly Review en 1827, « On the Supernatural in Fictitious Compositions : Works of Hoffmann », et de l'ouvrage de Longfellow, Hyperion (1839)[22],[23]. James Hutchison considère, pour sa part, que ce conte prépare La Chute de la maison Usher[21].

Extrait

Les yeux, tout à l'heure invisibles, contenaient maintenant une expression énergique et humaine, et ils brillaient d'un rouge ardent et extraordinaire ; et les lèvres distendues de ce cheval à la physionomie enragée laissaient pleinement apercevoir ses dents sépulcrales et dégoûtantes[24].

Parmi les éléments présents dans Metzengerstein et que l'on retrouve dans des textes ultérieurs, on a signalé le bâtiment sombre et délabré avec des chambres bizarrement bâties, l'isolement de la propriété, à l'écart, les couleurs vives et les voûtes souterraines, ainsi que les thèmes de la vengeance et de la puissance écrasante du mal[17]. Plusieurs histoires comportent également, selon Daniel Hoffman, des protagonistes ayant hérité d'une grande fortune, comme Roderick Usher ou le narrateur de Ligeia ou restaurant leur situation financière, comme Legrand dans Le Scarabée d'or[25]. On a également évoqué le thème symbolique des dents, qui renvoient dans Metzengerstein aux dents « sépulcrales et dégoûtantes » du cheval. Elles réapparaissent comme un signe de mortalité dans La Vérité sur le cas de M. Valdemar, où les lèvres du personnage, « mesmérisé », se tordent sur ses dents, dans Hop-Frog, où le protagoniste grince des dents, et dans Bérénice, où elles sont le seul élément sain de l'héroïne, dans son agonie, et obsèdent le narrateur, Egæus[26]. La mort par les flammes a elle aussi été réemployée dans Hop-Frog comme forme de punition[27]. Bien que Poe ait voulu égaler, selon certains auteurs, les fictions d'horreur populaires de l'époque (les autres considérant que son but était au contraire de s'en moquer), Metzengerstein comporte, selon Harry Poe, ce qui permet de distinguer ses histoires d'horreur : plutôt que de se concentrer sur le sang et le gore, il explore l'esprit de ses personnages pour mieux les comprendre[28].

Des auteurs ont voulu voir des traits autobiographiques dans ce conte[29]. La description du château rappelle Moldavia, la maison de John Allan, le père adoptif de Poe, à Richmond[2]. Si l'on suit cette lecture, le comte représenterait John Allan et Poe le jeune Metzengerstein[30], d'autant que, comme son personnage, il a perdu ses parents à un jeune âge[2]. D'après eux, Poe peut avoir trouvé un caractère thérapeutique dans l'écriture de cette histoire : il y détruit John Allan, mais s'y détruit lui-même en retour[31]. Enfin, dans la scène finale de l'incendie, Poe aurait évoqué l'incendie fatal du théâtre de Richmond de décembre 1811, advenu trois semaines après le décès de sa mère, l'actrice Elizabeth Poe[17],[21].

Cette lecture a été vivement critiquée, Georges Walter jugeant au contraire que Metzengerstein, « héros négatif [...], adepte hongrois de la métempsycose », est l'archétype du personnage dominé par la fancy[32].

Adaptations[modifier | modifier le code]

Metzengerstein a fait l'objet d'une adaptation cinématographique de Roger Vadim dans le film à sketch franco-italien Histoires extraordinaires en 1968, avec Jane et Peter Fonda dans les rôles principaux, même si l'intrigue est très éloignée du conte de Poe[10].

Le compositeur roumain Joan Balan a écrit en 1934 une partition pour piano tirée de ce conte et intitulée Das Feuerpferd (Le cheval de feu)[33].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Eric W. Carlson, A companion to Poe studies, Greenwood Publishing Group,‎ 1996, 604 p. (lire en ligne), p. 113
  2. a, b et c Kenneth Silverman, Edgar A. Poe: Mournful and Never-ending Remembrance, New York, Harper Perennial,‎ 1991 (ISBN 0060923318), p. 88.
  3. Arthur Hobson Quinn, Edgar Allan Poe: A Critical Biography, Johns Hopkins University Press,‎ 1998 (ISBN 0801857309), p. 192.
  4. Alexander Hammond, « A Reconstruction of Poe's 1833 Tales of the Folio Club, Preliminary Notes », Poe Studies, vol. V, no 2,‎ décembre 1972, p. 29.
  5. Kenneth Silverman, Edgar A. Poe: Mournful and Never-ending Remembrance, New York, Harper Perennial,‎ 1991 (ISBN 0060923318), p. 92-93.
  6. Arthur Hobson Quinn, Edgar Allan Poe: A Critical Biography, Johns Hopkins University Press,‎ 1998 (ISBN 0801857309), p. 336-337.
  7. Benjamin Franklin Fisher, On Poe: The Best from « American Literature », Durham, Duke University Press,‎ 1993 (ISBN 0822313111), « Poe's Metzengerstein: Not a Hoax », p. 145.
  8. Dwight Thomas et David K. Jackson, The Poe Log: A Documentary Life of Edgar Allan Poe, 1809–1849, Boston, G. K. Hall & Co.,‎ 1987 (ISBN 0816187347), p. 279.
  9. Jeffrey Meyers, Edgar Allan Poe: His Life and Legacy, New York, Cooper Square Press,‎ 1992 (ISBN 0-8154-1038-7), p. 291.
  10. a, b et c Dawn B. Sova, Edgar Allan Poe: A to Z, New York, Checkmark Books,‎ 2001 (ISBN 081604161X), p. 155.
  11. Mark Neimeyer, The Cambridge Companion to Edgar Allan Poe, New York, Cambridge University Press,‎ 2002 (ISBN 0521797276), « Poe and popular culture », p. 208.
  12. William Bittner, Poe: A Biography, Boston, Little, Brown and Company,‎ 1962, p. 85-86.
  13. Benjamin Franklin Fisher, On Poe: The Best from "American Literature, Durham, Duke University Press,‎ 1993 (ISBN 0822313111), « Poe's Metzengerstein: Not a Hoax », p. 142.
  14. Gary Richard Thompson, Poe's fiction, romantic irony in the Gothic tales, University of Wisconsin Press,‎ 1973, 254 p., p. 54.
  15. Roger Bozzetto, Le Fantastique dans tous ses états, Publications de l'Université de Provence,‎ 2001, 247 p., p. 66.
  16. claude Richard, Edgar Allan Poe: journaliste et critique, C. Klincksieck,‎ 1978, 962 p., p. 422.
  17. a, b, c et d Jeffrey Meyers, Edgar Allan Poe: His Life and Legacy, New York, Cooper Square Press,‎ 1992 (ISBN 0-8154-1038-7), p. 64.
  18. claude Richard, Edgar Allan Poe: journaliste et critique, C. Klincksieck,‎ 1978, 962 p., p. 260 et 264.
  19. David Leverenz et J. Gerald Kennedy (dir.), The Historical Guide to Edgar Allan Poe, New York, Oxford University Press,‎ 2001 (ISBN 0-19-512150-3), « Spanking the Master: Mind-Body Crossings in Poe's Sensationalism », p. 99.
  20. Benjamin Franklin Fisher, On Poe: The Best from "American Literature, Durham, Duke University Press,‎ 1993 (ISBN 0822313111), « Poe's Metzengerstein: Not a Hoax », p. 149.
  21. a, b et c James M. Hutchisson, Poe, Jackson, University Press of Mississippi,‎ 2005 (ISBN 1-57806-721-9), p. 38.
  22. Roger Forclaz, Le Monde d'Edgar Poe, Université de Lausanne,‎ 1974, 611 p., p. 93
  23. claude Richard, Edgar Allan Poe: journaliste et critique, C. Klincksieck,‎ 1978, 962 p., p. 169 et 419.
  24. « Metzengerstein » (trad. Charles Baudelaire) dans Histoires extraordinaires, 1869, p. 430-431
  25. Daniel Hoffman, Poe Poe Poe Poe Poe Poe Poe, Baton Rouge, Louisiana University Press,‎ 1972 (ISBN 0-8071-2321-9[à vérifier : isbn invalide]), p. 186.
  26. J. Gerald Kennedy, Poe, Death, and the Life of Writing, New Haven, Yale University Press,‎ 1987 (ISBN 0300037732), p. 79.
  27. James M. Hutchisson, Poe, Jackson, University Press of Mississippi,‎ 2005 (ISBN 1-57806-721-9), p. 236.
  28. Harry Lee Poe, Edgar Allan Poe: An Illustrated Companion to His Tell-Tale Stories, New York, Metro Books,‎ 2008 (ISBN 9781435104693), p. 54.
  29. René Dubois, Edgar A. Poe et le bouddhisme, Éditions Méssène,‎ 1997, 351 p., p. 236.
  30. William Bittner, Poe: A Biography, Boston, Little, Brown and Company,‎ 1962, p. 85.
  31. William Bittner, Poe: A Biography, Boston, Little, Brown and Company,‎ 1962, p. 86-87.
  32. Georges Walter, Enquête sur Edgar Allan Poe, poète américain, Flammarion,‎ 1991, 560 p., p. 214.
  33. Dawn B. Sova, Edgar Allan Poe: A to Z, New York, Checkmark Books,‎ 2001 (ISBN 081604161X), p. 19.