Merano

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Merano
Merano : Arcades dans la vieille ville
Merano : Arcades dans la vieille ville
Noms
Nom italien Merano
Nom allemand Meran
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Flag of Trentino-South Tyrol.svg Trentin-Haut-Adige 
Province Suedtirol CoA.svg Bolzano  
Code postal 39012
Code ISTAT 021051
Code cadastral F132
Préfixe tel. 0473
Démographie
Gentilé meranesi
Population 38 229 hab. (31-12-2010[1])
Densité 1 470 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 40′ 00″ N 11° 10′ 00″ E / 46.66667, 11.1666746° 40′ 00″ Nord 11° 10′ 00″ Est / 46.66667, 11.16667  
Altitude Min. 325 m – Max. 325 m
Superficie 2 600 ha = 26 km2
Divers
Saint patron San Nicola
Fête patronale 6 décembre
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Trentin-Haut-Adige

Voir sur la carte administrative de Trentin-Haut-Adige
City locator 14.svg
Merano

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Merano

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Merano
Liens
Site web http://www.comune.merano.bz.it/
Territoire communal de Merano

Merano (en allemand, Meran) est une ville italienne d'environ 38 200 habitants située dans la province autonome de Bolzano dans la région du Trentin-Haut-Adige dans le nord-est de l'Italie.

Merano est surtout connue pour être la principale station thermale du Trentin-Haut-Adige, au nord de la plaine du Pô.

Géographie[modifier | modifier le code]

Merano est la deuxième ville de la province après Bolzano. Elle est arrosée par l'Adige.

Elle est au cœur d'une large vallée qui forme un bassin, entouré de montagnes (1500–3335 m), au débouché des val Passiria, val Venosta et val d'Ultimo. Elle est reliée à l'Autriche par la Val Passiria, le col de Monte Giovo et le col du Brenner, au nord-est, et par la Val Venosta et le col de Resia, vers le nord-ouest. La vallée de l'Adige, au sud, ouvre la ville vers Bolzano, Trente et la plaine du Pô.

Le climat adriatique et un air pur et sec ont permis à la ville d'attirer de nombreux scientifiques et artistes par le passé.

Histoire[modifier | modifier le code]

La vallée du Merano a été habitée depuis le troisième millénaire avant J.-C., comme en témoigne la présence de menhirs et d’autres vestiges. L’histoire de la ville commence véritablement en 15 avant J.-C. quand les Romains occupèrent la vallée de l’Adige en y établissant une station routière, la Statio Maiensis.

Merano a obtenu le statut de ville au XIIIe siècle. Ceci fut très important pour la région du Tyrol entre 1418 et 1848.

Après que le comté de Tyrol eut été remis à la famille des Habsbourg en 1363 par la comtesse Margarete Maultasch, Frédéric IV d'Autriche installa la cour à Innsbruck. De ce fait, Meran perdit de son influence et presque toute son importance économique en tant que nœud routier entre l’Allemagne et l’Italie. L’important Hôtel des Finances fut également transféré à Hall en 1477.

Lors de l'occupation française, l’aspiration à la liberté des habitants du Tyrol en 1809 attira de nouveau l’attention sur Merano. Cette année-là, au mont de Merano (Küchelberg) au-dessus de la ville, les Tyroliens remportèrent une victoire sur les troupes françaises et bavaroises.

Carte de la région de Meran en 1888

De 1814 à 1918, la ville de Meran fait (à nouveau) partie de la monarchie autrichienne (empire d'Autriche), puis Autriche-Hongrie (Cisleithanie après le compromis de 1867), chef-lieu du district de même nom, l'un des 21 Bezirkshauptmannschaften dans la province du Tyrol[2].

Après la Première Guerre mondiale, Merano devint italienne à part entière avec le reste du Sud-Tyrol. L’objectif du régime fasciste dans la région était d’assimiler les citoyens de langue allemande par l’afflux massif de ressortissants venant de toute l’Italie. Contrairement à ce qui se passa pour Bolzano, ce fut un échec en raison de négociations habiles des édiles locaux ayant à leur tête le maire Markart. Néanmoins, tous les noms toponymiques d’origine tyrolienne furent interdits et italianisés (même, des noms de famille ne furent plus utilisés jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale).

Économie[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Musée[modifier | modifier le code]

Un Musée du Tourisme au Tyrol du Sud a été ouvert en 2003. Il suit l'évolution chronologique et les implications de celui-ci sur l'économie et la société locale. Ce musée et, avec un jardin botanique, accueilli dans le Château Trauttmansdorff.

Événement[modifier | modifier le code]

En 1981, le championnat du monde d'échecs se joua entre Anatoli Karpov et Viktor Kortchnoï à Merano. La première partie de la comédie musicale Chess évoque le championnat de Merano.

L'ouverture, « variante de Méran » de la défense semi-slave tient son nom d'une partie jouée en 1924 par Ernst Grünfeld et Akiba Rubinstein lors d'un tournoi organisé dans cette ville.


Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
23 mai 2005 en cours Günther Januth SVP  
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Gratsch-Quarazze, Obermais-Maia Alta, Untermais-Maia Bassa, Meran-Merano, Sinich-Sinigo

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Avelengo, Cermes, Lagundo, Lana, Marlengo, Postal, Scena, Tirolo, Verano

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Habitants recensés


Caractéristiques linguistiques[modifier | modifier le code]

Habitants
(recensement 2001)
51,50 % allemand
48,01 % italien
0,49 % ladin

Sports[modifier | modifier le code]

  • L’équipe de handball de Merano, l’une des plus importantes en Italie, a gagné le championnat en 2005.
  • L’équipe de hockey sur glace, le HC Merano, a gagné 2 championnats nationaux mais joue en Serie A2, la seconde division.
  • Le 4 juin 1994, la 14e étape du giro 94 s’est terminée à Merano avec la victoire de Marco Pantani.
  • De nombreuses courses hippiques se déroulent sur l'Hippodrome de Maia, notamment le Grand Prix de Merano.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Personnalités nées à Merano[modifier | modifier le code]

Autres personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Arrivée de l'empereur François-Joseph Ier et l'archiduc François-Ferdinand à Merano, 1900
(F. Behrens)
  • Ferdinand Behrens (de) (1862-1925), peintre et marchand d'art enterré à Merano.
  • Franz Kafka (1883-1924), écrivain tchèque. Il y séjourna plusieurs semaines en étant atteint de la tuberculose. Il y a écrit de nombreuses lettres à sa traductrice tchèque Milena, publiées aujourd'hui et qui montrent la naissance et l'évolution d'une passion amoureuse qui dura peu de temps.
  • Salvatore Satta (1902-1975), juriste et écrivain. Il séjourna dans un sanatorium de Merano. Il fit de ce séjour la matière d'un ouvrage intitulé la Véranda.

Transport[modifier | modifier le code]

  • Avion : Des navettes relient Merano aux aéroports de Milan, Bergame et Vérone.
  • Train : Bolzano à 30-40 min. De Bolzano il y a des trains rapides pour Vérone, Milan, Bologne et l'Autriche.

Plus quelques trains touristiques dans le Tyrol du Sud. Voir horaires ...

Jumelages[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. Die postalischen Abstempelungen auf den österreichischen Postwertzeichen-Ausgaben 1867, 1883 und 1890, Wilhelm KLEIN, 1967