Marie d'Enghien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Enghien (homonymie).
Marie d'Enghien
Image illustrative de l'article Marie d'Enghien
Titre
Reine consort de Naples
23 avril 14076 août 1414
(7 ans, 3 mois et 14 jours)
Prédécesseur Marie de Lusignan
Successeur Jacques II de Bourbon
Comtesse de Lecce
27 juillet 13849 mai 1446
(61 ans, 9 mois et 12 jours)
Prédécesseur Pierre d'Enghien
Successeur Jean Antoine del Balzo-Orsini
Reine consort de Hongrie et de Croatie (titulaire)
Reine consort de Jérusalem (titulaire)
Biographie
Date de naissance 1367
Lieu de naissance Gubbio
Date de décès 9 mai 1446 (à 79 ans)
Lieu de décès Lecce (Naples)
Père Jean d'Enghien
Mère Sancha des Baux
Conjoint Raymond des Ursins des Baux
Ladislas Ier de Naples
Enfant(s) Jean Antoine del Balzo-Orsini

Marie d'Enghien

Marie d'Enghien (née en 1367 à Gubbio et morte le 9 mai 1446 à Lecce) fut reine consort de Naples, comtesse de Lecce et reine consort de Hongrie, reine consort titulaire de Croatie et de Jérusalem.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marie d'Enghien est la fille de Jean d'Enghien, comte de Castro, et de Sancie des Ursins des Baux(?-12 août 1404[1],[2]. Elle descend de la Maison de Brienne par sa grand-mère paternelle Isabelle de Brienne (it) (morte en 1360), qui devient comtesse de Brienne, de Lecce, et duchesse titulaire[3] d'Athènes à la mort de son frère Gautier VI de Brienne à la Bataille de Poitiers.

Comtesse de Lecce[modifier | modifier le code]

Après la mort, entre le 28 mars 1384 et le 27 juillet 1384[4], de son frère Pierre d'Enghien, elle hérite du comté de Lecce qui comprend alors les villages qui entourent la ville depuis Torchiarolo, au nord, jusqu'à Carpignano Salentino au sud, mais aussi des fiefs de Mesagne, Carovigno, Corigliano d’Otranto, Roca Vecchia (it), Gagliano del Capo, Acquarica del Capo et Castro[4]. Elle gouverne d'abord cette seigneurie sous la tutelle de Giovanni dell'Acaya, Baron de Segine (it)[5]et de Pasquale Guarino, Baron de San Cesario.

Cette succession intervient dans une époque qui est troublée, depuis l'élection, le 31 octobre 1378, à Fondi, avec l'appui de la reine Jeanne Ire de Naples, de l'antipape Clément VII, qui conteste la validité de l'élection du pape Urbain VI. Clément VII s'installe à Avignon, où il bénéficie de la double protection du roi de France et de la reine Jeanne qui est aussi Comtesse de Provence. Ainsi commence, la crise de succession pontificale connue sous le nom de Grand Schisme d'Occident.

La crise de succession du royaume de Naples vient doubler la confusion lorsque Charles de Durazzo, décidé de s'emparer de Naples avant que le royaume ne soit dans les mains de Louis Ier d'Anjou-Valois que Jeanne I° a adopté le 29 juin 1380, est investit par Urbain VI, à Saint-Pierre le 10 juin 1381, défait les troupes de sa tante qu'il assiège dans le Castel Nuovo de Naples et qui se rend le 25 août 1381, et reçoit la couronne, dans la cathédrale de Naples, le 25 novembre 1381[6].

Louis Ier d'Anjou-Valois, soucieux de faire valoir ses droits, prend le titre de Duc de Calabre et quitte Paris le 15 juin 1381 pour l'Anjou où il lève des troupes qui doivent lui permettre de s'assurer de la Provence. Louis Ier d'Anjou-Valois rejoint Avignon le 22 février 1382, et obtient à Aix-en-Provence, le 17 avril 1382, le ralliement du clergé, de la haute noblesse provençale et de quelques villes à sa cause[7]. Il revient à Avignon, où il est proclamé roi de Naples, de Sicile et de Jérusalem le 30 mai 1382 par Clément VII[8]. Charles de Durazzo décide alors d'en finir avec la reine Jeanne I° qu'il fait assassiner le 27 juillet 1382. Louis Ier d'Anjou-Valois prend L'Aquila, le 24 septembre 1382[9].

Pierre d'Enghien faisait partie des soutiens de Louis Ier d'Anjou-Valois avant même que Jeanne Ire n'adopte ce dernier. Il figurait, à ce titre, avec le Conte de Conversano dans les instructions secrètes qui furent transmises à la souveraine par les ambassadeurs du Duc d'Anjou, en réponse à sa proposition d'adoption[10]. Marie d'Enghien soutient d'abord Louis II d'Anjou qui vient d'hériter le royaume de Naples de son père et qui décide de la marier, en 1385, malgré l'opposition des habitants de Lecce, avec Raymond des Ursins des Baux (it), duc d'Andrie, comte de Soleto et Seigneur de San Pietro in Galatina, qui vient de prendre son parti contre son rival Charles de Durazzo. Les années qui suivirent furent marqués par les affrontements entre les deux prétendants de la couronne, et le couple oscille longtemps entre les deux camps jusqu'à ce qu'il rejoigne celui de Ladislas d'Anjou-Durazzo, le successeur de Charles de Durazzo qui rend à Raymond des Ursins des Baux, en 1399, la principauté de Tarente dont il est l'héritier le plus légitime[11]

Princesse de Tarente[modifier | modifier le code]

La principauté de Tarente constitue, à cette époque, un « royaume dans le royaume » qui s'étend depuis la Mer Ionienne, c'est-à-dire depuis Policoro et Matera, jusqu'à la Mer Adriatique où ses possessions comprennent Ostuni, Brindisi, Oria, Nardò, Gallipoli, Ugento. La réunion de la principauté avec les biens de Marie d'Enghien et ceux de Raymond des Ursins des Baux, en fait des princes plus puissants encore, mais leur attire les jalousies de certains grands féodaux comme les Sanseverino qui possédent notamment Nardò e Conversano[11].

Marie d'Enghien et de Raymond des Ursins des Baux s'emploient alors à réorganiser l’administration de leurs possessions. Le recueil d'actes juridiques connu sous le nom de « Code de Maria d’Enghien » conserve les trace de leurs activités politiques. Il n'a pas été écrit du vivant de Marie d'Enghien, mais compilé quelques années après sa mort. Il recueille la jurisprudence que doit appliquer le « Concistorium Principis (la Cour de Justice des Princes) », le tribunal d'appel qu'ils ont institué et qui rogne ce privilège royal. Il s'applique au Comté de Lecce et concerne les droits, les taxes sur les hommes et sur les animaux, l'ordre public, l'entretien des murs et des fossés. Marie d'Enghien y apparait comme celle qui gouverne, qui arbitre et décide. On y rencontre souvent l'expression « par la volonté et les ordres de sa majesté la Reine Marie »[12],[13].

Reine consort de Naples[modifier | modifier le code]

À la mort de son mari en 1406, elle est contrainte d'épouser en 1406 son ennemi le roi Ladislas Ier de Naples, dont elle devient la troisième épouse. Ils n'eurent pas d'enfants ensemble. Elle se retrouve, alors en butte à la sœur de Ladislas et son entourage qui la détestait, lors de la mort de Ladislas le 6 août 1414. Jeanne II de Naples, souvent décrite comme cruelle, l'oblige à retourner en ses terres de Tarente. Il ne lui restait plus de reine que le nom.

Descendance[modifier | modifier le code]

Pierre Paul Rubens, copie de la Bataille d'Anghiari par Léonard De Vinci. Allégorie du chevalier à droite serait Jean Orsini.

Les enfants de son premier mariage sont :

  • Marie del Balzo-Orsini, morte en 1410, mariée avec Antoine Acquaviva, duc d'Atri ; ils n'eurent pas d'enfants ;
  • Catherine del Balzo-Orsini ou Catherine de Tarente (grand-mère de Alphonse II de Naples), mariée avec Tristan de Clermont-Lodève, chevalier français auquel elle apporte en dot le titre de comte de Copertino.
  • Jean-Antoine del Balzo-Orsini, il hérite du titre de prince de Tarente.
  • Gabriel del Balzo-Orsini (peut-être un fils illégitime), mort en 1453, comte de Ugento, duc de Venosa, marié avec Giovanna Caracciolo del Sole des ducs de Melfi.

Marie d'Enghien vécut assez longtemps pour voir le mariage de sa petite-fille Isabelle de Tarente, fille de Catherine et Tristan à Ferdinand Ier de Naples en 1444 ; elle mourut à 78 ans.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Marie Enghien

Marie d'Enghien descendait et succédait à des comtes de Lecce dont les aventures, les prouesses ou les échecs étaient quasi mythiques en son temps. Les armoiries théoriques que l'on peut lui attribuer, comportent de nombreuses combinaisons. Ses armes personnelles semble néanmoins été composé de quatre quartiers dont deux (1 et 4) portaient le lion billeté des Brienne sans lambel et les deux autres (2 et 3) le gironné de cinq pièces de sable et cinq pièce d'argent, dont chaque giron de sable est chargé de trois croisettes recroisetées d'or, des Enghiens. Une amphore trouvée lors des fouilles du château de Lecce atteste de leur usage[14].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michela Pastore, Il codice di Maria d'Enghien, Congedo, Galatina 1979.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Trésor de chronologie, d'histoire et de géographie pour l'étude et l'emploi des documents du moyen-âge, Louis de Mas Latrie, chez V. Palmé (Paris), 1889 », sur Bibliothèque nationale de France (consulté le 16 mai 2014)
  2. (it)« Opere di Angelo, Stefano, Bartolomeo, Bonaventura, Gio. Bernardino e Tommaso Tafuri di Nardò. Ristampate ed annotate da M. Tafuri, Volume 2, Stamperia dell'Iride, Napoli, 1851 », sur Google Libri (consulté le 16 mai 2014) : « In eodem anno 12 Augusti, 14 indictionis (38) fo morta madamma Sancia di Baucio, Madre de la Contessa de Lecce »
  3. Le duché ayant été conquis par la Compagnie catalane, la famille ne posséde plus en Grèce que la seigneurie d'Argos.
  4. a et b (it)« Maria d'Enghien, regina di Sicilia, di Andreas Kiesewetter, Dizionario Biografico degli Italiani - Volume 70 (2007) », sur Enciclopedia Treccani (consulté le 17 mai 2014)
  5. Segine prit le d'Acaya en 1535
  6. (it)« Carlo III d'Angiò Durazzo, re di Napoli, detto della Pace, o il Piccolo, di Salvatore Fodali, Dizionario Biografico degli Italiani - Volume 20 (1977) », sur Enciclopedia Treccani (consulté le 17 mai 2014)
  7. (fr)« Partisans et adversaires de Louis d'Anjou pendant la guerre de l'Union d'Aix, Geneviève Xhayet, Provence Historique Fascicule 162, Fédération Historique de Provence (Marseille) 1990 », sur Provence Historique (consulté le 20 mai 2014)
  8. (fr)« Vies des grands capitaines français du moyen âge, Enguerand de Couci, Alexandre Mazas, chez Eugène Devenne (Paris), 1828 », sur Google Livres (consulté le 20 mai 2014)
  9. (fr)« Une ambassade de Rinaldo Orsini et Pierre de Craon à Florence, Milan et Avignon (1383), Edmond-René labande, Mélanges d'archéologie et d'histoire T. 50, 1933. pp. 194-220.. », sur Persée (consulté le 20 mai 2014)
  10. (fr)« Instructions secrètes pour l'adoption de Louis Ier d'Anjou par Jeanne de Naples (janvier 1380), Eugène Jarry, Bibliothèque de l'école des chartes. 1906, tome 67. pp. 234-254. », sur Persée (consulté le 20 mai 2014)
  11. a et b (it)« Da contessa di Lecce a regina di Napoli. Maria d’Enghien, mecenate del primo Rinascimento salentino, Alfredo Sanasi, publié par Marcello Gaballo, le [[29 mai |29]] [[mai 2013 |mai]] [[2013|2013]] », sur Fondazione Terra d’Otranto (consulté le 17 mai 2014)
  12. (it)« Da contessa di Lecce a regina di Napoli. Maria d’Enghien, mecenate del primo Rinascimento salentino (II parte), Alfredo Sanasi, publié par Marcello Gaballo, le [[30 mai |30]] [[mai 2013 |mai]] [[2013|2013]] », sur Fondazione Terra d’Otranto (consulté le 17 mai 2014)
  13. Le titre de « reine » figure dans le « Code de Maria d’Enghien » parce que celui-ci a été compilé alors qu'elle est reine douairière de Naples, mais il aurait aussi pu l'être parce qu'elle descend des rois de Jérusalem, de Chypre et de Sicile.
  14. (it) « La storia del Castello Carlo V, di Lecce, dagli Svevi agli Aragonesi, Benedetto Vetere et Paul Arthur, Laboratorio di Archeologia Medievale, Universita del Salento, Lecce 2013/14 », sur Castello Carlo V, Lecce (consulté le 16 mai 2014)