Marguerite d'Écosse (sainte)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marguerite d'Écosse et Sainte Marguerite.

Marguerite d'Écosse

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Vitrail de la chapelle Sainte-Marguerite d'Édimbourg.

Titre

Reine d'Écosse

1069/10701093

Prédécesseur Ingibiorg Finnsdottir
Successeur Etheldreda
Biographie
Dynastie Maison de Wessex
Distinctions Canonisée en 1250
Sainte patronne de l'Écosse
Décès 16 novembre 1093
Château d'Édimbourg
Sépulture Dunfermline
puis l'Escurial
Père Édouard l'Exilé
Mère Agathe
Conjoint Malcolm III Roi d'Écosse
Enfants Édouard
Edmond
Ethelred
Edgar Roi d'Écosse
Mathilde
Marie
Alexandre Ier Roi d'Écosse
David Ier Roi d'Écosse

Marguerite d'Écosse (morte le 16 novembre 1093) est une princesse anglo-saxonne de la maison de Wessex qui devient reine d'Écosse en épousant le roi Malcolm III vers 1069-1070, après la conquête normande de l'Angleterre. Elle lui donne huit enfants, dont trois futurs rois d'Écosse. Ayant fait preuve d'une grande piété tout au long de sa vie, elle est canonisée en 1250. C'est la sainte patronne de l'Écosse, et bon nombre d'églises et autres établissements publics lui sont dédiés dans la région et ailleurs.

Sources[modifier | modifier le code]

La principale source littéraire concernant Marguerite est une hagiographie rédigée après sa mort par son chapelain Turgot, devenu prieur à Durham. Rédigée vers 1100-1106 à la demande de sa fille, la reine Mathilde d'Angleterre, elle lui attribue plusieurs miracles, et il est difficile pour les historiens d'y démêler le vrai du faux[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1016, la mort du roi Edmond II d'Angleterre permet au Danois Cnut le Grand de régner sur toute l'Angleterre. Les deux jeunes fils d'Edmond, Édouard et Edmond, sont envoyés sur le continent (ou exilés par Cnut). Ils finissent en Hongrie, où est vraisemblablement née Marguerite, la fille d'Édouard et de son épouse Agathe, d'ascendance incertaine[1].

Ce n'est qu'en 1057 qu'Édouard peut rentrer en Angleterre, mais il meurt peu de temps après, laissant trois enfants : Marguerite, Edgar et Christine. Après la conquête normande de l'Angleterre en 1066, la fratrie se réfugie au nord, à la cour d'Écosse. Quelques années plus tard, en 1069 ou en 1070, Marguerite épouse le roi Malcolm III Canmore à Dunfermline[1].

D'après l'hagiographie de Turgot, Marguerite mène une vie exemplaire et s'intéresse particulièrement aux rites de l'Église, tentant de mettre les pratiques écossaises en conformité avec celles observées dans le reste de la chrétienté, tout en respectant certaines spécificités du pays, comme les ermites Céli Dé. Elle meurt le 16 octobre 1093, trois jours après la mort de son époux et de leur fils aîné Édouard lors d'un raid sur le Northumberland ; les deux événements sont peut-être liés. Elle est inhumée auprès de Malcolm en l'abbaye de Dunfermline[1].

Culte[modifier | modifier le code]

Marguerite est canonisée un siècle et demi après sa mort, en 1250, par le pape Innocent IV. En 1673, Clément X la nomme sainte patronne de l'Écosse. Entre-temps, ses restes et ceux de son époux ont été transférés à l'Escurial par le roi Philippe II d'Espagne[1].

Descendance[modifier | modifier le code]

Marguerite et Malcolm ont huit enfants, deux filles et six fils :

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Barrow 2004.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • (en) G. W. S. Barrow, « Margaret [St Margaret] (d. 1093) », dans Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press,‎ 2004 (lire en ligne).
  • A Historical account of the life of St Margaret, with a description of St Margaret's chapel and of Mons Meg. - Edinburgh : Anderson, 1875. Consultable sur la bibliothèque numérique de l'Université Rennes 2