Louis Vicat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
LouisVicatJ.JPG

Louis Joseph Vicat, né le 31 mars 1786 à Nevers et mort le 10 avril 1861 à Grenoble, est un ingénieur français, inventeur du ciment artificiel.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il entre à l'École polytechnique en 1804, puis à l'École des Ponts et Chaussées en 1806.

Il étudie le mécanisme de prise des chaux naturelles et découvre leurs principes d'hydraulicité sur le chantier du pont de Souillac. Cela permet la fabrication de la chaux hydraulique artificielle et du ciment naturel à partir de 1817. Il découvre le clinker, élément constitutif du ciment lent, et permet la fabrication artificielle du ciment Portland (« l'or gris ») à partir de 1840.

Il ne dépose pas de brevet ; le brevet sur le Ciment Portland est déposé par l'Anglais Joseph Aspdin en 1824.

Il invente également l'aiguille Vicat qui permet de déterminer le temps de prise.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Le pont du Jardin des plantes de Grenoble, premier ouvrage au monde en béton coulé, construit en 1855 par Joseph et Louis Vicat.

Cité par Honoré de Balzac dans Le Curé de village en 1841 : « Quelle sera la récompense de Vicat, celui d'entre nous qui a fait faire le seul progrès réel à la science pratique des constructions ? ».

Louis Vicat eut un fils, Joseph Vicat, qui fut son assistant pendant 20 ans puis fonda la Société Vicat en 1853.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Recherches expérimentales sur les chaux de construction, les bétons et les mortiers ordinaires, 1818 [lire en ligne]
  • Recherches sur les propriétés diverses que peuvent acquérir les pierres à ciments et à chaux hydrauliques par l'effet d'une complête cuisson précédées d'observations sur les chaux anormales qui forment le passage des chaux éminemment hydraulique aux ciments, 1840
  • Traité pratique et théorique de la composition des mortiers, ciments et gangues à pouzzolanes et de leurs emploi dans toutes sortes de travaux suivi des moyens d'en apprécier la durée dans les constructions à la mer, 1856

Hommages[modifier | modifier le code]

Son nom est inscrit sur la tour Eiffel. Le lycée des métiers du bâtiment de Souillac porte son nom.

Liens[modifier | modifier le code]

. Notice biographique (ENPC)

Biographie[modifier | modifier le code]

  • Guy Coriono (1997) 250 ans de l'École des Ponts et Chaussées en cent portraits. 222 pp. Presses de l'École Nationale des Ponts et Chaussées, Paris, ISBN 2-85978-271-0.
  • Antoine Picon (1997) L'art de l'Ingénieur. Constructeur, entrepreneur, inventeur. 598 pp. Éditions du Centre Pompidou, Paris, ISBN 2-85850-911-5.


Sur les autres projets Wikimedia :