Livre de Durrow

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Livre de Durrow
Image illustrative de l'article Livre de Durrow
Début de l'évangile de Marc, f.86r
Date fin du VIIe siècle
Technique enluminures sur parchemin
Dimensions (H × L) 24,5 cm × 14,5 cm 248 folios reliés
Localisation Bibliothèque de Trinity College, Dublin (Drapeau de l’Irlande Irlande)
Numéro d'inventaire Ms.57

Le Livre de Durrow (Book of Durrow en anglais) est un évangéliaire manuscrit enluminé de la fin du VIIe siècle. Il a longtemps fait partie du trésor de l'abbaye de Durrow, un monastère du centre de l'Irlande. Il est aujourd'hui conservé au Trinity College (Dublin).

Historique[modifier | modifier le code]

Le livre doit son nom à l'abbaye de Durrow, comté d'Offaly, fondée au cours du VIe siècle par saint Colomba. Trois hypothèses principales ont été émises quant à l'origine du manuscrit. Selon Daibhi O Croinin, le manuscrit a été écrit dans l'abbaye de Durrow, au début du VIIIe siècle, le rapprochant du style d'un autre manuscrit daté entre 703 et 710 (BNF, Lat.10837)[1]. Une autre hypothèse, se fondant sur l'analyse paléographique, y voit une production de Northumbrie, au nord de l'Angleterre, vers la fin du VIIe siècle[2]. Cependant, d'autres analyses paléographiques contredisent cette datation et l'hypothèse de Northumbrie est de moins en moins suivie. Enfin, une troisième hypothèse soutenue par Henderson y voit une origine de Iona en Écosse, toujours à la fin du VIIe siècle[3]. L'analyse textuelle penche plutôt pour une origine irlandaise, tout comme le livre de Kells, l'évangéliaire d'Echternach ou le livre d'Armagh[4].

Le manuscrit est localisé avec certitude à l'abbaye de Durrow entre 877 et 916. Un étui-reliquaire (Cumdach) est fabriqué pour lui sur ordre du roi d'Irlande Flann Mac Mael Sechnaill pour le protéger, car il est alors considéré comme une relique de saint Colomba que le saint aurait lui-même rédigé. Une note dans le manuscrit permet de le localiser encore dans le même monastère à la fin du XIe-début du XIIe siècle. Après la suppression de l'abbaye du cours du XVIe siècle, le livre est localisé dans les environs, chez un particulier qui l'utilise comme remède pour ses animaux malades : il trempe certains feuillets dans l'eau et fait boire celle-ci à son bétail. En 1661, il est donné par l'évêque protestant de Meath Henry Jones au Trinity College de Dublin, en même temps que le livre de Kells. Il est toujours conservé à la bibliothèque du Trinity College, sous la référence Ms.57[5].

Description[modifier | modifier le code]

Le Livre de Durrow contient les Évangiles selon Matthieu, selon Marc, selon Luc et selon Jean. Ils sont précédés de textes qui leur sont fréquemment associés à l'époque : la lettre de saint Jérôme au pape Damase, quatre glossaires de termes hébreux, les tables de canons d'Eusèbe de Césarée, quatre tables des chapitre Capitula ou Breves causae et les quatre prologues des évangiles. Le texte biblique est une version de la Vulgate très proche de l'originale, sans influence irlandaise. L'ordre des évangiles suit aussi la Vulgate mais l'ordre des symboles semble plutôt suivre celui de la Vetus Latina[6].

Le livre contient un double colophon : l'un est rédigé par le scribe du manuscrit, l'autre est recopié d'un ouvrage plus ancien. Ce dernier a été gratté pour y ajouter le nom de Colomba[4].

L’ouvrage, plutôt de petite taille mesure 24,5 mm sur 14,5 et contient 248 feuilles en vélin. Toutes les pages ont été coupées et ne sont plus du tout organisées en cahier comme à l'origine[4]. Il contient onze miniatures en pleine page : la croix, le symbole des évangélistes et une page tapis sont situés en début d'ouvrage, suivent deux pages enluminées au début de chaque évangile (un symbole et une page tapis), sauf pour l'évangile de Matthieu pour lequel il manque son symbole. Chaque évangile commence aussi par une grande lettrine ornée[6].

Les symboles des Évangélistes[modifier | modifier le code]

Les pages tapis[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dominique Barbet-Massin, L'Enluminure et le sacré : Irlande et Grande-Bretagne, VIIe ‑ VIIIe siècles, Presses de l'université Paris-Sorbonne,‎ 2013, 577 p. (ISBN 978-2-84050-860-1), p. 39-40, 46-78
  • (en) Bernard Meehan, The Book of Durrow: A Medieval Masterpiece at Trinity College Dublin, Dublin, Town House,‎ 1996, 96 p. (ISBN 1-57098-053-5)
  • Carl Nordenfalk, Manuscrits Irlandais et Anglo-Saxons : L'enluminure dans les îles Britanniques de 600 à 800, Paris, éditions du Chêne,‎ 1977, 126 p. (ISBN 2-85108-116-0)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dáibhí Ó Cróinín, « Early Echternach fragments with Old Irish glosses », in Kiesel (Georges) (ed.), Schroeder (Jean) (ed.), Willibrord, Apostel der Niederlande, Gründer der Abtei Echternach: Gedenkgabe zum 1250. Todestag des angelsächsischen Missionar im Auftrag des Institut d’Echternach, Luxembourg: Éditions Saint-Paul, 1989. 367 pp. , pp. 135–143.
  2. Brown (Tomas Julian), "Northumbria and the Book of Kells", Anglo-Saxon England, I, 1972, p. 219-246.
  3. (en) George Henderson, From Durrow to Kells: The Insular Gospel-books, 650-800, Thames & Hudson,‎ 1987, 224 p. (ISBN 9780500234747), p. 55
  4. a, b et c Barbet-Massin, p.39
  5. Barbet-Massin, p.38-39
  6. a et b Barbet-Massin, p.40