Colophon (livre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Colophon (imprimerie))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Colophon.

Colophon désigne la note finale d'un manuscrit ou d'un incunable.

La « marque rouge » de Fust et Schoeffer, 1471.
Colophon d'un incunable de la Somme Théologique, imprimé à Venise en 1477, mais qui suit de près la tradition manuscrite (Queen's University)

Description[modifier | modifier le code]

Placé à la fin d'un texte sur une tablette, un rouleau, un manuscrit, le colophon peut contenir des indications sur le nom du scribe ou du copiste, ainsi que la date à laquelle la copie a été faite et autres renseignements sur le paratexte.

Dans les incunables, le colophon reprend parfois le modèle du manuscrit comme dans l'exemplaire ci-joint de la Somme théologique imprimé à Venise en 1477 :

« Explicit prima pars Summae sancti Thome de Aquino, diligentissime castigata, super emendatione magistri Francisci de Neritono per theologos viros religiosos Petrum Cantianum et Joannem Franciscus Venetos. Venetiis MCCCLXXVII »

« Ici se termine la première partie de la Somme de Saint Thomas d'Aquin, très soigneusement éditée, selon les corrections de François de Neritono d'après les théologiens religieux Petrus Cantianus et Johannes Franciscus. À Venise 1477 »

Outre le nom de l'auteur et le titre de l'ouvrage et le lieu d'édition, la date et les noms des éditeurs, comme dans cet exemple, le colophon peut aussi contenir le nombre d´exemplaires imprimés et le temps que le copiste a passé à copier l'ouvrage.

Il peut contenir également un dessin, un symbole ou une devise.

Le colophon disparaît au profit de la page de titre, qui apparaît vers 1475-1480[1] et qui reprend les mêmes indications mais cette fois-ci en tête d'ouvrage. L'équivalent moderne du colophon est appelé « achevé d'imprimer ».

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le colophon vient du grec ancien κολοφών : « couronnement, achèvement »[2]. Ce sont les humanistes qui ont popularisé ce terme.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Febvre & Martin 1958, p. 153.
  2. Dictionnaire historique de la langue française, dir. Alain Rey, Paris, Le Robert, 1994, vol. 1, p. 449

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]