Liliuokalani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Liliʻuokalani
Image illustrative de l'article Liliuokalani
Titre
Prétendante au trône d'Hawaï
17 janvier 189311 novembre 1917
(&&&&&&&&&&&0906324 ans, 9 mois et 24 jours)
Prédécesseur Elle-même (reine)
Successeur David
Reine d'Hawaï
29 janvier 189117 janvier 1893
(&&&&&&&&&&&&07191 an, 11 mois et 18 jours)
Prédécesseur Kalākaua
Successeur Abolition de la monarchie
Princesse héritière d'Hawaï
12 avril 187729 janvier 1891
(&&&&&&&&&&&0504013 ans, 9 mois et 17 jours)
Monarque Kalākaua
Prédécesseur Kamehameha IV
Successeur Abolition de la monarchie
Biographie
Dynastie Maison de Kalakaua
Nom de naissance Lydia Liliʻu Loloku Walania Wewehi Kamakaʻeha
Date de naissance 2 septembre 1838
Lieu de naissance Honolulu, Hawaï
Date de décès 11 novembre 1917 (à 79 ans)
Lieu de décès Honolulu, Hawaï
Père Caesar Kaluaiku Kapaʻakea
Mère Analea Keohokālole
Conjoint John Owen Dominis,
prince consort
Enfant(s) Sans postérité
Héritier David Kalākaua Kawānanakoa

Signature

Liliuokalani
Monarques d'Hawaï

Liliʻuokalani (2 septembre 183811 novembre 1917) de son premier nom Lydia Kamakaʻeha, aussi connue comme Lydia Kamakaʻeha Paki, plus tard nommée Lydia K. Dominis, fut reine d'Hawaï et son dernier monarque du 29 janvier 1891 au 17 janvier 1893.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et accession au trône[modifier | modifier le code]

Fille de Caesar Kaluaiku Kapaʻakea et de Annie Keohokālole, deux chefs tribaux de Kauaʻi, elle est adoptée par Laura Kanaholo Kōnia Pauli petite-fille du premier roi hawaïen Kamehameha Ier et succédera à son frère le roi David Kalākaua, à la mort de celui-ci en 1891.

Monogramme de la reine Liliuokalani.

Invasion américaine et chute de la monarchie[modifier | modifier le code]

Mais son règne est de courte durée, puisque le 14 janvier 1893, un groupe d'individus composé d'Américains et d'Européens se constituera en Comité de sécurité, cherchant alors à renverser la monarchie, déposer la reine et annexer l'archipel aux États-Unis. Ce comité de sécurité s'est dit préoccupé par la sécurité des citoyens américains et de leurs biens, mais en réalité, celui-ci est dirigé par un juriste Sanford B. Dole et un homme d'affaires Lorrin Thurston, lesquels sont plus préoccupé par le fait que la reine Liliʻuokalani cherchait à réduire à son profit les prérogatives d'un parlement hawaïen, largement sous contrôle des Occidentaux et défendant les intérêts mercantiles des colons installés sur l'archipel.

Déjà, dans l'après-midi du 16 janvier, 162 marins et Marines débarquent du USS Boston dans la baie d'Honolulu, répondant à l'appel de John L. Stevens, représentant le Département d'État américain auprès du monarque, ces troupes devant observer une stricte neutralité.

Le coup d'État se déroule le lendemain, la reine Liliuokalani doit alors abdiquer devant ce coup de force, espérant cependant retrouver rapidement son trône, d'autant plus qu'un rapport commandé par le président américain Grover Cleveland, démontre l'illégalité du putsch.

Espoirs, condamnation et abdication[modifier | modifier le code]

En novembre 1893, Cleveland propose à la reine de revenir au pouvoir à la condition qu'elle accepte d'amnistier les protagonistes du coup d'État, ce qu'elle refuse dans un premier temps. Puis, durant le mois suivant, Albert S. Willis successeur de John L. Stevens comme représentant du Département d'État à Hawaï, exigea que le Gouvernement provisoire de l'archipel rétablisse la souveraine dans ses droits, proposition que ce dernier refuse. Le Congrès américain sur la foi d'un deuxième rapport, disculpa même les putschistes le 26 février 1894, ce qui précipite la chute définitive de la monarchie et la proclamation de la République d'Hawaï le 4 juillet 1894.

En 1895, Lydia Liliuokalani est condamnée à 5 ans de travaux forcés et 5 000 $ d'amende par un tribunal militaire américain qui la suspecte d'avoir participé à l'une des rébellions du Robert William Wilcox qui souhaite rétablir la monarchie. Sa peine est commuée en un emprisonnement dans l'une des chambres de son ancienne résidence royale, le Palais ʻIolani à Honolulu. Période durant laquelle elle se consacre à la composition plusieurs chansons célèbres dont « la prière de la Reine » (o Ke Aloha Ka Haku) et à la rédaction de ses Mémoires.

Après sa libération, qu'elle obtient en renonçant définitivement au trône, elle est placée en résidence surveillée pendant un an, et en 1896, le gouvernement de la République d'Hawaï lui accorde le pardon et la restaure dans ses droits civils.

Fin de vie[modifier | modifier le code]

Elle passe le reste de sa vie à voyager à travers les États-Unis, effectuant néanmoins des démarches pour tenter de récupérer en vain, la propriété personnelle des terres et autres biens de la Couronne, qu'on estimait à une valeur de 450 000 $. La législature du territoire d'Hawaii lui octroie finalement une pension annuelle de 4 000 $ et lui permet de recevoir les revenus provenant d'une plantation de cannes à sucre de 6 000 acres (environ 24 km2), qui était la propriété privée de son frère décédé avant qu'elle ne monte sur le trône et dont elle avait hérité.

Elle meurt en 1917 au Washington Place (actuelle résidence du gouverneur de l'État d'Hawaï), des suites d'un accident vasculaire cérébral. Elle a alors 79 ans.

Ascendance[modifier | modifier le code]

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
16. Aliʻi Nui Kameʻeiamoku de Kauaʻi
 
 
 
 
 
 
 
8. Aliʻi Nui Kepoʻokalani de Kauaʻi
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
17. Aliʻi Nui Kamakaeheikuli de Kohala
 
 
 
 
 
 
 
4. Aliʻi Nui Kamanawa II de Kauaʻi
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
18. Aliʻi Nui KalaninuiʻIamamao de Kaʻū
 
 
 
 
 
 
 
9. Aliʻi Nui Alapaʻiwahine de Kaʻū
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
19. Aliʻi Nui Kaoʻlanialiʻi de Kaʻū
 
 
 
 
 
 
 
2. Aliʻi Nui Caesar Kaluaiku Kapaʻakea de Kauaʻi
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
20. Aliʻi Nui Kaʻihelemoana
 
 
 
 
 
 
 
10. Aliʻi Nui Kanepawale
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
21. Aliʻi Nui Kaʻopa
 
 
 
 
 
 
 
5. Aliʻi Nui Kamokuiki
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
22. Aliʻi Nui Kaʻehunuiamamaliʻi
 
 
 
 
 
 
 
11. Aliʻi Nui Uaua
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
23. Aliʻi Nui Koʻi
 
 
 
 
 
 
 
1. Liliʻuokalani d'Hawaï
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
24. Aliʻi Nui Kameʻeiamoku de Kauaʻi (= 16)
 
 
 
 
 
 
 
12. Aliʻi Nui Kepoʻokalani de Kauaʻi (= 8)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
25. Aliʻi Nui Kamakaeheikuli de Kohala (= 17)
 
 
 
 
 
 
 
6. Aliʻi Nui ʻAikanaka de Kauaʻi
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
26. Aliʻi Nui Keaweaheulu de Waiʻanae
 
 
 
 
 
 
 
13. Princesse Keohohiwa de Hilo
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
27. Reine Ululani Nui de Hilo
 
 
 
 
 
 
 
3. Aliʻi Nui Analea Keohokālole de Kauaʻi
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
28. Aliʻi Nui Kamakakaualiʻi de l'Île d'Hawaï
 
 
 
 
 
 
 
14. Aliʻi Nui Kahoalani Eia de l'Île d'Hawaï
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
29. Aliʻi Nui Kapalaoa
 
 
 
 
 
 
 
7. Aliʻi Nui Kamaʻeokalani de l'Île d'Hawaï
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
30. Prince Ahaula de l'Île d'Hawaï
 
 
 
 
 
 
 
15. Aliʻi Nui Keakaula de l'Île d'Hawaï
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
31. Princesse Kawehe de l'Île d'Hawaï
 
 
 
 
 
 

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :