René de Chalon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
René de Chalon
René de Châlon
René de Châlon

Titre prince d'Orange
(1530 – 1544)
Prédécesseur Antoine de Lallaing, comte de Hoochstrate
Successeur Louis de Flandre, seigneur de Praet
Arme cavalerie
Grade militaire capitaine général
Années de service 1540 - 1544
Gouvernement militaire stathouder de Hollande, de Zélande, d'Utrecht et de Gueldre
Conflits Neuvième guerre d’Italie (1542-1546)
Faits d'armes siège de Saint-Dizier (1544)
Distinctions chevalier de la Toison d'or
Biographie
Dynastie Maison de Nassau (branche de Bréda)
Nom de naissance Reinier van Nassau
Naissance 5 février 1519
Bréda, Duché de Brabant
Décès 15 juillet 1544
Saint-Dizier, France
Père Henri III de Nassau-Breda
Mère Claudia de Châlon
Conjoint Anne de Lorraine
Enfants Marie de Chalon,
Palamèdes de Chalon (bâtard)

René de Chalon latinisé en Renatus de Châlon (né le 5 février 1519, † le 15 juillet 1544), prince d'Orange, comte de Nassau et seigneur de Bréda, succéda en 1540 à l'inamovible comte de Hoogstrate comme stathouder pour Charles Quint des comtés de Hollande et de Zélande, ainsi que de la temporalité d'Utrecht; après la reconquête du duché de Gueldre, en 1543, il fut également investi de ce gouvernement.

Biographie[modifier | modifier le code]

Armoiries de René de Nassau-Dillenbourg, prince d'Orange

René de Chalon était le fils unique du comte Henri III de Nassau-Breda et de Claude de Châlon, sœur de Philibert de Châlon, dernier prince d'Orange de la Maison comtale de Bourgogne décédé en 1530.

Conformément au testament de ce dernier (1528), il hérita de la Principauté d'Orange.

Quoiqu'un codicille ultérieur l'en dispensât, il releva le nom et les armes de la famille d'Orange-Chalon lors des funérailles solenelles de Philibert à Lons-le-Saunier. C'est pourquoi il est resté dans l'histoire sous le nom de René de Châlon plutôt que comme « René de Nassau-Breda ».

Un prince de la Renaissance[modifier | modifier le code]

Anne de Lorraine, princesse d'Orange

Proche de l'empereur Charles Quint, René épousa le 20 août 1540 Anne de Lorraine, fille d'Antoine II, duc de Lorraine et de Bar et de Renée de Bourbon-Montpensier.

Les noces se déroulèrent à Bar-le-Duc, capitale du Duché de Bar.

Le couple eut en 1544 une fille, Maria, qui ne vécut que 3 semaines. La dépouille de la petite princesse fut enterrée dans la Grote of Onze-Lieve-Vrouwekerk à Bréda.

La guerre ayant repris entre le roi François Ier de France et l'empereur, René de Chalon participa au siège de Saint-Dizier, place forte Française proche de la frontière Barroise.

Atteint par un impact de couleuvrine, il fut mortellement blessé. L'empereur Charles Quint en personne l'assista dans son agonie et prévint personnellement la princesse de sa mort.

Hommage posthume[modifier | modifier le code]

Le Transi de Bar Le Duc, monument funéraire de René de Chalon, prince d'Orange

Ses restes furent rapatriés en Barrois et des premières funérailles furent célébrées à Bar-le-Duc.

Selon les habitudes funéraires du temps, on sépara son cœur, ses entrailles, ses chairs et ses os. Le cœur et les entrailles restèrent à Bar et furent placé dans la collégiale Saint-Maxe , tandis que le reste fut transféré à Bréda pour reposer auprès de son père et de sa fille.

Sa veuve confia à Ligier Richier la construction d'un transi pour abriter les restes de son mari.

Oeuvre spectaculaire, transférée en 1790 avec les autres reliques des ducs de Bar, on peut aujourd'hui l'admirer dans l'église Saint-Étienne de Bar-le-Duc.

Succession[modifier | modifier le code]

Tout comme son oncle, faute de descendance légitime, il dut se résoudre à désigner comme héritier un membre d'une lignée collatérale. Son cousin Guillaume de Nassau-Dillenburg, qui devint célèbre sous le nom de Guillaume le taciturne, hérita donc de toutes ses terres. On appelle sa descendance Maison d'Orange-Nassau.

René laissa néanmoins un fils naturel, Palamède, qui s'illustra à Vianen en 1566 par le très romantique rapt de la fille du comte Pierre-Ernest Ier de Mansfeld, Polyxène, qu'il épousa quelque temps après.

Fille du duc de Lorraine, Anne, jeune veuve se remaria en 1548 avec Philippe de Croÿ, duc d'Aerschot, veuf de 52 ans et déjà père d'une nombreuse progéniture à qui elle donna un fils dont l'empereur fut le parrain : Charles-Philippe de Croÿ.

Titres[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :