Libri tres contra Galileos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Libri tres contra Galileos (en abrégé Contra Galileos, en français Trois Livres contre les Galiléens c’est-à-dire les chrétiens) est un essai polémique contre les Chrétiens, désignés par le terme « Galiléens », écrit en grec pendant son court règne (361-363) par l’empereur romain Julien. Bien qu’il ait été rédigé à l'origine en grec, on le connait surtout sous son nom latin, probablement parce que, dans sa réponse polémique Contra Julianum, Cyrille d'Alexandrie y fait abondamment référence.

Le texte lui-même n’a pas subsisté et n’est plus connu que par lambeaux sous forme de références et de citations hostiles dans d'autres auteurs anciens. Son contenu peut être partiellement reconstruit car si Julien avait essayé d'arrêter l'influence croissante du christianisme dans l'Empire romain, c’était pour lui aussi bien une question de politique que de conviction personnelle. Partisan du paganisme, il pensait que tant la vérité religieuse que la sécurité nationale exigeaient qu’on agît en faveur des cultes impériaux païens d’origine et en faveur des religions ethniques de l'Empire.

Dans cet esprit, la politique gouvernementale de Julien tentait de mettre en lumière de façon désavantageuse les conflits en cours à l'intérieur de l'Église chrétienne. Cet essai de Julien tentait de prouver les erreurs et les dangers de la foi chrétienne en se fondant essentiellement sur ces querelles de dogme.

Dans une de ses affirmations les plus incendiaires, Julien voyait dans les chrétiens des apostats du judaïsme, religion que l'Empereur considérait comme très ancienne, établie, et qui devait être complètement acceptée. Julien a été le dernier philosémite à avoir gouverné l'Empire romain ou l’État successeur, l'Empire byzantin.

La mort au combat de Julien en 363 a fermé toute possibilité aux arguments présentés dans les Trois Livres contre les Galiléens de se développer. Au contraire on a jeté l'anathème sur l'essai et même le texte a été perdu. Des arguments de Julien il ne nous reste qu’un reflet dans les écrits des auteurs chrétiens qui cherchaient à le réfuter.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]