Israélite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le terme « israélite » est souvent utilisé comme synonyme de « juif ».

Il peut désigner :

L'histoire du terme et de ses usages relève de plusieurs champs. Suivant les époques, il peut prendre des connotations différentes. Si à l'origine, le mot désigne «les enfants d'Israël», il est «donné par la plupart des dictionnaires comme dépassé ou tombé en désuétude mais reste encore associé à sa fonction d’“euphémisation”»[1].

Emploi du terme en France[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle le mot est associé aux institutions dont le rôle est d'administrer le culte religieux en France. Cela commence avec la création du Consistoire central israélite de France créé par Napoléon Ier. On en trouve encore la trace dans les intitulés de nombreuses institutions, par exemple l'Alliance israélite universelle[2] ou les Éclaireuses éclaireurs israélites de France.

Le terme va donc en général désigner en France jusqu'à la Deuxième Guerre mondiale les juifs considérés comme intégrés dans le jeu des institutions. Mais l'irruption de la Shoah dans l'histoire a bouleversé les champs sémantiques. Elle change notre regard sur ce «modèle israélite» qui appartient aujourd'hui à l'histoire de l'«exception française». Les débats sur l'identité juive en témoignent. L'usage du terme «israélite» a pris d'autre connotations qui peuvent, eu égard à l'origine de celui-ci, paraître paradoxales. Utiliser aujourd'hui le mot «israélite» comme synonyme du mot «juif» provoque toujours des déplacements de sens. En France cette fonction d'« euphémisation » est souvent à l'œuvre dans la rhétorique des discours de l'extrême droite. Sinon les historiens l'utilisent en faisant référence à cette situation française.

On pourra à cet égard s'intéresser aux travaux de Pierre Vidal-Naquet et de Chantal Bordes-Benayoun.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Encyclopedia Universalis, sv «Judaïsme »
  • Jean-Paul Sartre, Réflexions sur la question juive, 1946
  • Pierre Vidal-Naquet, Les Assassins de la mémoire, Paris, 2005, édition revue et augmentée
  • Patrick Cabanel, Chantal Bordes-Benayoun, Un modèle d'intégration : Juifs et israélites en France et en Europe (XIXe-XXe siècles), Berg-International.
  • Elisabeth Roudinesco, Retour sur la question juive, Albin Michel, 2009.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :