Libertarisme de gauche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le libertarisme de gauche est un courant de philosophie politique qui partage avec le courant libertarien des principes de liberté individuelle forts mais y ajoute une thèse égalitaire sur la propriété des ressources naturelles. Les principaux représentants actuels de ce courant sont les philosophes Peter Vallentyne, Hillel Steiner et Michael Otsuka. Certaines défenses de gauche de l'allocation universelle telle que celle proposée par Philippe Van Parijs peuvent également être rattachées au libertarisme de gauche.

Dans la philosophie politique anglo-saxonne contemporaine, on définit souvent le libertarisme par trois principes :

  1. La propriété de soi-même (qui interdit par exemple l'esclavage ou le travail forcé)
  2. La juste circulation (qui exige que le transfert de la propriété d'un bien soit volontaire pour qu'il soit juste)
  3. L'appropriation originelle (qui définit les conditions dans lesquelles la propriété d'un bien est pour la première fois attribuée à une personne)

C'est sur le contenu du troisième principe que les libertariens de gauche divergent avec les libertariens traditionnels tels que Robert Nozick : au lieu de soutenir une thèse telle que la clause lockéenne de Nozick (l'appropriation privée des ressources naturelles est juste dans la mesure où elle ne pénalise pas autrui), ils soutiennent que tous les individus ont un droit à une part égale des ressources naturelles.

Ce principe de justice permet alors à certains libertariens de gauche de justifier la distribution d'un revenu de base inconditionnel à tous les individus, à titre de compensation pour l'inégale appropriation privée des ressources naturelles. Un tel principe est également proche de l'idée d'une taxe unique sur la propriété de la terre popularisée par Henry George.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]