Leslie Lamport

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Leslie Lamport.

Leslie Lamport, né le 7 février 1941 à New York, est un chercheur en informatique américain, spécialiste de l'algorithmique répartie. Il a obtenu le prix Turing 2013. Il est le concepteur du logiciel libre de composition de documents LaTeX (1983).

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a fait des études en mathématiques au Massachusetts Institute of Technology (MIT) puis à l'université Brandeis où il a reçu son PhD de mathématiques en 1972[1].

Il travaille depuis 2001 pour Microsoft Research.

Travaux[modifier | modifier le code]

Systèmes répartis[modifier | modifier le code]

On fait parfois référence à Lamport comme au père du calcul réparti[2]. Il a notamment formulé en 1979 la relation « arrivé-avant » (en anglais « happened before »), qui permet d'obtenir un ordre partiel sur les actions dans des systèmes répartis. Lamport a également inventé le système d'horloges qui porte son nom. Elles sont utilisées dans le cadre de la synchronisation des systèmes distribués. Il a également travaillé sur certains aspects cryptographiques comme les mots de passe à usage unique et d'autres problèmes liés au consensus et à la concurrence dans les réseaux.

LaTeX[modifier | modifier le code]

Cependant, Leslie Lamport est principalement connu hors de la communauté scientifique de l'informatique comme le créateur de LaTeX (basé lui-même sur TeX, de Donald Knuth), un système de mise en page de documents notamment utilisé par les scientifiques de nombreuses disciplines (informatique, mathématiques, physique, bio-informatique…) pour des documents comportant de nombreuses formules mathématiques. Depuis, le développement de LaTeX est assuré par d'autres.

Honneurs et prix[modifier | modifier le code]

Leslie Lamport a reçu le premier prix Dijkstra en 2000[3] et la médaille John von Neumann en 2008[4].

Le 18 mars 2014, il reçoit le prix Turing 2013 pour « ses contributions fondamentales théoriques et appliquées dans les systèmes distribués et concurrents, notamment en inventant des concepts tels que la causalité et les horloges logiques, […] et la consistance séquentielle[5] ».

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]