Le Tilleul

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la commune du département de la Seine-Maritime. Pour l'ancienne commune du Tilleul dans le département du Calvados, voir Saint-Georges-en-Auge. Pour l'ancienne commune du Tilleul dans le département de l'Orne, voir Lignères.
Le Tilleul
Église du Tilleul
Église du Tilleul
Blason de Le Tilleul
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Le Havre
Canton Criquetot-l'Esneval
Intercommunalité Communauté de communes du Canton de Criquetot-l'Esneval
Maire
Mandat
Raphaël Lesueur
2014-2020
Code postal 76790
Code commune 76693
Démographie
Population
municipale
695 hab. (2011)
Densité 111 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 40′ 59″ N 0° 12′ 23″ E / 49.6831, 0.206449° 40′ 59″ Nord 0° 12′ 23″ Est / 49.6831, 0.2064  
Altitude Min. 0 m – Max. 114 m
Superficie 6,27 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Le Tilleul

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Le Tilleul

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Tilleul

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Tilleul
Liens
Site web http://www.mairie-letilleul.fr

Le Tilleul est une commune française, située dans le département de la Seine-Maritime en région Haute-Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Tilleul est située sur le littoral, entre Le Havre et Étretat.

Toponymie[modifier | modifier le code]

De til (tilleul),teil (tilleul en ancien français), d'où la signification d'« endroit où poussent des tilleuls »

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Le Tilleul

Les armes de la commune du Tilleul se blasonnent ainsi :
Palé d’or et d’azur de six pièces, au chef de gueules chargé d’une fleur de tilleul tigée et feuillée d’or, accostée de deux mouettes affrontées du même. [1]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1977 septembre 2011 Claude Lesueur    
2011 en cours Daniel Le Maout    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 695 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
741 700 665 704 699 686 623 577 636
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
669 688 715 632 612 640 603 615 527
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
473 475 502 453 503 506 506 469 476
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
439 518 453 525 564 582 669 681 695
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Galehaut de Saâne qui a fait édifier le premier château fort de la région en 1374 sur le versant nord-est à proximité d'Étretat. Pierre de Pelletot écuyer d'écurie de Monseigneur le Duc d'Aumale et gendarme de sa compagnie. Capitaine et gouverneur de Fécamp. Aveu du 3 avril 1582, allié à Marie Martel. Leur fils Charles de Pelletot, Seigneur de Fréfossé, Le Tilleul, Le Quesnoy, De Turtot. Aveu du 15 décembre 1615. Capitaine de la Côte, des ports d'Antifer, de Fécamp, d'Étretat et autres lieux. Mort en 1632. Allié à Marie de Clercy de Bornambusc, dame de Mannbeville-la-Goupil. Succèderont sur le domaine de Fréfossé les familles Douley de Gerponville, Puchot de Gerponville, Compoinct-du-Boulhard, Edouard Hyacinthe Armand Hocquart, né en 1792, Comte Hocquart de Turtot. Chambellan des rois Louis XVIII, et Charles X. Chevalier de la Légion d'Honneur. Second maire du Tilleul 1814-1824. Marié le 22 juin 1822 à Louise Coralie Law de Lauriston( fille de Jacques Alexandre Law de Lauriston, maréchal de France (1823). Aide de camp du Premier Consul Bonaparte à la Campagne d'Italie, et de Dame Claude Antoinette Julie Le Duc de Valenciennes).[réf. nécessaire]
Trois présidents de la République Française ont foulé le sol de la commune du Tilleul. Félix Faure, 1895 et 1896. René Coty et son épouse réfugiés au Manoir du Nord pendant la Seconde Guerre mondiale. Le général Charles de Gaulle, lors d'un périple sur le Canton de Criquetot-l'Esneval, dimanche 30 mars 1947, le jour où il a prononcé sur la falaise de Bruneval son célèbre discours qui jetait les bases de la cinquième République.
Sources sur l'ouvrage "De la nuit des Temps à nos jours" de Claude-Michel LESUEUR.(Éditions Bertout. 2004).

À visiter sur la commune le siège de la justice (hameau de Grosse-Mare), le dernier du département de Seine-Maritime. La meule du moulin banal à vent, sur le parc Mathilde, Le ban seigneurial édifié en "Opus spicatum", 14e siècle aménagé en sacristie de nos jours.

Divers[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]