Le Châtelet-sur-Sormonne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Châtelet.
Le Châtelet-sur-Sormonne
Mairie
Mairie
Blason de Le Châtelet-sur-Sormonne
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Ardennes
Arrondissement Charleville-Mézières
Canton Rocroi
Intercommunalité Communauté de communes Portes de France
Maire
Mandat
Marie-Christine Tessari
2014-2020
Code postal 08150
Code commune 08110
Démographie
Population
municipale
168 hab. (2011)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 49′ 41″ N 4° 31′ 18″ E / 49.8281, 4.521749° 49′ 41″ Nord 4° 31′ 18″ Est / 49.8281, 4.5217  
Superficie 9,85 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

Voir sur la carte administrative des Ardennes
City locator 14.svg
Le Châtelet-sur-Sormonne

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

Voir sur la carte topographique des Ardennes
City locator 14.svg
Le Châtelet-sur-Sormonne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Châtelet-sur-Sormonne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Châtelet-sur-Sormonne

Le Châtelet-sur-Sormonne est une commune française, située dans le département des Ardennes en région Champagne-Ardenne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune a subi les invasions des Espagnols, d'où le nom des habitants, toujours appelés « les Espagnols ».

Au XVIIe siècle, la famille d'Arras d'Haudrecy entre en possession de la seigneurie du Châtelet précédemment possession de la famille de Népoux. Le 15 juin 1609 Robert d'Arras seigneur d'Haudrecy épouse Françoise de Népoux, fille de Jean de Népoux, écuyer, seigneur de la Faye, Châtelet, Rimogne et Rocroi. C'est cette dernière qui fait rentrer la seigneurie du Châtelet dans la famille d'Arras d'Haudrecy.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Roland Duneme    
mars 2008 en cours Marie-Christine Tessari[1]    
Les données manquantes sont à compléter.

Le Châtelet-sur-Sormonne a adhéré à la charte du parc naturel régional des Ardennes, à sa création en décembre 2011[2].

Foyer du Châtelet-sur-Sormonne

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 168 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
322 374 372 381 422 430 473 505 503
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
510 472 433 409 408 356 350 318 257
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
233 252 237 220 215 202 190 177 187
1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010 2011 -
148 163 200 195 170 167 169 168 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Le Châtelet-sur-Sormonne

Les armes de Le Châtelet-sur-Sormonne se blasonnent ainsi :

parti : au 1) d’aur à la tour droite crénelée de cinq pièces d’argent, ouverte et ajourée du champ, maçonnée de sable, soutenue d’une jumelle ondée aussi d’argent, au 2) de gueules à l’aigle au vol abaissé d’argent[5].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La tour DAUDECE

Sans date d'origine, cette tour restaurée aujourd'hui est très ancienne. Plusieurs pièces de monnaies romaines ont été retrouvées à son pied en 1792 dans les démolitions partielles de cette tour. Cela devrait donc remonter l'époque à la domination romaine dans les Gaules. Elle a dû faire partie d'un poste militaire romain établi pour la protection de la province. Cette tour surplombe la rivière la Sormonne.

Le château du Châtelet Haut

Partiellement détruit, ce château dont la date d'origine est inconnue, surplombe la vallée du Châtelet-Bas.

L'usine de la Roche

Il s'agit d'une usine hydraulique toujours en fonctionnement. Elle est entourée de chutes d'eau et de bois, ce qui en fait tout son charme. À noter que l'endroit est très prisé des amoureux de la nature dès l'arrivée du printemps grâce, entre autres, aux jonquilles.

L'église du Châtelet

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Conseil général des Ardennes consulté le 23 juin (fichier au format PDF)
  2. Création du PNR des Ardennes
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  5. Banque du Blason

Liens externes[modifier | modifier le code]