Laveline-du-Houx

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Laveline-du-Houx
La mairie
La mairie
Blason de Laveline-du-Houx
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Vosges
Arrondissement Épinal
Canton Bruyères
Intercommunalité Communauté de communes Vologne-Durbion
Maire
Mandat
Michel Boca
2014-2020
Code postal 88640
Code commune 88263
Démographie
Population
municipale
225 hab. (2011)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 08′ 09″ N 6° 42′ 20″ E / 48.1358333333, 6.7055555555548° 08′ 09″ Nord 6° 42′ 20″ Est / 48.1358333333, 6.70555555555  
Altitude Min. 444 m – Max. 710 m
Superficie 8,21 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Laveline-du-Houx

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Laveline-du-Houx

Laveline-du-Houx est une commune française située dans le département des Vosges en région Lorraine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation

Le village est traversé par le Barba, un affluent de rive gauche de la Vologne. Il est constitué de plusieurs hameaux : Laveline et Houx dans la vallée, Genestat, Faing Neuf, le Grand Écart, Hérigoutte et Menémont sur les pentes douces de son adret.

Le point culminant est situé aux confins nord-est de la commune, en direction de Jussarupt.

Histoire[modifier | modifier le code]

Jean du HOUX, Chevalier, obtient le 25/11/1341 du duc de Lorraine Raoul des lettres patentes confirmant l'acquisition des biens situés aux lieux du Houx et de Laveline faite par lui sur l'abbaye de Chaumousey,

Le toponyme de Laveline-du-Houx (Laveline de Hout) est attesté au moins en 1434.

Laveline-du-Houx faisait partie du ban de Tendon et dépendait de la paroisse de Saint-Jean-du-Marché.

De 1790 à l'an IX, Laveline-du-Houx a fait partie du canton de Docelles.

Blason Blasonnement :
D’argent au filet en barre de sable accompagné en chef d’une coquerelle feuillée de sinople et fruitée d’or, et en pointe d’une branche de houx de sinople fruitée de gueules.
Commentaires : Il s’agit d’armes parlantes associant l'aveline (la noisette ou coquerelle) et le houx.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Michel Boca    
mars 2001 2008 Bernard Balland    
    Henri Balland    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 225 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
422 511 544 566 681 691 714 724 690
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
651 667 633 580 560 508 470 462 428
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
400 373 343 340 308 291 294 290 239
1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011 - -
182 193 201 207 219 222 225 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Archives départementales des Vosges, Série H, Clergé régulier avant 1790, Répertoire numérique détaillé établi par André Philippe, archiviste départemental (1905-1937), présenté par Raymonde Florence, Epinal 1924 / 2004 : pp. 137 à 181 : 7 H Prieuré du Saint-Mont : Les archives sont importantes ; elles sont riches notamment pour quelques localités telles que Bayon, Dommartin-lès-Remiremont (depuis le XIIIe siècle), Saint-Amé (depuis le XIVe siècle), et Saint-Étienne-lès-Remiremont (depuis le XIIIe siècle). Biens du prieuré (Sommaire du fond VII H : p. 141) : *Bayon, La Bresse et Biffontaine ; *Dommartin-lès-Remiremont ; *Éloyes et Laveline-du-Houx ; *Ramonchamp et Rancourt ; *Remiremont ; *Rupt ; *Saint-Amé ; *Saint-Étienne ; *Saint-Nabord, Le Thillot et Vagney ; *Les Vallois et Chaillon (Meuse) ; *Divers

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011