Beauménil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Beaumesnil.
Beauménil
La Vologne à la sortie de Beauménil
La Vologne à la sortie de Beauménil
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Vosges
Arrondissement Épinal
Canton Bruyères
Intercommunalité Communauté de communes Vologne-Durbion
Maire
Mandat
Odile Seuret
2014-2020
Code postal 88600
Code commune 88046
Démographie
Population
municipale
122 hab. (2011)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 10′ 52″ N 6° 43′ 44″ E / 48.18111111111, 6.7288888888848° 10′ 52″ Nord 6° 43′ 44″ Est / 48.18111111111, 6.72888888888  
Altitude Min. 429 m – Max. 686 m
Superficie 3,30 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Beauménil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Beauménil

Beauménil est une commune française située dans le département des Vosges en région Lorraine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Beauménil se situe à 4 km de Bruyères, à 27 km d'Épinal et à 92 km de Nancy.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Mentionné sous la forme latinisée Bonummasnin au XIe et XIIe[1], le N final est sans doute une cacographie pour L.

Pour Albert Dauzat et Charles Rostaing[2], qui ne prennent pas en compte la forme médiévale, il s'agit d'un « beau mesnil », comme les Beaumesnil de Normandie.

Pour Ernest Nègre[3], il s'agit d'un « bon mesnil » comme l'atteste la forme ancienne, avec attraction du mot bien connu « beau » (« dénasalisation de /ɔ̃/ »).

La graphie ménil pour mesnil est moderne en Lorraine, comme dans le département de l'Orne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Beauménil appartenait au bailliage de Bruyères. Le village ne possède pas d’église et dépendait de la cure de Champ-le-Duc dont le patronage était au chapitre de Remiremont.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La Grotte de l'Ermite 
Située dans la forêt communale, au canton de la Vierge, à trois kilomètres au sud du village, sur le flanc nord de la montagne appelée « l’Ermite » par les habitants du pays. Accès par le chemin de Beauménil à Housseras-Fète jusqu’au col de la Vierge, puis sentiers divers sur les 400 derniers mètres.
La grotte est située dans un lieu très escarpé ; elle a trois mètres de longueur, un mètre de largeur et deux mètres de hauteur ; elle est composée de deux roches de grès vosgien. L’intérieur est plus large au fond qu’à l’entrée ; la partie supérieure est formée de trois blocs et par des pierres de moindres dimensions qui paraissent avoir été placées là de main d’hommes.
Un ermite aurait habité cette grotte vers 1775 ; il se rendait pieds nus, tous les dimanches, en été comme en hiver, à l’église de Champ-le-Duc.
De la grotte, on jouit d’un très beau point de vue sur les collines des Rouges-Eaux, de Mortagne, la forêt de Rambervillers, les environs de Saint–Dié et de Bruyères, les vallées de la Vologne et du Neuné[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie-école
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Alain Gremillet   Né en 1940
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 122 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
146 153 175 183 168 172 179 176 180
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
165 155 163 169 149 141 128 141 184
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
183 160 173 186 196 171 167 160 105
1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011 - -
115 128 148 143 132 128 122 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Librairie Guénégaud 1979. p. 63.
  2. Op. cité.
  3. Toponymie générale de la France, Volume III, Librairie Droz 1998. p. 1419.
  4. Source : Annales de la Société d’émulation du Département des Vosges
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011