Langue des signes panaméenne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Langue des signes panaméenne
Lengua de señas panameñas (es)
Pays Panama
Nombre de locuteurs 6 000 (2008)[1]
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-3 lsp
IETF lsp

La langue des signes panaméenne (en espagnol : Lengua de señas panameñas, LSP), est la langue des signes utilisée par les personnes sourdes et leurs proches au Panama.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Les personnes sourdes pensent qu'il est important qu'elles — et non pas les interprètes — créent de nouveaux signes, de préférence locaux, plutôt que les emprunter aux autres langues des signes avec lesquelles elles sont en contact, comme les langues des signes américaine (ASL), costaricienne (LESCO), colombienne (LSC) ou autres. Certains signes viennent pourtant des États-Unis et du Costa Rica, ramenés par des sourds panaméens ayant voyagé là-bas, ou bien par l'intermédiaire des Témoins de Jéhovah ou des Mormons américains qui ont apporté avec eux l'ASL[2].

Utilisation[modifier | modifier le code]

Il existe deux langues des signes utilisées au Panama : la LSP et la langue des signes de Chiriquí utilisée dans la province de Chiriquí. Les membres de la communauté sourde de Chiriquí utilisent pour la plupart les deux langues des signes[2].

Bien qu'il existe maintenant des cours de langue des signes offerts par les associations pour sourds, les organisations religieuses et certaines universités, les personnes sourdes indiquent que ces classes sont principalement destinées aux entendants et que la plupart de la communauté sourde acquiert la langue des signes de leur amis sourds. En général, les membres de la communauté sourde panaméenne disent qu'ils respectent les différences culturelles et linguistiques des autres membres de leur communauté, même s'ils encouragent tous les sourds à apprendre la langue des signes. Cet apprentissage est une chose jugée plus importante que celui de l'espagnol ou de la parole[3].

La loi nº 1 du 28 janvier 1992 reconnaît le droit à l'éducation bilingue des personnes sourdes et malentendantes ainsi que l'usage de toute forme de communication qui permette d'assurer leur intégration sociale[4].

Il existe une association nationale pour les sourds (Asociación Nacional de Sordos de Panama, ANSPA) qui s'implique dans l'éducation au niveau national (formation en informatique pour les adultes et en langue des signes pour les enfants)[5]. En 1990 elle édite un dictionnaire en LSP nommé Lengua de señas panameñas[6].

Éducation[modifier | modifier le code]

De 1995 à 2000, diverses lois ont pour but d'intégrer les personnes handicapées dans l'éducation. Selon l'International Disability Rights Monitor (IDRM) en 2004, 60% des enfants scolarisables ayant une déficience étaient soumis au processus d'intégration au début du XXIe siècle. Mais même dans les zones les plus urbanisées, moins de 20% des écoles peuvent réellement offrir des programmes d'éducation spéciale. En 2006, 767 enfants avec des troubles de l'audition ont été intégrés, mais parce qu'ils peuvent passer d'une classe à la suivante sur la base de l'âge et non de leurs capacités, Castillo et al. (2008) rapportent que les étudiants sourds et des malentendants ont un faible niveau d'alphabétisation et de performances scolaires, quel que soit le niveau auquel ils accèdent. De plus, les écoles spéciales se situent plutôt dans les grandes villes car les zones rurales n'ont pas les ressources nécessaires pour les entretenir, bien que des efforts financiers aient été réalisés[7].

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes servant de sources[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]