Langue des signes de Providencia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Langue des signes de Providencia
Lengua de señas de Providencia(es)
Parlée en Colombie
Région Îles de la Providence
Nombre de locuteurs 19 sourds de naissance et de 2 500 à 3 000 habitants, la plupart connaissant la langue des signes locale (1986)[1]
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-3 prz
IETF prz

La langue des signes de Providencia (en espagnol : Lengua de señas de Providencia, LSP) est la langue des signes utilisée par les personnes sourdes et entendantes des îles de la Providence au larges des côtes nicaraguayennes, dans la mer des Caraïbes, appartenant à la Colombie.

Surdité sur les îles de Providencia[modifier | modifier le code]

La forte proportion de sourds (0,5%[2]) est sans doute causée par la consanguinité due à l'isolement. Les sourds sont assez bien intégrés dans les activités quotidiennes[1].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

La LSP n'a pas été influencée par les autres langues des signes. Elle diffère légèrement d'Est en Ouest avec des variations entre les villages. Il n'existe pas d'alphabet manuel[1].

Références[modifier | modifier le code]

Lien externe servant de source[modifier | modifier le code]

Source bibliographique[modifier | modifier le code]

  • (en) M.-C. Lattig, N Gelvez, S.-L. Plaza et al., « Deafness on the island of Providencia - Colombia: different etiology, different genetic counseling », Genetic Counseling, vol. 19, no 4,‎ 2008, p. 403–412 (ISSN 1015-8146, lire en ligne).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Irit Meir, Wendy Sandler, Carol Padden et Mark Aronoff, « Emerging Sign Languages », dans Marc Marschark, Patricia Elizabeth Spencer, Peter E. Nathan (dir.) et al., The Oxford Handbook of Deaf Studies, Language, and Education, vol. 2, Oxford University Press,‎ 2010, 506 p. (ISBN 0195390032 et 9780195390032, présentation en ligne, lire en ligne), p. 267-280.

Lien externe[modifier | modifier le code]