La Maison du bonheur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Maison du bonheur

Description de cette image, également commentée ci-après

Logo original du film

Réalisation Dany Boon
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie
Sortie 2006
Durée 100 min

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Maison du bonheur est une comédie française de Dany Boon, sortie en 2006, adaptée de la pièce de théâtre La Vie de chantier.

Sans être ouvertement un remake, ce film et la pièce dont il est adapté sont très inspirés d'un film américain de Henry C.Potter, Un million clé en main, tourné en 1948 avec Cary Grant et Myrna Loy. Ce sont les mêmes péripéties que rencontrent les protagonistes des deux films et l'idée de base est exactement la même: un couple acquiert une vieille maison vendue par un agent sans scrupules et est confronté à toutes sortes de difficultés pour voir leur rêve aboutir.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Charles Boulin est un employé chargé de traquer les personnes surendettées pour le compte d'une société de crédit nommée Crédilem.

Accusé d'être un radin par sa femme Anne, il décide de lui faire une surprise et d'acheter une maison de campagne. Néanmoins, il se la voit ravir par son collègue de travail. Désappointé, il vole la sacoche contenant le mandat-vente signé par son collègue. Cette action, accumulée avec d'autres fautes professionnelles lui vaut d'être immédiatement licencié.

Afin de diminuer le coût des travaux de rénovation, Charles Boulin s'en remet à Jean-Pierre Draquart, l'agent immobilier véreux qui lui a vendu la deuxième maison de son catalogue. Cet aigrefin fait appel à "sa meilleure équipe" : Mouloud Mami et Donatello Pirelli qui sont en fait des ouvriers parfaitement incompétents. En fait de rénovation, ils vont progressivement transformer sa maison en une véritable ruine.

Charles se retrouve bientôt lui-même surendetté avant d'être fiché à la Banque de France par l'agence qui lui refuse de fait tout prêt immobilier. Il doit vendre l'appartement familial à l'insu de sa femme et de sa fille puis survivre à l'aide de "petits boulots" sans compter les nombreuses combines qu'il mettra au point afin de convaincre sa famille d'emménager dans cette (nouvelle) maison...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Détail des personnages[modifier | modifier le code]

Charles Boulin
Employé chez Crédilem qui est une société de crédit à la consommation, il est chargé de poursuivre les clients débiteurs avant leur mise en faillite personnelle.
Extrêmement fier et émotif, il vit avec sa femme Anne et leur fille unique Elizabeth. Tout semble l'accuser de mesquinerie et ce depuis son embauche chez Crédilem. Et pour cause, il passe du temps à réviser scrupuleusement les relevés de compte personnels en pestant sur les opérations effectuées par sa femme, sans compter qu'il ne se sent jamais à l'aise lorsqu'il doit offrir des cadeaux ou payer la note d'un restaurant.
Anne Boulin
Elle est l'épouse de Charles Boulin et voue la plupart de son temps à traduire différentes œuvres littéraires, son métier qu'elle exerce avec passion.
Elizabeth Boulin
Fille unique de Anne et de Charles âgée de 17 ans, elle passe plus de temps hors que chez elle et vit au grand dam de ses parents de belles mais éphémères histoires d'amour.
Alexis Boulin
Frère de Charles Boulin qui n'hésite jamais à remettre celui-ci dans le droit chemin lors de ses écarts de conduite, même ceux de longue date.
Jacques Kurtz
Collègue de travail de Charles Boulin, cet homme assez "faux-jeton" est prêt à tout pour parvenir à ses fins. Il est souvent à l'origine de zizanies en tous genres.
Jean-Pierre Draquart
Dirigeant d'une agence immobilière, il est celui qui vend les maisons de banlieue aux deux employés de la société de crédit. Cependant, sa réussite n'est pas forcément le fruit d'une longue et sereine collaboration.
Jean-Pierre Draquart représente en effet l'archétype du rude escroc du secteur de l'immobilier, toujours prêt à de douteuses combines afin de conforter sa position, sans aucun complexe moral. Sa technique de vente favorite consiste à prétendre que le style architectural de la banlieue Ouest s'exportera inéluctablement dans le reste de la région Parisienne.
En outre, il n'hésite pas à conduire sa superbe voiture au mépris le plus complet de la sécurité routière (flash radar, couloir de bus franchi, dépassement hasardeux...) dans le seul but d'augmenter le rendement de ses affaires.
Mouloud Mami et Donatello Pirelli
Engagés secrètement par l'agent immobilier, ils prétendent donner l'image d'artisans polyvalents du bâtiment.
En réalité, il s'avère que ces deux hommes sont de parfaits incompétents qui vont transformer la nouvelle maison de la famille Boulin en un désastre de désolation. Plomberie saccagée et réseau d'électricité dangereux constituent le lot infâme, ainsi que le faux mur monté dans le salon pour rajouter dans cette même pièce une salle de bains, ou encore l'interrupteur du tableau qui commande directement l'éclairage public dans la rue en servie. Leurs heures de paresse sont agrémentées par de bons piques-niques improvisés sur le chantier, où l'on peut voir Mouloud Mami s'offrir une tranche de pain coupée à l'aide... d'une scie à métaux !
Ces deux travailleurs manuels n'hésitent cependant pas à dépouiller le malheureux Charles Boulin au moment du paiement des prestations, d'ailleurs bâclées...

Box Office[modifier | modifier le code]

Pays Box-office[1]
Drapeau de la France France 1 146 962 entrées[2]
Drapeau de l'Espagne Espagne 54 101 entrées
Drapeau de la Belgique Belgique 5 803 entrées
Drapeau de la Suisse Suisse 2 259 entrées[3]
Drapeau du Luxembourg Luxembourg 760 entrées
Monde Total 1 209 885 entrées

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Rombi, La Maison du bonheur : bande originale de film, Music Box Records,‎ 2014 (résumé)
    La présentation en ligne, sur le site de Music Box Records, donne le détail des 12 plages, d'une durée de 17 min 04 s, se rapportant à La Maison du bonheur, des 12 plages, d'une durée de 21 min 23 s, se rapportant à Rien à déclarer et des 6 plages, d'une durée de 12 min 22 s, se rapportant à Bienvenue chez les Ch'tis.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f lumiere
  2. CBO : Tous les chiffres du box office en France
  3. procinema