La Machine à explorer le temps (film, 2002)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Machine à explorer le temps

Titre original The Time Machine
Réalisation Simon Wells
Acteurs principaux
Sociétés de production Warner Bros
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Fantastique
Sortie 2002
Durée 95 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Machine à explorer le temps (The Time Machine) est un film américain réalisé par Simon Wells, sorti en 2002 et tiré du roman de H. G. Wells


Synopsis[modifier | modifier le code]

New York 1899. Alexander Hartdegen, brillant professeur à l'université de Columbia, s'apprête à demander la main de la femme qu'il aime en lui offrant une bague en pierre de lune dans Central Park. Mais la demande en mariage est interrompue par un voleur qui tue la jeune femme, laquelle avait refusé de lui donner la bague. Détruit, Alexander, obstiné à vouloir changer les choses, construit pendant quatre ans, en ne sortant plus de son laboratoire, une machine à explorer le temps.

Alexander revient quatre ans en arrière et retrouve sa bien-aimée, à ce moment-là toujours vivante. Il choisit cette fois-ci la ville pour lui parler. Mais la jeune femme meurt renversée par une calèche. Alexander comprend que quoi qu'il fasse, elle mourra. Il part dans le futur trouver une réponse à sa question. Il se trouve d'abord en l'an 2030, puis en 2037, année où la Lune se désagrège suite à une explosion qui tourne mal. Assommé à cause des secousses il ne contrôle plus sa machine qui l'emmène dans une autre ère. Il se retrouve en l'an 802 701. Il fait alors la connaissance des Elois, une population exploitée par les Morlocks, des prédateurs contrôlés par une étrange personne. Alexander ne peut changer le passé mais il peut changer le futur. Il décide donc de détruire les Morlocks pour sauver les Elois. Sa machine détruite, il reste vivre dans ce nouveau monde en compagnie des Elois.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Le film a connu un succès commercial modéré, rapportant environ 123 729 000 $ au box-office mondial, dont 56 832 000 $ en Amérique du Nord, pour un budget de 80 000 000 $[1]. En France, il a réalisé 422 398 entrées[2].

Il a reçu un accueil critique plutôt défavorable, recueillant 29 % de critiques positives, avec une note moyenne de 4,8/10 et sur la base de 150 critiques collectées, sur le site agrégateur de critiques Rotten Tomatoes[3]. Sur Metacritic, il obtient un score de 42/100 sur la base de 33 critiques collectées[4].

Il a été nommé pour l'Oscar du meilleur maquillage[5].

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Le réalisateur Simon Wells est l'arrière-petit-fils de H. G. Wells, l'auteur du roman sur lequel est basé le film.
  • Alan Young, qui interprétait le rôle de Filby dans la version de 1960, fait une courte apparition en tant que fleuriste.
  • La Chanson interprétée par Vox n'existe pas; "A place Called Tomorrow" est une création de Klaus Badelt.
  • Vox fait un salut Vulcain (Star Trek) lorsque Alexander quitte la bibliothèque.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]