Kawasaki 500 H1

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kawasaki 500 H1 Mach III
Kawasaki 500.jpg
Kawasaki 500 H1B
Constructeur Kawasaki
Années de production 1969 - 1975
Production totale 117 509 exemplaire(s)
Type Sportive
Moteur et transmission
Moteur(s) 3 cylindres en ligne, 2 temps refroidi par air
Cylindrée 498 cm³ (60,0 x 58,8mm)
Puissance maximale 60 ch à 7 500 tr/min ch
Couple maximal 5,85 mkg à 7 000 tr/min mkg
Alimentation 3 carburateurs Mikuni ∅ 28 mm
Embrayage multidisque en bain d'huile
Boîte de vitesses à 5 rapports
Transmission par chaîne
Vitesse maximale 193 km/h
Cadre, suspensions et freinage
Cadre double berceau
Suspension avant (débattement) fourche télescopique
Suspension arrière (débattement) 2 combinés
Frein avant tambour double came ∅ 200 mm
Frein arrière tambour simple came ∅ 180 mm
Poids et dimensions
Empattement 1 400 mm
Poids à sec 174 kg
Réservoir (réserve) 15 ℓ (3 ℓ) litres

La H1 Mach III est un modèle de moto, produit par la firme japonaise Kawasaki.

« La faiseuse de veuve ». C'est sous cette peu glorieuse appellation qu'est également connue la H1 outre manche, à cause d'un ensemble moteur/partie cycle pas du tout en adéquation.

Le moteur est un tout nouveau trois cylindres deux temps, qui donne naissance à une lignée de motos sportives : la 250 S1 puis KH, 350 S2, 400 S3 et KH et surtout 750 H2. Celui-ci a une cylindrée de 500 cm3. Il développe 60 chevaux, soit à peine 7 chevaux de moins que la 750 Four.
Revers de la médaille, la consommation de carburant est énorme, il n'est pas rare qu'elle soit supérieure à 15 litres aux 100 km dans une utilisation urbaine.

Le cadre double berceau n'est pas à la hauteur des performances du moteur, d'autant que les premiers modèles avaient un moteur disposé très en arrière, ce qui facilitait anormalement les délestages de l'avant. La tenue de route s'en trouve dégradée.
Les freins à tambour sont sous-dimensionnés et peinent à arrêter la machine.

Cette moto s'est créé des lettres de noblesse en engageant six exemplaires de série au Bol d'or 1969, dont l'une mena la course devant la Honda d'usine, de plus grosse cylindrée, et une autre gagna dans sa catégorie (Jean-Claude Guénard et Marcel Morel), finissant deuxième au classement général.

Par la suite, la version course, la 500 H1R eut de grands succès.

Il faut attendre 1972 pour que la H1B adopte la fourche et le frein avant à disque de 296 mm de diamètre de la H2.

En 1973, la puissance diminue d'un cheval, le cadre est renforcé et le poids passe à 185 kg.