Kawasaki ER-6

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kawasaki Er-6
Kawasaki ER6 N.JPG
Kawasaki Er-6n
Constructeur Drapeau : Japon Kawasaki
Années de production 2005 -
Prix à sa sortie 5 990
Type Roadster ou routière
Moteur et transmission
Moteur(s) bicylindre en ligne, 4 temps refroidissement liquide
Distribution 2 act, 4 soupapes par cylindre
Cylindrée 649 cm³ (83 x 60 mm)
Puissance maximale 72,1 ch à 8 500 tr/min
Couple maximal 6,7 mkg à 7 000 tr/min
Alimentation injection électronique ⌀ 38 mm
Embrayage multidisque en bain d'huile
Boîte de vitesses à 6 rapports
Transmission par chaîne
Vitesse maximale 210 km/h
Cadre, suspensions et freinage
Cadre périmétrique type diamant
Suspension avant (débattement) fourche télescopique ⌀ 41 mm (120 mm)
Suspension arrière (débattement) monoamortisseur (130 mm)
Frein avant 2 disques ⌀ 300 mm, étriers 2 pistons
Frein arrière 1 disque ⌀ 220 mm, étrier 1 piston
Poids et dimensions
Empattement 1 405 mm
Hauteur de selle 785 mm
Poids à sec 174 kg
Réservoir (réserve) 15,5 litres (3,5 litres)

La Kawasaki ER-6 est une moto produite par le constructeur japonais Kawasaki. Elle est depuis sa sortie dans le top 3 des motos les plus vendues en France[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Présentée en 2005, l'ER-6 devient la nouvelle entrée de gamme de Kawasaki, prenant ainsi la relève de l'ER-5. Contrairement à son ainée, elle est présentée en deux versions :

  • L'ER-6n (ou naked) pour la version non carénée (type roadster)
  • L'ER-6f (ou fairing) pour la version carénée (type routière). Ce carénage induit un surpoids de 4 kg. La hauteur de selle et l'empattement sont augmentés de 5 mm.

Description[modifier | modifier le code]

Œuvre du designer Shunji Tanaka[2], l'ER-6 rompt totalement avec le look de l'ER-5. Comme les Z1000 (2003) et Z750 (2004), son design s'inspire fortement de l'esthétique des mangas.

Des clignotants intégrés à l'amortisseur arrière excentré, en passant par les disques "pétale", la partie cycle peinte ou l'échappement sous le moteur, la présentation est peu commune pour une moto de cette gamme de prix.

Techniquement, le moteur est entièrement nouveau. La partie cycle est classique, mais l'empattement très court permet une maniabilité exemplaire.

Un système ABS est disponible en option.

2005 - 2008[modifier | modifier le code]

Présentée à la presse en juillet 2005, l'ER-6n est rapidement classée parmi les meilleures ventes toutes motos confondues[3].

Arrivée deux mois plus tard, le succès de la version carénée est plus mitigé. Alors qu'elle partage son moteur et sa partie cycle avec la N, ses ventes sont plus modestes.

2009 - 2011[modifier | modifier le code]

ER-6f 2009

En 2009, Kawasaki retouche son best-seller. Quelques défauts de la précédente version sont corrigés et la finition fait un bond en avant[4].

Un gros travail a notamment été effectué au niveau des vibrations, problème délicat sur le modèle de 2005. Avec succès.

Le design devient plus sportif, à l'image de la tête de fourche de l'ER-6f rappelant les sportives de la marque.

2012 - -[modifier | modifier le code]

ER6-N 2012

En 2012, des modifications importantes sont opérées, les clignotants ne sont plus intégrées aux écopes mais de part et d'autre du phare. De plus, c'est un cadre périmétrique double poutre qui vient remplacer l'ancien "diamant". Le compteur aussi est remplacé, il reprend un compte tour analogique à l'instar de la première génération.

Coupe Kawasaki ER-6[modifier | modifier le code]

Depuis 1971, la coupe Kawasaki permet à des amateurs d'accéder à la compétition pour un prix raisonnable. Dans ce but, les machines engagés sont similaires et très proches de la série.

À partir de 2006, l'ER-6n devient la machine officielle de la coupe.

Notes et références[modifier | modifier le code]