Kawasaki Z 1000

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kawasaki Z 1000 (1977-1980)
Constructeur Kawasaki
Années de production 1977 -
Prix à sa sortie 3 030 €
Type Routière
Moteur et transmission
Moteur(s) 4 cylindres en ligne, 4 temps à refroidissement à air
Distribution 2 act, 2 soupapes par cylindre
Cylindrée 1 015 cm³ (70 x 66 mm)
Puissance maximale 83 ch à 8 000 tr/min ch
Couple maximal 8,1 mkg à 6 500 tr/min mkg
Alimentation 4 carburateurs Mikuni Ø 26 mm
Embrayage multidisque en bain d'huile
Boîte de vitesses à 5 rapports
Transmission par chaîne
Vitesse maximale 212 km/h
Cadre, suspensions et freinage
Cadre double berceau
Suspension avant (débattement) fourche télescopique Ø 36 mm (140 mm)
Suspension arrière (débattement) 2 combinés (80 mm)
Frein avant 2 disques Ø 245 mm, étriers 1 piston
Frein arrière 1 disque Ø 250 mm, étrier 1 piston
Poids et dimensions
Empattement 1 505 mm
Hauteur de selle 850 mm
Poids à sec 245 kg
Réservoir (réserve) 16,5 ℓ (3 ℓ) litres

La Z 1000 est un modèle de motocyclette produit par le constructeur japonais Kawasaki (chez Kawasaki, l'appellation Z désigne toujours des modèles à 4 temps).

Z 1000 (1977 - 1980)[modifier | modifier le code]

La Kawasaki Z 1000 apparaît en 1977 succédant à la 900 Z1. Elle en reprend l'esthétique générale. Le moteur est porté à 1 015 cm³, avec l'augmentation de 4 mm de l'alésage. Le frein arrière à tambour est abandonné au profit d'un disque semblable à ceux qui équipent la roue avant.
La principale évolution intervient en 1978, les étriers de frein avant migrent derrière les fourreaux de fourche.

Toujours en 1978, une version plus sportive, la Z1R est mise sur le marché. La puissance passe à 90 chevaux, grâce à l'adoption de carburateurs de 28 mm de diamètre. Le couple gagne 0,6 mkg à 7 000 tr/min.
Elle est une des premières motos à être équipée en série d'un carénage tête de fourche. L'esthétique est moins lisse que sur la Z 1000 standard, le réservoir est plus anguleux. Il perd trois litres.

Suite aux plaintes de nombreux motards sur l'autonomie de la 1000 z1r et à sa tenue de route, quelques modifications furent effectuées.

En 1979, la Z1R est remplacée par la Z 1000 Z2R. La puissance passe à 93 chevaux.Les gicleurs sont changés : 107,5 à 112,5, le collecteur d'admission d'air associé au filtre à air voit ses tubes disparaitre, la culasse est modifiée, des tubes sont rajoutés sur la fourche pour augmenter son angle de chasse et des cales de pré-contraintes sur les amortisseurs arrières. Le réservoir de 13 litres est changé au profit d'un réservoir de 20 litres

En 1979 la Z1R (modifiée Z2R) est remplacée par la 1000 MK2 qui est dotée de l'allumage électronique puis en 1980 ce modèle est amélioré en " 1000 à injection" qui comme son nom l'indique perd ses carburateurs mikuni de 28 pour des injecteurs " bosch". Contrairement à la Z1000A et la 900Z1, les jantes à rayons sont abandonnées au profit de roues en alliage pour le modèle MK2.

Parallèlement, Kawasaki lance la Z 1000 ST, à vocation grand tourisme. Ce modèle développe 94 chevaux .La principale modification est l'adoption d'une transmission acatène (à cardan) remplaçant la chaîne. L'entretien devient plus facile et moins onéreux.
Ce changement a pour conséquence l'augmentation de l'empattement de 30 mm.

Les Z1R ( Z2R), MK2, ST et 1000 à injection terminent leur carrière en 1980. Elles sont remplacées l'année suivante par la Z 1000 J. Sa cylindrée passe à 998 cm³.

La Z 1000 J laissera à son tour sa place à la Z 1000 R.

Avec l'arrêt de la production de la Z 1000 R, la lignée des Z 1000 est morte, mais pour un temps seulement.

La Z 1000 aura néanmoins eu son heure de gloire, en apparaissant sur petit et grand écran. Elle équipe les officiers Francis Llewellyn Poncherello et Jonathan Baker dans la série télévisée CHiPs. Elle sert également de monture à la fois aux policiers et aux bandits dans le premier volet du film Mad Max.

Z 1000 (2003)[modifier | modifier le code]

Kawasaki Z 1000 (2003-)
KawasakiZ1000.jpg
Kawasaki Z 1000
Constructeur Kawasaki
Années de production 2003 -
Prix à sa sortie 10 120 €
Type roadster
Moteur et transmission
Moteur(s) 4 cylindres en ligne, 4 temps à refroidissement liquide
Distribution 2 act, 4 soupapes par cylindre
Cylindrée 953 cm³ (77,2 x 50,9 mm)
Puissance maximale 127 ch à 10 000 tr/min ch
Couple maximal 9,7 mkg à 8 000 tr/min mkg
Alimentation injection électronique Keihin Ø 38 mm
Embrayage multidisque en bain d'huile
Boîte de vitesses à 6 rapports
Transmission par chaîne
Vitesse maximale 250 km/h
Cadre, suspensions et freinage
Cadre périmétrique
Suspension avant (débattement) fourche télescopique Ø 41 mm (120 mm)
Suspension arrière (débattement) monoamortisseur (138 mm)
Frein avant 2 disques Ø 300 mm, étriers 4 pistons
Frein arrière 1 disque Ø 220 mm, étrier 1 piston
Poids et dimensions
Roue avant 120/70 x 17
Roue arrière 190/50 x 17
Empattement 1 420 mm
Hauteur de selle 820 mm
Poids à sec 198 kg
Réservoir (réserve) 18 ℓ (4 ℓ) litres

Kawasaki fait sensation en faisant revivre, en 2003, la Z 1000. Si le patronyme est identique, la philosophie est légèrement différente. Cette Z 1000 est plus proche de l'esprit de la Z1R. Le moteur de la ZX-9R modifié, un châssis allégé, l'injection et un train de roue issu de la gamme sportive de Kawasaki, la Z 1000 se classe dans la famille des roadsters sportifs. Avec un design innovant, œuvre de Shunji Tanaka, et des dimensions de châssis dignes d'une hyper-sport, cette Kawasaki est digne d'une sportive.

Côté moteur, si l'architecture à quatre cylindres est conservée, la culasse enferme deux arbres à came en tête et quatre soupapes par cylindre.
La cylindrée est de 953 cm³ (77,2 x 50,9 mm), pour une puissance maximale de 127 chevaux à 10 000 tr/min et un couple de 9,7 mkg à 8 000 tr/min.
Ce moteur bénéficie d'une alimentation par injection électronique Keihin de 38 mm de diamètre. La boîte de vitesse passe à 6 rapports.

La partie cycle est, elle aussi, remise au goût du jour. Le cadre périmétrique type Diamant est également copié sur celui de la ZX-9R. La fourche Ø 41 mm est inversée, elle a un débattement de 120 mm. Un monoamortisseur équipe le train arrière.
Le freinage est assuré par deux disques de 300 et 220 mm, respectivement pincés par des étriers Nissin à quatre pistons et Tokico monopiston, à l'avant et à l'arrière.

Côté esthétique, cette machine semble sortie tout droit d'un manga. Les coloris disponibles permettent de reconnaître la Z 1000 au premier coup d'œil. Le vert Kawasaki est complété par un orange vif. Un noir plus discret complète l'offre lors de sa deuxième année de commercialisation. L'échappement fait également partie des points particuliers de cette moto. Quatre silencieux dorés encadrent la roue arrière, rappelant ceux de la 900 Z1.

Z 1000 (2007)[modifier | modifier le code]

Modèle 2007

Pour 2007, la Z 1000 s'offre un rajeunissement. Si la puissance est en baisse de deux chevaux, le couple passe à 10,1 mkg à 8 200 tr/min. Bien que, sur l'ancien modèle, le couple devenait satisfaisant une fois monté dans les tours, le nouveau modèle a été modifié pour procurer un couple plus important aux bas et moyen régimes.
Les disques de frein cèdent à la mode, ils prennent la forme de pétale, avec des étriers à fixation radiale. L'esthétique semble plus trapue. Les quatre pots d'échappement silencieux sont remplacés par deux cônes, mais avec deux sorties chacun.

Liens externes[modifier | modifier le code]