Juana de Ibarbourou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Juana Fernández Morales

Description de l'image  Juana de Ibarbourou from Estampas de la Biblia.jpg.
Nom de naissance Juana Fernández Morales
Autres noms Juana de Ibarbourou; Juana de América; Jeanette d'Ibar
Naissance 8 mars 1892
Melo, Uruguay
Décès 15 juillet 1979
Montevideo, Uruguay
Langue d'écriture espagnol
Genres poésie
Billet de banque uruguayen à l'effigie de la poétesse Juana de Ibarbourou.

Juana de Ibarbourou est une poétesse uruguayenne[1],[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Le 10 août 1929, la poétesse Juana de Ibarbourou a reçu des mains de l'écrivain Juan Zorrilla de San Martín le titre de "Juana de América" au Palais législatif de l'Uruguay à Montevideo.

Juana de Ibarbourou fut membre de l'Académie nationale des Lettres de l'Uruguaydès sa création en 1947.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Poésie
  • Las lenguas de diamante (1919)
  • Raíz salvaje (1922)
  • La rosa de los vientos (1930)
  • Perdida (1950)
  • Azor (1953)
  • Mensaje del escriba (1953)
  • Romances del Destino (1955)
  • Angor Dei (1967)
  • Elegía (1968)
  • Obra completa (Acervo del Estado) (cinq volumes; responsable de l'édition: Jorge Arbeleche. 1992)
  • Obras escogidas (sélection, prologue et notes de Sylvia Puentes de Oyenard. Santiago de Chile, Editorial Andrés Bello, 1999)
  • Rapsodia de Juana de Ibarbourou (selección et prologues de Jorge Arbeleche et Andrés Echevarría. Editorial Rumbo, publication de AGADU et du Parlement uruguayen, 2009)
Prose
  • Cántaro fresco (1920)
  • Ejemplario (1928, pour des enfants)
  • Loores de Nuestra Señora (1934)
  • Estampas de la Biblia (1934)
  • Chico Carlo (1944, récits autobiographiques)
  • Los sueños de Natacha (1945, théâtre pour des enfants)
  • Canto Rodado (1958)
  • Juan Soldado (1971)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es) Sum Scott Renée, Escritoras uruguayas: una antología crítica, Montevideo, Ediciones Trilce,‎ 2002 (lire en ligne)
  • (es) Ibarbourou Juana de, Antología : Poesía y prosa 1919-1971, Buenos Aires, Losada,‎ 1977
  • (es) Picon Garfield Evelyn, Las literaturas hispánicas: introducción a su estudio (lire en ligne)

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Juana de América, dans le Palais Législatif (10 août 1929)
  • Ordre Universel du Mérite Humain, à Genève, pour La rosa de los vientos (1931)
  • Medalla de Oro de Francisco Pizarro donnée par le Pérou (1935)
  • Orden del Cóndor de los Ándes donnée par LA Bolivie (1937)
  • Orden del Sol donnée par le Pérou (1938)
  • Order Cruzeiro do Sur donnée par le Brésil (1945)
  • Croix du Commandant du Grand Prix Humanitaire donnée par la Belgique (1946)
  • Médaille d'or donnée par l'Académie Nationale des Lettres de l'Uruguay (1947)
  • Médaille d'or donnée par le Mexique (1951)
  • Orden Carlos Manuel de Céspedes donnée par Cuba (1951)
  • Femme des Amériques (1953)
  • Orden de Eloy Alfaro donnée par l'Équateur (1953)
  • Hommage de l'Unesco (1954)
  • Gran Premio Nacional de Literatura del Uruguay (1959)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. María del Rocío Contreras Romo, « El placer de la palabra o la palabra del placer, la poesía de Juana de Ibarbourou », Universidad Complutense de Madrid,‎ 2002 (consulté en 2011)
  2. « Biografía de Juana de Ibarbourou devela el calvario de la poetisa », La República,‎ 4 septembre 2008 (consulté en 2011)