Heidi (roman)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Heidi.
Heidi chez son grand-père,
dessinée par Jessie Willcox Smith.

Heidi est le personnage de roman créé par la femme de lettres suisse alémanique Johanna Spyri en 1880. C'est devenu un personnage mythique de la Suisse et le roman fait partie des plus célèbres histoires pour enfants.

Les romans[modifier | modifier le code]

1880, le premier roman[modifier | modifier le code]

Premier livre de Heidi, de Johanna Spyri, sorti en 1881.
Seconde édition de Heidi, de Johanna Spyri, sorti en 1888.
Maison de Heidi, à Maienfeld

L'orpheline Heidi va habiter chez son grand-père sur un alpage en dessus de Maienfeld dans le canton des Grisons, en Suisse, où elle devrait passer sa vie. Alors qu'elle s'est acclimatée et a trouvé de nouveaux amis (le petit chevrier Peter et sa grand-mère), sa tante qui doit légalement l'élever revient la chercher pour vivre à Francfort-sur-le-Main en Allemagne, où elle doit tenir compagnie à Clara Sesemann, une parente des patrons de la tante de Heidi[1], qui est paralysée. Mais Heidi est nostalgique de son alpage et tombe malade. Elle pourra finalement retourner chez son grand-père.

1881, le deuxième roman[modifier | modifier le code]

Clara voudrait bien rendre visite à Heidi sur son alpage, mais elle est d'abord en trop mauvaise santé pour y aller. C'est donc le docteur, ami de M. Sesemann, qui fait le voyage jusqu'en Suisse. Heidi, qui lui est reconnaissante d'avoir permis son retour chez son grand-père, l'accueille avec joie et lui fait découvrir sa vie à la montagne.

Pendant ce temps la santé de Clara périclite. Que faire pour l'aider ? Heidi a une idée : Clara pourrait peut-être la rejoindre sur l’alpage.

Les personnages[modifier | modifier le code]

Heidi et Peter
  • Heidi : une charmante fillette qui a 5 ans au début du premier roman et doit avoir environ 9 ans à la fin du deuxième roman. Elle est orpheline, mais qui va être récompensée par le destin. Son nom de baptême est Adélaïde (Adelheid dans le texte original allemand). Comme c'est la coutume en Suisse alémanique, les gens du pays utilisent toujours le diminutif de « Heidi »[2]. Sa mère avait aussi le nom de baptême d'Adelheid. Son père s'appelait Tobias[3].
  • Peter : le petit chevrier, garçon qui garde les chèvres du village. Il ne va pas volontiers à l'école puisque l'apprentissage de la lecture ne lui réussit pas. Il vit avec sa mère, Brigitte, et sa grand-mère aveugle dans une maison située entre Dörfli et le chalet du grand-père de Heidi. Il est le meilleur ami de celle-ci et est jaloux de Clara.
  • le grand-père : père de Tobias, et donc grand-père paternel de Heidi. Misanthrope, il vit comme un ermite dans son chalet. Les habitants du village l'appellent « l'oncle de l'Alpe »[4]. Sa petite-fille, Heidi, le rapproche à nouveau des hommes dont il s'était écarté.
  • Dete : appelée par les gens du village « la cousine Dete », sœur de la mère de Heidi (donc sa tante maternelle). Lorsque cette dernière meurt, après la mort de Tobias, son mari, Dete recueille Heidi, alors âgée d'un an. Lorsque Heidi aura cinq ans, Dete obtiendra une bonne place de travail dans une famille à Francfort et devra confier Heidi à son grand-père.
  • Clara Sesemann : c'est une petite fille d'environ 12 ans, paralysée, issue d'une riche famille, Elle vit dans une grande ville allemande, Francfort-sur-le-Main. Sa mère est disparue, son père quant à lui est constamment en voyage et a peu de temps à lui consacrer. Grâce à Heidi, elle se libère de sa solitude puis de sa souffrance.
  • Monsieur Sesemann : père de Clara, riche homme d'affaires souvent en voyage.
  • Madame Sesemann : mère de Monsieur Sesemann, elle vient de temps en temps à Francfort rendre visite à Clara, mais ne peut y rester à cause de sa santé. Elle apporte un peu de variété dans la vie monotone de Clara et apprendra à Heidi à lire.
  • Fräulein Rottenmeier (en français mademoiselle Rougemont) : gouvernante de la maison de Monsieur Seseman, elle est sévère et exigeante mais elle aime sincèrement Clara dont elle a la charge… Malheureusement, elle ne comprend pas Heidi, qu'elle considère comme une sauvageonne qui doit être élevée strictement.
  • Le docteur : ami de la famille Sesemann, il soigne Clara. C'est lui qui diagnostiquera le mal du pays de Heidi et persuadera Monsieur Sesemann de la renvoyer auprès de son grand-père dans les Alpes.

Relations de parenté[modifier | modifier le code]

Heidi est la fille d'Adelheid et de Tobias.

Tobias est le fils de l'oncle de l'Alpe.

Dete est la sœur d'Adelheid.

L'arrière grand-mère de Dete et la grand-mère de l'oncle de l'Alpe étaient sœurs.

Contexte[modifier | modifier le code]

L’ère industrielle, avec ses bouleversements sociaux, est à l’origine du succès de ces romans.

Il réside dans la confrontation de l’univers alpestre, naturel et sain, avec la vie citadine en mutation industrielle à laquelle sont associées la maladie et l'indifférence.

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

Timbre allemand de Heidi avec Peter, de 2001.

Les romans ont très vite été traduits dans le monde entier en plus de cinquante langues. En français : Heidi (1882) et Heidi grandit (1882). Le roman s’appelle « Heidi - La petite fille des Alpes » (アルプスの少女ハイジ) au Japon.

Charles Tritten (qui fut l'un des traducteurs en français) a écrit des suites à l'histoire. Il y eut de nombreuses adaptations pour le cinéma, la télévision, la radio et la scène. Un dessin animé réalisé au Japon (1974) a également connu une diffusion internationale.

En Suisse, en 2001, à l'occasion du 100e anniversaire de la mort de Johanna Spyri, une pièce de monnaie commémorative lui est dédiée, de même qu'un timbre poste en 1951.

Adaptations[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

Spectacles[modifier | modifier le code]

Bande dessinée[modifier | modifier le code]

  • 1976-1977, Heidi, 21 cahiers, éditions Bastei
  • 1977-1981, Heidi, 179 cahiers, éditions Bastei
  • 1978, Heidi, 1 album, éditions Bastei
  • 1978-1979, Heidi, 8 livres de poche, éditions Bastei
  • 1978-1981, Heidi, 4 livres de poche, éditions Condor
  • 1979, Heidi cahier spécial bande dessinée, 1 cahier, éditions Condor
  • 1980-1984, Heidi, 9 livres de poche, éditions Bastei
  • 1987-1988, Heidi, 28 cahiers, éditions Bastei

Anecdote[modifier | modifier le code]

La région de Walenstadt s'est proclamée en 1997 « Heidiland ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Johanna Spyri, Heidi, éditions Carlsen, p. 76 (édition originale en allemand). Le texte est au discours indirect : La tante de Heidi raconte au grand-père : « Des parents de ses patrons, … qui ont une fillette unique »
  2. "Duden : Das grosse Vornamenlexikon", page 194, éditeur : Bibliographisches Institut, Mannheim
  3. Johanna Spyri : "Heidi", éditions Carlsen page 21 (version originale en allemand)
  4. Johanna Spyri : "Heidi", éditions Carlsen page 10 (version originale en allemand)
  5. Pièces commémoratives, site Swissmint, consulté le 28 août 2010.

Liens externes[modifier | modifier le code]