Johanna Spyri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Johanna Spyri, ca. 1870
La sépulture de Johanna Spyri à Zurich

Johanna Spyri (née Johanna Heusser) (12 juin 1827 à Hirzel, canton de Zurich - 7 juillet 1901 à Zurich) est un écrivain suisse alémanique, auteur d'histoires pour enfants et créatrice du personnage de Heidi.

Biographie[modifier | modifier le code]

Johanna Spyri est la quatrième d'une famille de six enfants. Son père, Johann Jakob Heusser (1783-1859), est médecin, chirurgien et soigne les malades mentaux. Sa mère, Meta Schweizer (1797-1876), est la fille de Diethelm Schweizer, pasteur d'Hirzel, lui-même compositeur de cantiques et écrivain.

Johanna suit sa scolarité primaire à Hirzel et reçoit des cours particuliers du pasteur Salomon Tobler à la cure, entre 1833 et 1841, puis, de 1841 à 1843, elle poursuit sa formation à Zurich. Elle y apprend notamment les langues modernes et le piano. C'est à cette époque que commence son amitié avec Anna Fries, Betsy et Conrad Ferdinand Meyer.

De 1844 à 1845, elle habite à Yverdon-les-Bains, une commune de suisse romande. De retour à Hirzel, entre 1845 et 1852, elle aide sa mère à élever ses deux jeunes sœurs. Elle devient alors une lectrice acharnée, tout particulièrement d'Annette von Droste-Hülshoff et de Goethe. Elle essaie alors de se séparer de la vision pieuse du monde que lui avait transmise sa mère et apprend à connaître un jeune écrivain révolutionnaire d'esprit, Heinrich Leuthold (en). Elle passera de nombreux étés dans la région de Coire dans le canton des Grisons, en particulier à Jenins et Maienfeld, qui devinrent les lieux où se déroule l'histoire de Heidi.

En 1852, elle épouse Johann Bernhard Spyri, avocat puis chancelier de la ville de Zurich. Ils ont un fils unique, Bernhard. Mari et fils meurent tous deux en 1884. Après leur mort, elle se consacre à son travail littéraire et aux œuvres charitables. Elle décède en 1901, et est enterrée au cimetière de Sihlfeld, à Zurich.

Selon les archivistes de la ville de Montreux, il semblerait que Johanna Spiry y ait aussi séjourné, dans une maison toujours existante aujourd'hui, qu'elle décrit dans un de ses livres, et qui correspond de nos jours à la rue de la gare 23.

Œuvre[modifier | modifier le code]

De 1871 jusqu'à sa mort, elle publie 31 livres, 27 livres d'histoires et 4 brochures, dont :

  • 1871 : Ein Blatt auf Vronys Grab (Erzählung)
  • 1878 : Heimatlos (Waisengeschichten)
  • 1880 : Heidis Lehr- und Wanderjahre
  • 1881 : Heidi kann brauchen, was es gelernt hat
  • 1883 : Wo Gritlis Kinder hingekommen sind
  • 1884 : Gritlis Kinder kommen weiter
  • 1887 : Moni der Geissbub (Erzählung)
  • 1888 : Artur und Squirrel

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

Pièce de monnaie commémorative suisse de 20 francs (2001)

À l'occasion du 100e anniversaire de sa mort, une pièce de monnaie commémorative suisse lui est dédiée[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pièces commémoratives, site Swissmint, consulté le 29 août 2010.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]