Hachiman-zukuri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le honden de Isaniwa-jinja (伊佐爾波神社?) à Matsuyama (Ehime), est un rare exemple du style hachiman-zukuri. Le honden (à gauche) est entouré d'un couloir semblable à celui d'un cloître appelé kairō (à droite).

Le hachiman-zukuri (八幡造?) est un style architectural japonais traditionnel utilisé dans les sanctuaires Hachiman et dans lequel deux structures parallèles avec des toits à pignons sont reliées entre elles sur le côté non-pignon, formant un bâtiment qui, lorsqu'il est vu de côté, donne l'impression d'être deux[1]. La structure du devant est appelée gaiden (外殿, « sanctuaire extérieur »?), celle de l'arrière naiden (内殿, « sanctuaire intérieur »?), et ensemble elles forment le honden[2],[3]. Le honden lui-même est entièrement entouré par un couloir couvert semblable à celui d'un cloître appelé kairō (回廊kairō?) (voir photo). L'accès est rendu possible par une porte appelée rōmon (楼門?).

Ce style prévoit une structure hirairi ou hirairi-zukuri (平入・平入造?), c'est-à-dire que le bâtiment a son entrée principale sur le côté qui est parallèle à l'arête de la toiture (côté sans pignon). Il y a aussi des entrées au centre des côtés à pignons (voir image). En général, la structure arrière fait 3 × 2 ken[4], tandis que celle de l'avant fait 3 × 1[1].

L'espace entre les deux bâtiments mesure un ken de large et forme une salle appelée ai-no-ma (相の間?)[1]. La largeur et la hauteur de cette salle varient avec le sanctuaire.

Usa Hachiman-gū et Iwashimizu Hachiman-gū sont deux exemples encore existants du hachiman-zukuri. Ce style, dont cinq exemples de l'époque d'Edo subsistent peut être d'origine bouddhiste, puisque certains bâtiments bouddhistes montrent la même division. Le hokke-dō du Tōdai-ji par exemple[5] est divisé en deux sections disposées à l'avant et à l'arrière. Les détails de structure montrent également une forte relation avec le style appelé shinden-zukuri de l'époque de Heian, utilisé dans les résidences aristocratiques[1]. Une autre origine possible de ce style peut se trouver dans les anciens palais dont on sait qu'ils avaient des arêtes parallèles sur le toit[1].

Un exemple du style hachiman-zukuri[modifier | modifier le code]

Isaniwa-jinja (伊佐爾波神社?) à Matsuyama (Ehime), est un rare exemple du style hachiman-zukuri.

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e JAANUS, Hachiman-zukuri consulté le 1 décembre 2009
  2. History and Typology of Shrine Architecture, Encyclopedia of Shinto consulté en novembre 2009
  3. Kōjien Japanese dictionary
  4. Le ken est la distance entre deux piliers de soutien, distance qui peut varier d'un sanctuaire à l'autre et même à l'intérieur d'un même bâtiment
  5. Littéralement, « salle du Sūtra du Lotus ». Une salle dont la disposition permet la marche autour d'une statue pour la méditation