Katsuogi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Katsuogi avec chigi sur le honden de Nishina Shinmei-gū

Les katsuogi (鰹木, 堅魚木, 勝男木, 葛緒木?) ou Kasoegi (斗木?) sont de courts et décoratifs rondins de bois que l'on trouve en architecture japonaise et particulièrement dans l'architecture shinto. Ils sont placés à angle droit le long de la crête des toits et sont généralement présents dans l'architecture religieuse ou impériale. Les katsuogi sont antérieurs à l'influence bouddhiste et constituent un élément architectural propre au Japon[1]. Ils sont souvent placés sur les toits avec des chigi, ornementation en forme de fourche utilisée sur les sanctuaires shintoïstes. Aujourd'hui, les katsuogi et les chigi sont employés exclusivement sur ​​les bâtiments shintoïstes et peuvent servir à les distinguer des autres structures religieuses telles que les temples bouddhistes.

Origine[modifier | modifier le code]

Katsuogi placées le long de la poutre faîtière du toit à Ise-jingū

Le but original des katsuogi est incertain. Une théorie veut que les rondins de bois ont été initialement utilisés pour peser sur les couvertures en chaume des premiers bâtiments japonais[2]. Comme les techniques de construction se sont améliorées, le besoin de poids a disparu et les rondins ne restent plus que pour leur valeur ornementale. Leur existence au cours de la période Jomon (250-538) est en tout cas bien documentée par de nombreux objets[3].

Comme les chigi, les katsuogi sont initialement réservés à la seule noblesse. La première description que l'on en connaisse se trouve dans le Kojiki, un texte japonais du VIIs siècle, où ils semblent n'être accessibles qu'à l'empereur. Dans l'extrait, l'empereur Yuryaku (418-479) voit le toit de la maison d'un fonctionnaire chargé de katsuogi. Très irrité, il traite le fonctionnaire de coquin et de misérable pour avoir construit une maison à l'imitation du palais impérial[4].

Plus tard, les empereurs accordent à des familles telles que les Nakatomi et Mononobe la permission d'installer des katsuogi sur leurs maisons. Comme ces clans étaient de fervents partisans et des administrateurs shinto, les katsuogi ont fini par venir décorer les sanctuaires shintoïstes[5]. Au VIe siècle, les katsuogi ont commencé à être utilisés sur les maisons des familles puissantes en accompagnement des chigi. Après la restauration Meiji (1868) leur utilisation dans les nouveaux sanctuaires est limitée au honden[6].

Conception[modifier | modifier le code]

Katsuogi décoré du Sceau impérial du Japon

Le katsuogi est habituellement une courte pièce de bois arrondie. La plupart sont ronds, bien que des formes carrées ou en losange ont parfois été utilisées. Certains sont sculptés avec des extrémités effilées. Les katsuogi plus ornés sont couverts d'or ou de bronze et décorés du blason du clan.

Le nombre de katsuogi utilisés sur n'importe quel toit donné varie, mais en général il y en a toujours au moins un à chaque extrémité. Les bâtiments les plus anciens ont tendance à employer plus de katsuogi. Ils sont toujours utilisés dans les bâtiments construits dans les styles shinmei-zukuri, kasuga-zukuri, sumiyoshi-zukuri et taisha-zukuri où ils sont presque toujours couplés avec des chigi.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fletcher (1996), page 724
  2. Lucas (2002), page 5
  3. Yasutada Watanabe, Shinto art: Ise and Izumo shrines, New York, Tokyo, Shambhala Publications,‎ 1974, p. 123
  4. Chamberlain (2005), Vol. 3, Section 152
  5. "katsuogi 堅魚木." JAANUS. consulté le 5 mai 2009.
  6. Brian Bocking, A Popular Dictionary of Shinto, Routledge,‎ 1997 (ISBN 978-0-7007-1051-5, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Fletcher, Banister, Sir. (1996). A History of Architecture. Architectural Press. ISBN 0-7506-2267-9.
  • Chamberlain, Basil Hall (2005). The Kojiki: Records of Ancient Matters. Boston: Tuttle Publishing. ISBN 0-8048-3675-2.