Guillaume des Pays-Bas (1840-1879)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guillaume des Pays-Bas.

Guillaume des Pays-Bas

Description de cette image, également commentée ci-après

Le prince Guillaume, prince d'Orange

Titre

Prince d’Orange

17 mars 184911 juin 1879
(&&&&&&&&&&01415938 ans, 9 mois et 7 jours)

Prédécesseur Guillaume
Successeur Alexandre
Biographie
Dynastie Maison d’Orange-Nassau
Nom de naissance Willem Nicolaas Alexander Frederik Karel Hendrik van Oranje-Nassau
Naissance 4 septembre 1840
La Haye (Pays-Bas)
Décès 11 juin 1879 (à 38 ans)
Paris (France)
Sépulture Nieuwe Kerk
Père Guillaume III des Pays-Bas
Mère Sophie de Wurtemberg
Description de cette image, également commentée ci-après

Princes héritiers des Pays-Bas

Guillaume d'Orange-Nassau (en néerlandais, prins Willem van Oranje-Nassau), prince d’Orange, prince des Pays-Bas et prince d’Orange-Nassau (La Haye, 4 septembre 1840 - Paris, 11 juin 1879) fut prince héritier des Pays-Bas et du grand-duché de Luxembourg de 1849 à sa mort.

Il vécut en exil à Paris où il mourut.

Une famille désunie[modifier | modifier le code]

Le prince Guillaume et son frère la prince Maurice vers 1848

Prince des Pays-Bas, Guillaume est issu de l'union désatreuse du futur roi Guillaume III des Pays-Bas et de Sophie de Wurtemberg, il naquit à La Haye le 4 septembre 1840.

Peu après son arrière-grand-père, le roi Guillaume Ier abdiqua pour des raisons politiques et personnelles : d'une part, il était désavoué par ses pairs qui, au détriment des Pays-Bas, reconnaissaient par le Traité de Londres l'indépendance de la Belgique, d'autre part, souverain d'un pays protestant, il désirait épouser une dame issue de l'aristocratie catholique Belge ce que son peuple ne pouvait accepter.

Le grand-père du petit Guillaume, homme intelligent et pramatique devint roi sous le nom de Guillaume II des Pays-Bas. Par des mesures habiles et libérales il sut éviter aux pays-Bas les mouvements révolutionnaires qui embrasèrent les monarchies européennes. Guillaume II mourut en 1849. Il avait épousé en 1816 la grande-duchesse Anna Pavlovna de Russie, sœur des tsars Alexandre Ier et Nicolas Ier qui avait une grande influence sur son fils, devenu roi sous le nom de Guillaume III.


Le prince Guillaume à 20 ans

Portant le titre traditionnel réservé à l'héritier du trône, le prince Guillaume âgé de 9 ans à l'avènement de son père devint prince d'Orange. Il était prince héritier des Pays-Bas et du grand-duché de Luxembourg.

L'année suivante, son frère cadet, le petit prince Maurice, second dans l'ordre successoral, mourut de maladie à l'âge de 7 ans. La reine avait supplié avait en vain son mari d'en appeler à d'autres médecins que ceux de la cour ce que l'orgueilleux Guillaume III avait refusé. La reine s'enfuit dans sa famille à Stuttgart. Le roi Guillaume Ier de Wurtemberg convainquit sa fille de remplir ses devoirs d'épouse et de souveraine et de retourner auprès de son mari. Guillaume avait 10 ans. Il était devenu l'enfant unique d'une famille qui se déchirait.

Le rapprochement furtif et intéressé entre ses parents permit la naissance d'un autre petit frère, second second en ligne successorale, prénommé Alexandre en l'honneur de sa parenté avec les Romanov.

Le couple royal se sépara officieusement dès 1855. Le roi, prenant avec lui son fils aîné âgé de 15 ans, élit domicile au Palais Het Loo, et retourna à ses débauches (il fut surnommé le "roi-gorille" et un grand nombre d'enfants adultérins lui fut attribué) tandis que la reine, qui méprisait ouvertement son mari, cherchant à jouer un rôle politique, emmenait avec elle son fils cadet Alexandre qui avait 4 ans, et se remit à sa correspondance avec les intellectuels de son temps, évitant une tante-belle-mère qui lui manquait ostensiblement de respect.

À l'instar du prince Guillaume son fils aîné, elle finit par fuir cette cour invivable et passa de plus en plus de temps dans sa famille à Stuttgart.

Un prince en déshérence[modifier | modifier le code]

Le prince royal
Henriette Hauser (Nana par Edouard Manet)

Surnommé Wiwill (diminutif de son prénom néerlandais Willem), le petit Guillaume recevait une exigeante et pudibonde éducation victorienne qui tourna vite au désatre. Loin de discipliner et d'épanouir le jeune prince, elle en accrut les vices hérités de ses aînés et qui allaient hâter sa fin.

Son père, conservateur qui refusait la marche vers la démocratie de son peuple, avait promis d'abdiquer dès que son héritier atteindrait l'âge de 18 ans mais se garda bien de tenir sa promesse une fois le moment venu en 1858.

Un projet de mariage avec la princesse Alice du Royaume-Uni échoua (1860), la reine Victoria ayant eu vent de la mauvais réputation du prince. Quelques années plus tard, un projet concernant la grande-duchesse Maria Alexandrovna, fille du tsar Alexandre II de Russie, échoua également.

En 1874, le prince âgé de 33 ans s'éprit de la jeune comtesse Mathilde de Limburg-Stirum qui en avait 19.

Le roi et la reine, pour une fois d'accord, s'opposèrent avec véhémence à cette idylle parce que la jeune fille, bien qu'issue de la plus haute aristocratie européenne, n'était pas de sang royal. Ainsi en était-il dans les cours de l'époque. Le prince songea alors à outrepasser l'interdiction paternelle mais la jeune comtesse était mineure et ses parents refusèrent également leur accord. D'aucuns prétendirent que les causes de ce refus étaient bien plus scandaleuses et que la jeune fille était en réalité la demi-sœur adultérine du prince (mais l'on prétendit la même chose après leur mort de l'archiduc Rodolphe d'Autriche et de sa maîtresse Maria Vetsera).

Désabusé, révolté et aigri, le prince héritier s'exila volontairement en France où il vécut dans la plus vile débauche. Ayant acquis un appartement à Paris rue Auber, près de l'opéra, il partagea la vie de la comédienne de boulevard Henriette Hauser. Le duc de Gramont-Caderousse, un copain viveur célèbre de l'époque, lui donna le surnom de le prince Citron[1] ; ce surnom (jeu de mot en référence à son titre de prince d'Orange) devenu bien vite populaire et courut les "grands boulevards" récemment créés et les journaux parisiens.

Il ne revint aux Pays-Bas que pour assister aux funérailles de sa mère en 1878. En revanche, comme son frère Alexandre, il fut choqué par le remariage de son père. En effet, le parlement ne lui ayant pas permis d 'épouser sa maîtresse, une cantatrice Française, le roi Guillaume III se remaria avec une princesse de 41 ans sa cadette Emma de Waldeck-Pyrmont.La nouvelle reine des Pays-Bas avait 18 ans de moins que son beau-fils.

Malgré sa jeunesse, la souveraine sut calmer ses colères et se montra d'une parfaite dignité, Quelques mois plus tard, usé par son style de vie, le prince mourut prématurément du typhus le 11 juin 1879 dans son appartement parisien de la rue Auber. Il avait 38 ans.

Son corps, ramené aux Pays-Bas, fut inhumé dans la crypte royale de Delft.

Épilogue[modifier | modifier le code]

Héritant des titres et dignités de son frère défunt, le prince Alexandre, 28 ans, célibataire, dernier fils survivant de Guillaume III et de Sophie de Wurtemberg, était devenu prince d'Orange et héritier du trône. Élevé par sa mère, il devint un homme rangé et cultivé. Inconsolable de la mort de celle-ci en 1877, il fut lui aussi profondément offusqué par le remariage de son père (sa belle-mère était de 7 ans sa cadette) et refusa de s'approcher de sa demi-sœur qui naquit en 1880. Reclus dans son palais aux volets toujours clos, il ne survécut que 5 ans à son frère et mourut lui aussi du typhus à l'âge de 33 ans, six ans avant son père.

Avec lui, s'éteignait l'espoir d'une succession masculine aux Pays-Bas et au Luxembourg. Un projet de mariage avec la très catholique princesse Marie-Anne de Bragance n'avait pas abouti.

La loi salique fut abrogée aux Pays-Bas ce qui permit à leur demi-sœur alors âgée de 4 ans de devenir princesse héritière. Elle sera la fameuse reine Wilhelmine tandis que le Luxembourg passant à un très lointain cousin, le duc Adolphe de Nassau, accédait à une totale indépendance.

N'ayant pas épousé le prince héritier des Pays-Bas, Marie-Anne de Bragance épousa en revanche le grand-duc héritier de Luxembourg, un autre membre de la Maison de Nassau et assuma la régence pendant les maladies de son mari.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

D'après les Wikipedia Anglais, Allemand et Néerlandais.