Petite Ourse (galaxie naine)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Galaxie naine de la Petite Ourse
Données d’observation - Époque J2000.0
Ascension droite 15h 08m 49,2s
Déclinaison +67° 06′ 38″
Coordonnées galactiques = 104,88 · b = +44,90
Constellation Petite Ourse
Vitesse radiale -247,4±1,0 km/s
Ellipticité 0,56±0,05
Magnitude apparente (V) 10,6±0,5
Rougissement (B-V) 0,03
Absorption d’avant-plan (V) 0,09
Type dSph
Échelle de longueur 11,2 (205 pc)
Magnitude absolue (V) -8,87±0,25
Module de distance 19,0±0,1
Distance environ 63 kpc (∼205 000 a.l.)
Distance au centre de masse du Groupe local environ 430 kpc (∼1,4 millions d' a.l.)
Découvreur A.G. Wilson
Date de découverte 1955
Autres désignations UGC 9749, DDO 199
Masse 1,7×107 M
Masse d’hydrogène atomique (HI) moins de 280 (?) M
Nombre d’amas globulaires 0
Abondance de fer ([Fe/H]) -2,2±0,2

La galaxie naine de la Petite Ourse est une galaxie naine sphéroïdale satellite de notre Voie lactée et donc membre du Groupe local. Comme son nom l'indique, elle est située dans la constellation de la Petite Ourse. Sa découverte fut annoncée 1955 par A.G. Wilson[1], en même temps que plusieurs autres galaxies du même type (Leo I et Draco), toutes étant découvertes à l'aide du relevé photographique du Palomar Observatory Sky Survey.

Cinématique et structure[modifier | modifier le code]

La galaxie naine de la Petite Ourse possède une vitesse radiale estimée à -247,4±1,0 km/s par la mesure des vitesse individuelle de 94 étoiles brillantes[2]. La même étude révèle une dispersion des vitesses estimée à 10,4±0,9 km/s ou 8,8±0,8 km/s selon les étoiles utilisées dans la mesure. Quelle que soit la valeur retenue, cette dispersion atteste d'une masse totale de la galaxie bien plus grande que sa masse visible. Son rapport masse/luminosité est ainsi évalué à 77±13 en unités solaires (supérieur mais compatible avec des mesures plus anciennes à 40^{+29}_{-17}[3]), signe d'une présence importante de matière noire dans cette galaxie (au même titre que pour la galaxie naine du Dragon), une conclusion renforcée par le fait que la dispersion de vitesses ne semble pas décroître avec la distance au centre de la galaxie[4], comme attendu en présence d'un halo de matière noire plus étendu que la distribution d'étoiles visibles (à l'inverse, un profil décroissant avec la distance serait plus caractéristique d'un modèle de King que l'on trouve dans des amas globulaires). Le fait que la galaxie possède ou non une rotation propre est difficile à déterminer avec les données actuelles. Une valeur de 3 km/s a été proposée, mais l'asymétrie de la galaxie suggère que cette possible rotation résulte en fait d'effets de marée ou du fait que le système de soit pas relaxé[5].

Distante de 63 kpc (205 000 années-lumière) du système solaire, la galaxie naine de la Petite Ourse est comme presque toutes les galaxies naines proches, composée d’étoiles anciennes et de peu de matière interstellaire.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) A.G. Wilson, Sculptor-Type Systems in the Local Group of Galaxies, Publications of the Astronomical Society of the Pacific, 67, 27-29 (1955) Voir en ligne.
  2. (en) Taft E. Armandroff, Edward W. Olszewski & Carlton Pryor, The Mass-To-Light Ratios of the Draco and Ursa Minor Dwarf Spheroidal Galaxies.I. Radial Velocities from Multifiber Spectroscopy, Astronomical Journal, 110, 2131-2165 (1995) Voir en ligne.
  3. (en) J. C. Hargreaves, G. Gilmore, M. J. Irwin & D. Carter, A Dynamical Study of the Ursa-Minor Dwarf Spheroidal Galaxy, Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, 271, 693-705 (1994) Voir en ligne.
  4. (en) Edward W. Olszewski, Internal Kinematics of Dward Spheroidal Galaxies, In Comptes rendus du 1997 Santa Cruz Halo Workshop, édité par D. Zaritsky, astro-ph/9712280 Voir en ligne.
  5. (en) J. T. Kleyna et al., A V and I CCD Mosaic Survey of the Ursa Minor Dwarf Spheroidal Galaxy, Astronomical Journal, 115, 2359-2368 (1998) Vor en ligne.