Giovanni Niccolò Servandoni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Giovanni Niccolò Servandoni

Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait de Giovanni Niccolò Servandoni attribué à Jean-François Colson (musée Carnavalet)

Naissance 2 mai 1695
Florence
Décès 19 janvier 1766
Paris
Nationalité Franco-italien
Activités Peintre, décorateur, architecte.
Influencé par Giuseppe Ignazio Rossi
Récompenses Chevalier de l'ordre de Saint-Jean-de-Latran

Giovanni Niccolò (Jean Nicolas) Geronimo Servandoni, né à Florence le 2 mai 1695 et mort à Paris le 19 janvier 1766, est un peintre, décorateur de théâtre et architecte franco-italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un père français, cocher de diligence entre Florence et Lyon, et d'une mère italienne, Servandoni commença sa carrière d'artiste à Rome vers 1715, où il fit la connaissance du peintre Giovanni Paolo Panini et apprit le dessin et la perspective auprès du graveur et architecte Giuseppe Ignazio Rossi. C'est à Rome qu'il découvrit également les productions théâtrales spectaculaires et les architectures éphémères élevées à l'occasion de fêtes et de cérémonies, dans lesquelles il devait lui-même exceller.

Il passa quelque temps à Lisbonne comme décorateur de théâtre puis, en 1724, vint s'établir à Paris et fut chargé d'élaborer des décors pour l'Opéra, concevant des machines et des toiles peintes pivotantes. En 1728, il devint le Premier peintre-décorateur et directeur des machines de l'Académie Royale de Musique et conserva cette fonction jusqu'en 1742. Il connut son premier grand succès avec la mise en scène de l'opéra Orion de Louis de Lacoste, dans des décors exotiques évoquant l'ancienne Égypte, et réalisa plus de soixante productions, applaudies par le public et encensées par la critique, notamment Denis Diderot. Pour créer la sensation de l'espace, Servandoni utilisait une technique de perspective plaçant le point de fuite sur un des côtés de la scène, introduite à la cour de Vienne par la famille Bibiena.

En 1729, Servandoni participa avec Panini à la conception des décorations célébrant la naissance du dauphin. En 1731, il fut admis à l'Académie royale de peinture et de sculpture en tant que peintre de ruines antiques.

En 1729, il avait été chargé de reconstruire la chapelle de la Vierge de l'église Saint-Sulpice à Paris. En 1732, il remporta le concours pour la construction du massif antérieur de cet édifice. Son projet évolua considérablement avec le temps.

Poursuivi pour dettes en 1745, il quitta la France et travailla pour diverses cours européennes, se rendant à Londres en 1749, où il participa à l'élaboration du bâtiment spécialement construit pour la création de Music for the Royal Fireworks de Georg Friedrich Haendel[1].

Il participa à la reconstruction de Lisbonne, dévastée par le tremblement de terre de 1755. Il se rendit à Vienne en 1760.

En 1752, il donna un projet de place semi-circulaire pour servir d'accompagnement à la façade de Saint-Sulpice. Seul l'immeuble du n° 6 place Saint-Sulpice fut construit sur ce dessin.

Il fut chevalier de l'Ordre de Saint-Jean-de-Latran en 1733 et de l'Ordre du Christ.

Son neveu, Jean-Nicolas Servandoni, dit D'Hannetaire, fut un comédien célèbre, directeur du Théâtre de la Monnaie à Bruxelles et auteur des Observations sur l'art du comédien (1774).

Œuvres[modifier | modifier le code]

Principales réalisations[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Publications[modifier | modifier le code]

  • Description abrégée de l'église Saint-Pierre de Rome, Paris, 1738.
  • Relation de la représentation de la forêt enchantée sur le théâtre des Tuileries le 31 mars 1754.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [voir Great Britain. Board of Ordnance A description of the machine for the fireworks, with all its ornaments, and a detail of the manner in which they are to be exhibited in St. James's Park, Thursday, April 27, 1749, on account of the general peace, signed at Aix La Chapelle, October 7, 1748. Published by order of His Majesty's Board of Ordnance. London : printed by W. Bowyer, sold by R. Dodsley, and M. Cooper. 1749.]

Sur les autres projets Wikimedia :