Jean-François Leriget de La Faye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean-François Leriget, marquis de LaFaye est un diplomate et un poète français né à Vienne (Isère) en 1674 et mort à Paris le 11 juillet 1731.

Fils de Pierre Leriget, seigneur de LaFaye, lecteur du duc de La Rochefoucauld en 1659 puis secrétaire du roi en 1680 et receveur général des finances (et d'Anne Hérault), LaFaye se destina d'abord à la carrière des armes et entra dans les mousquetaires avant de servir dans l'infanterie. Il dut démissionner en raison d'une santé délicate. Gentilhomme ordinaire de Louis XIV, il fut aussi chef du cabinet royal et conseiller particulier du Roi et, à ce titre, chargé de missions importantes, entre autres, celle de chercher une épouse pour le jeune Louis XV. Il remplit diverses missions diplomatiques, à Londres, Gênes et Utrecht, participant notamment à la négociation du traité d'Utrecht.

Doté d'une grande fortune, ami intime de la comtesse de Verrue, il constitua de belles collections de livres et d'objets d'art et protégea les artistes (Lancret, Oudry, Bonaventure de Bar) et les gens de lettres. C'est avant tout cette activité qui lui valut d'être élu à l'Académie française en 1730. Il fut également administrateur de la Compagnie des Indes.

Propriétaire de deux hôtels à Paris et d'un autre à Versailles (rue de l'Orangerie), il acquit le château de Condé à Condé-en-Brie (Aisne) en 1719 qu'il fit transformer par l'architecte Servandoni. Mort sans alliance sept années après une intervention chirurgicale, son testament de 1724 léguait ce château à son neveu Jean-François, fils de son frère Jean-Élie Leriget de LaFaye, membre de l'Académie des Sciences.

LaFaye a composé quelques pièces de vers, publiées dans le Mercure, notamment une Ode en faveur des vers, la plus connue, par laquelle il prit part à la controverse suscitée par les thèses de Houdar de La Motte. On y trouve notamment cette strophe :

De la contrainte rigoureuse,
Où l'esprit semble resserré,
Il acquiert cette force heureuse
Qui l'élève au plus haut degré ;
Telle, dans des canaux pressée,
Avec plus de force élancée,
L'onde s'élève dans les airs ;
Et la règle qui semble austère
N'est qu'un art plus certain de plaire,
Inséparable des beaux vers.


Précédé par Jean-François Leriget de La Faye Suivi par
Jean-Baptiste-Henri de Valincour
Fauteuil 13 de l’Académie française
1730-1731
Prosper Jolyot de Crébillon