Genaro García Luna

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Genaro García Luna
Illustration.
Fonctions
Secrétaire de la Sécurité Publique du Mexique
Président Felipe Calderón
Prédécesseur Eduardo Medina Mora
Successeur Manuel Mondragón y Kalb
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Mexico, (Mexique)
Nationalité Mexicain

Genaro García Luna né le à Mexico, Mexique. Il a été Secrétaire de la Sécurité du Mexique de 2006 à 2012.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a fait des études d’ingénieur en mécanique à l’Université Autonome Metropolitaine. À 20 ans il a commencé dans le domaine du renseignement du Centre de Recherche et de Sécurité Nationale (CISEN), où il est resté jusqu’en 1998, pour devenir ensuite Coordinateur Général du Renseignement pour la Prévention à la Police Fédérale Préventive, où il a élaboré le concept et le rattachement des bureaux des domaines du Renseignement.

À la fin de l’année 2000, après avoir gagné un concours pour restructurer la Police Fédérale Judiciaire, il a été nommé directeur de la Planification et des Opérations de la Police Fédérale Judiciaire, époque où il a mis en œuvre un processus de réorganisation avec de nouvelles structures administratives et opérationnelles, tout comme des nouveaux systèmes d’information. La Police Fédérale Judiciaire est devenue l’« Agence fédérale d'investigation » (Agencia Federal de Investigación - AFI).

Directeur et fondateur de l’AFI, où il est resté de fin 2001 à décembre 2006, quand il a été élu comme Ministre de la Sécurité Publique, l’Agence qu’il avait créée a obtenu la reconnaissance INNOVA 2005 pour la mise en pratique de la « Recherche sur le kidnapping en temps réel » et la certification de 33 méthodes recensées sous la norme ISO 9001:2000 dans différents domaines.

Genaro García Luna est nommé, par le président Felipe Calderón, Secrétaire de la Sécurité du Mexique le 30 novembre 2006. Il reste à ce poste jusqu'au 30 novembre 2012, remplacé par Manuel Mondragón y Kalb chargé de préparer la suppression de cette fonction après l'élection du nouveau président Enrique Peña Nieto.
Perdant le soutien politique dont il bénéficiait jusqu'à défaite de Calderón, il a quitté le Mexique pour se réfugier à Miami aux États-Unis, craignant d'être la cible de représailles de la part de ceux auxquels il a causé du tort[1].

Controverse[modifier | modifier le code]

Il est accusé d'être aussi impliqué dans le montage médiatique de l'arrestation de Florence Cassez en 2005[2]. Ayant reconnu publiquement la mise en scène[3], il s'en explique et ajoute qu'il s'agissait : « d'une reconstitution demandée par les médias et que cet élément ne sera pas pris en compte lors du procès de la Française »[4]. Version formellement démenti par Carlos Loret de Mola, présentateur vedette de la chaine Televisa qui affirme avoir été manipulé par les autorités sur lesquelles il rejette toute la responsabilité de la mise en scène[5]. Cette manipulation ayant été l'une des causes principales ayant amenée la Cour suprême du Mexique à annuler la condamnation de la française et prononcer ainsi sa libération.

Il a été accusé en 2012 par les narcotraficants, d'être lui-même un narcotraficant avec plus de pouvoir et de recevoir d'argent des cartels de la drogue[6]. Les services de renseignements américains détiendraient des preuves de liens entre l'ancien ministre et le trafic de la drogue[7].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Il est aussi l’auteur de El nuevo modelo de seguridad para México (Le nouveau modèle de sécurité publique pour Mexique), publié en 2011, où Monsieur García Luna détaille le travail qu’il a fait en tant que Ministre de Sécurité Publique en la construction d'une nouvelle Police Fédéral. Contra el crimen. ¿Por qué 1,661 corporaciones de policía no bastan? Pasado, presente y futuro de la Policía en México (Contre le crime. Pour quoi 1.661 corps de policiers ne suffisent pas? Passé, présent et futur de la Police au Mexique), publié en 2006, où il présente sa proposition d’un nouveau modèle de police au Mexique en mettant l’accent sur les fonctions de renseignement.

Autres réalisations et projets[modifier | modifier le code]

  • Ordre du Mérite de la Police, avec le Ruban Rouge, accordé par la Gouvernement Espagnol, pour le travail effectué dans des taches de recherche et de coopération policière entre les deux pays (octobre 2001)
  • Reconnaissance du Department of Justice –United States Attorney– Western District of Texas. (octobre 2003)
  • Médaille Insigne de la Police Nationale d’Équateur, en reconnaissance de sa précieuse contribution au poste d’attaché de la Police et, enfin, a la Police Nationale d’Équateur.
  • Reconnaissance du Federal Bureau of Investigation (FBI) pour des recherches et l’arrestation de fugitifs (septembre 2004).
  • Remise de la Distinction en argent du Secrétariat général de l’Interpol (septembre 2005).
  • Reconnaissance de la Drug Enforcement Administration (DEA), pour sa contribution à la lutte contre le narcotrafic (juin 2005).
  • Certificat de l’IALEIA (International Association of Law Enforcement Intelligence Analysts, avril 2006).
  • Reconnaissance du Department of Homeland Security, pour son appui important dans l’initiative binationale appelée Contrebande de Devises, opération au cours de laquelle on a réussi une prise de 51 millions de dollars (mai 2006).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • ¿Por qué 1,661 corporaciones de policía no bastan? – Pasado, Presente y Futuro de la Policía en México, avril 2006, ISBN 970-03-2089-8
  • Para entender: El Nuevo Modelo de Seguridad para México, Nostras Ediciones, 2011 ISBN 978-607-7603-76-4

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Affaire Florence Cassez: 5 questions en suspens » - « Où est passé Genaro Garcia Luna? » - article de l'Express du 24 janvier 2013.
  2. Genaro Garcia Luna, dans l’oeil du cyclone, prépare son éxil vers Miami !, de Alain Figadere, publié par le Quotidien des francophones du Mexique le 29 novembre 2012.
  3. Florence Cassez, toujours prisonnière au Mexique - Marie Huret, L'Express no 2995, 26 novembre 2008, p. 128
  4. Arrestation de Florence Cassez au Mexique: la police a menti - article AFP - du 19 avril 2010.
  5. « Florence Cassez : les regrets d'une chaîne de télé mexicaine » - article de Libération du 22 janvier 2013.
  6. (es)La Barbie acusa a Genaro García Luna de recibir dinero del narco, 28 novembre 2012
  7. (es)Documentados en Washington, los nexos de García Luna con el narco, de J. Jesus Esquivel, par le magazine hebdomadaire Proceso, publié le 2 décembre 2012, numéro 1883

Liens externes[modifier | modifier le code]