Gallurais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
gallurais
gadduresu
Parlée en Italie
Région Sardaigne, province d'Olbia-Tempio
Nombre de locuteurs 100 000
Typologie syllabique
Classification par famille
Statut officiel
Langue officielle Sardaigne
Codes de langue
ISO 639-3 sdn[1]
IETF sdn[1]
Échantillon
Article premier de la Déclaration universelle des Droits de l'Homme (voir le texte en français) Altìculu 1: Tutti l'omini nascini libbari e pari in dignitài e diritti. So' iddi dutati di rasgioni e di cuscenzia e deni operà l'unu cu' l'altu cu' ispiritu di fratiddanza.

Le gallurais ou gallurien (gadduresu en gallurais, en italien gallurese, nom également utilisé en français) est un parler italo-roman de la Gallura en Sardaigne (province d'Olbia-Tempio).

Son lexique est similaire à 83 % à celui de l'italien, à 81 % au sassarese (sassarais, sassarien) et seulement à 70 % au parler proprement sarde du Logudoro (et seulement à 66 % au parler sarde de la ville de Cagliari). Ce n'est donc pas un dialecte de la macro-languesarde, mais bien un parler italo-toscan, très proche de la langue corse parlée à Sartène, avec laquelle il partage aussi le son cacuminal.

Les Gallurais nomment Sarde (Saldu) le logudorais et le campidanien, et Sardes (Saldi) le peuple qui les parlent, mais ils ne s'incluent pas eux-mêmes dans ces termes. Sardaigne se dit Saldigna en gallurais et sarde (au sens de langue) se dit saldu ou linga salda.

Ce diasystème corso-sarde comporte un vocabulaire commun à 80 % avec celui du corse, résultant d'une immigration importante de Corses au XVe siècle. Il ressemble à la variété « rucchisgiana » de la langue corse, ou « sartenais », parlé dans les environs de Sartène. Les premières traces écrites datent du XVIIIe siècle (sous forme de poésies). Néanmoins, le vocabulaire de la langue galluraise comporte 20 % de vocabulaire emprunté au sarde logudorais, à tel point que certains nationalistes de l'île revendiquent son appartenance à une langue sarde commune - ce qui est généralement réfuté par les linguistes des langues romanes. D'autre part, plusieurs auteurs incluent le gallurais et le sassarais dans les dialectes sardo-corses, alors que la naissance du deuxième se situe bien avant, au XIIe siècle, en tant que dialecte servant au commerce entre les différentes peuples de la ville nouvelle de Sassari (tout d'abord Sardes, Corses, Génois et Pisans, puis Catalans et Espagnols). Il a eu par la suite une évolution autonome du corse et du gallurais. Malgré l'étendue de son territoire, le parler gallurais est très uniforme quelle que soit la région où il est parlé, ce qui confirme la thèse de son arrivée tardive, qui a empêché la fragmentation (à la différence du sarde, très fragmenté, et du sassarais, qui inclut les dialectes castellanesi de Castelsardo, Tergu et Sedini, et présente des nuances sensibles entre les principales villes).

Éléments constitutifs typiques du Gallurais[modifier | modifier le code]

Le gallurais présente des caractères homogènes et uniformes, ce qui le différencie du sarde logudorais et souligne sa ressemblance avec les parlers corses méridionaux. L'écriture est davantage basée sur les normes du corse que sur celles du sarde, mais elle est davantage influencée par l'orthographe italienne.

  • le pluriel des noms se forme en -i (polti, portes), comme en italien ou en corse, et non en -s comme dans les parlers sardes, espagnols ou catalans ;
  • le pluriel ne change pas selon le genre (la tarra/li tarri, les terres — lu campu/li campi, les champs), comme dans le corse méridional ;
  • le son cacuminal fait changer en -dd- le son italien ou corse septentrional -ll- (casteddu, beddu au lieu de castello, bello, castellu, bellu).
  • le -r- se transforme en -l- comme dans Saldu (Sarde) ou poltu (port).
  • présence d'un graphème -chj- et -ghj- comme en corse : ghjesgia église, occhji, yeux, ghjattu, chat.
  • les articles sont lu, la, li et li, comme en ancien corse (en corse septentrional lu devient u et la, a) tandis qu'en sarde, on a su, sa, sos et sas (articles basés sur le latin ipsum).
  • certains mots de base sont différents de ceux du sarde : vennari, vendredi, au lieu de chenapura - casa, maison, et non domo - pecura brebis, et non erveghe.
  • le son 'qu' [kw] transformé en k- au début des mots (« cattru », « chici », « chiddu », « candu » tandis qu'en corse on a « quattru », « quici », « quiddu/quillu », « quandu » et en italien quattro, quì, quello, quando - 4 ici celui-là quand), avec une influence phonétique du sarde mais également en corse méridional (en sarde respectivement « battor », « inoghe », « cussu », « cando »).
  • le -b- en lieu et place du -v- (« abà, abali » [maintenant] (à comparer avec le corse « avà, avali/avale »);
  • 20 % du vocabulaire est néanmoins influencé par le sarde logudorais (adstrat).

Cartes[modifier | modifier le code]

Textes en gallurais[modifier | modifier le code]

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

... ne da li francesi ne da l’ittaliani. Ma mancu da chissi chi in Saldigna ci oni custrijhi a usa una linga chi no è la nostra, pripparata in calchi ufficciu, e chi ani chjamata Linga Salda Unificata. Il Gallurese - Périodique électronique dirigé par Nino Scampuddu. ([le gallurais ne peut être imposé] ni par les Français, ni par les Italiens. Mais pas non plus par ceux qui, en Sardaigne, nous ont contraints d'utiliser une langue artificielle qui n'est pas la nôtre, et qu'ils ont appelée Langue Sarde Unifiée)

À Tempio Pausania/Tempiu et Luogosanto/Locusantu, les panneaux de signalisation bilingue marquant les limites des centres habités incluent une version en langue galluraise, de plus petite taille que la version italienne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b improprement classé comme dialecte sarde

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]