Franz Hessel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hessel.

Franz Hessel, né le à Stettin et mort le à Sanary-sur-Mer, est un écrivain, traducteur et lecteur de maison d'édition allemand.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Franz Hessel est le fils d'un banquier berlinois. Il a un frère, l'historien Alfred Hessel. De son mariage avec Helen Grund, il a deux enfants, Ulrich, né en 1914, et Stéphane Hessel (1917-2013).

Franz Hessel a publié de nombreux poèmes, volumes de proses et romans, bien souvent construits autour d'expérience réelles, racontées à la première personne par le narrateur. En plus de son travail d'écriture, il a réalisé d'excellentes traductions de classiques français, comme Marcel Proust par exemple. L'œuvre de Hessel a en grande partie sombré dans l'oubli durant le XXe siècle, à cause de sa stigmatisation par le national-socialisme, en tant qu'auteur juif, alors qu'il était protestant, et seulement d'origine juive.

C'est seulement dans les années 1980 qu'il fut redécouvert, notamment à travers l'évocation du ménage à trois qu'il avait mené avec Helen Grund, sa future épouse, et Henri-Pierre Roché, qui a raconté cette histoire dans son roman Jules et Jim (1953), devenu célèbre à travers l'adaptation cinématographique qu'en fit François Truffaut.

Internements et décès en France[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative pour les exilés allemands et autrichiens de Sanary

Franz Hessel, fuyant les persécutions nazies et revenu en France peu avant la Nuit de Cristal, est interné une première fois en septembre 1939 au camp de Colombes en tant qu'Allemand. Libéré grâce à l'intervention de Gabrièle Picabia, il est à nouveau interné en mai 1940 avec son fils Ulrich au camp des Milles d'où il est libéré grâce aux démarches de sa femme. La famille se retrouve pour Noël à Sanary-sur-Mer[1], village de la Côte-d'Azur où sont réfugiés des intellectuels et artistes allemands depuis 1933. Mais, usé par les épreuves, Franz s'y éteint le [2] et il est enterré au cimetière de Sanary[3]. Helen, Ulrich et Stéphane assistent à l'enterrement en compagnie d'amis intellectuels et artistes exilés comme les peintres Erich Klossowski et Anton Räderscheidt, ou encore les écrivains Hans Siemsen et Alfred Kantorowicz[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Sämtliche Werke (Œuvres complètes), I, II, III, IV & V, Oldenburg, 1999.

Romans[modifier | modifier le code]

  • Der Kramladen des Glücks (Le bric à brac du bonheur), 1913.
  • Pariser Romanze (La romance de Paris), 1920.
  • Heimliches Berlin (Berlin secret), 1927.

Essais[modifier | modifier le code]

  • Von den Irrtümern der Liebenden (Des erreurs des amoureux), 1922.
  • Sieben Dialogue (Sept dialogues), 1923.
  • Teigwaren Leicht gefärbt (Pâtes légèrement colorées), 1926.
  • Nachfeier (Lendemain de fête), 1929.
  • Spazieren in Berlin (Promenades dans Berlin), 1929.
  • Marlene - Ein Porträt, 1931, essai sur la personne derrière la vedette Marlène Dietrich.
  • Ermunterungen zum Genuss (Exhortation au plaisir), 1933.
  • Promenades dans Berlin. Préface de Stéphane Hessel, Éditions de L'Herne, 2012

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Die Witwe von Ephesos (La Veuve d'Ephèse), 1925, poëme dramatique.

Traductions aux éditions Rowohlt[modifier | modifier le code]

Œuvres traduites en français[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Laura Goult, L'Enlèvement d'Europe : réflexion sur l'exil intellectuel à l'époque nazie, éd. L'Harmattan, 2010
  • Stéphane Hessel, Danse avec le siècle, Paris, Seuil,‎ 1997, 312 p. (ISBN 2-02-023556-0)
  • Françoise Borie, Franz Hessel : un flâneur de deux rives, éd. Suger, 1999

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Laura Goult, L'Enlèvement d'Europe : réflexion sur l'exil intellectuel à l'époque nazie, éd. L'Harmattan, 2010, p. 161-162.
  2. Jean-Michel Palmier, « Franz Hessel, le flâneur de Berlin. (3/3) » (consulté le 15 février 2012)
  3. Stéphane Hessel, Danse avec le siècle, éd. Seuil, 1997p. 56

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]