Facteur de risque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un facteur de risque est une source de risque qui est classée en risques inhérents génériques probables dans le but de faciliter l'évaluation ou l'atténuation des risques.Il est évalué avec des statistiques.

Classement[modifier | modifier le code]

Il est important de distinguer un « facteur de risque » d'un « marqueur de risque » : dans le premier cas, le « facteur », mis en évidence d'une manière ou d'une autre, est partiellement responsable du risque. Maîtriser ce facteur revient donc à diminuer significativement ce dernier. Dans le cas d'un marqueur de risque, il existe une simple corrélation entre le « marqueur » et le risque et diminuer artificiellement ce marqueur ne change en rien le risque final. Cette distinction est parfois uniquement académique (être du sexe masculin est un facteur de risque reconnu de l'infarctus du myocarde mais il n'est pas envisageable de changer de sexe pour cette raison). Cette distinction est souvent difficile à faire puisque cela nécessite des études interventionnelles, prouvant l'efficacité sur le risque d'un programme ayant pour but la diminution du facteur étudié.

On peut rapprocher la notion de facteur de risque de la notion de péril (définie par l'AFNOR) ou de danger, terme fréquemment utilisé dans le domaine des risques professionnels;

Localisation[modifier | modifier le code]

Un facteur de risque peut être localisé selon son origine :

  • Endogène : généré par l'organisation elle-même ou à l'intérieur du périmètre qu'elle contrôle (par exemple : un incendie prenant naissance dans les locaux de l'entreprise),
  • Exogène : généré à l'extérieur du périmètre de contrôle de l'entreprise (par exemple : une grève avec occupation dans un établissant voisin, bloquant l'accès de la zone industrielle où se trouve implantée l'entreprise);

Nature du phénomène[modifier | modifier le code]

Le facteur de risque peut être de différents types :

  • Risque opérationnel, c'est-à-dire ne résultant pas directement d'un acte humain, mais d'activités productives développées par lui, qui correspondent alors à des risques d'accident sur des installations techniques,
  • Facteur humain, c'est-à-dire dont le déclenchement est dû à l'action de l'homme (par exemple : un incendie dans un entrepôt à la suite d'un accident);
  • Risque systémique, c'est-à-dire dont le déclenchement est dû à l'interaction des différents composants des écosystèmes (par exemple : une réaction chimique lente ou violente, un crack boursier, ...);

Dans la réalité, un risque provient toujours d'une combinaison de ces natures de phénomènes, et comporte nécessairement une dimension culturelle difficilement classable.

Le facteur humain peut être :

  • soit involontaire : il s'agit d'une erreur consécutive à la fatigue ou à un biais cognitif, d'une omission, ou d'un acte provoqué par autrui avec une intention malveillante (mauvaise transmission d'information, ...),
  • soit volontaire et conscient, de la part d'un homme ou d'un groupe humain, où l'on peut distinguer par exemple :
    • Le type « petit malin » : action en apparence légitime, qui modifie le système pour le rendre plus performant à court terme, mais qui omet de documenter selon les procédures qualité en vigueur, de sorte que les équipes suivantes sont inconscientes du danger, ou bien encore qui néglige plus ou moins volontairement un problème (voir l'exemple du bogue de l'an 2000) ; il peut s'agir aussi de raisonnements fallacieux (volontaires) ;
    • Le type malveillant : il s'agit d'une intention de nuire, d'une volonté de s'approprier les biens d'autrui, d'une agression verbale, consécutive par exemple à des biais cognitifs ou à des raisonnements fallacieux... Il s'agit en principe d'actes illégaux, incluant le terrorisme.

Le facteur humain peut évidemment comporter une dimension culturelle importante, qui se manifeste par différents biais cognitifs ou raisonnements fallacieux ou erronés.

Quelques exemples de facteurs de risque[modifier | modifier le code]

En finance[modifier | modifier le code]

Les produits dérivés ont été conçus pour diminuer les risques de change et de taux d'intérêt. Cependant, la volatilité de ces nouveaux services financiers est elle-même un facteur de risque, car les conditions de transparence de ces produits dans certains types de transactions (de gré à gré notamment) peuvent induire des risques d'instabilité financière. Voir : Financiarisation, dérivé.

En droit[modifier | modifier le code]

La complexification du droit est un facteur de risque, dans la mesure où la multiplication des codes et des lois, leurs éventuelles incohérences, diminuent la lisibilité, y compris pour les professionnels du droit. Dans ce contexte, un risque majeur peut être occulté par des lois qui traitent de risques minimes. Voir : sécurité juridique

En écologie[modifier | modifier le code]

Le changement climatique est aussi un facteur de risque. Même s'il n'est pas sûr que les prévisions catastrophistes se réalisent, on constate que les aléas climatiques se multiplient, et peuvent provoquer des dégâts sur les actifs de l'entreprise. Les installations industrielles sont elles-mêmes facteurs de risque pour le voisinage ou l'environnement, elles sont alors considérées comme ICPE.

Recherche des facteurs de risque[modifier | modifier le code]

La recherche de facteurs de risque s'avère difficile car elle présente des complexités multiples :

  • il existe pour chaque cas traité une infinité de facteurs de risque, et les chercher tous représente donc une tache de durée infinie,
  • la pertinence d'un risque est d'une part une question de sensibilité, d'appréciation individuelle et de croyance, et d'autre part polluée par de nombreux facteurs externes
  • il existe parfois des interactions fortes et indissociables entre les facteurs de risque, qu'il est parfois difficile d'appréhender

Choisir ses risques[modifier | modifier le code]

Il existe une infinité de risques potentiels. Tous n'affectent pas de la même manière les projets. Par exemple, le risque d'explosion d'un astéroïde, de chute d'un aéronef ou un attentat est toujours présent pour toutes les entreprises humaines.

Il n'est néanmoins pas nécessaire pour un projet informatique de traiter et gérer ce risque en investissant dans le cadre du projet. Deux points majeurs permettent d'éliminer ce risques de nos recherches :

  1. les conséquences sur le "reste du monde" de ces événements rendent accessoire leur impact pour le projet
  2. le volant d'action par rapport à ce risque est faible, en tout cas pour l'équipe projet

Inversement, un entrepôt dans une zone de fret d'un aéroport est beaucoup plus directement concerné : cet événement semble beaucoup plus crédible même si le volant d'action reste faible.

La première action dans la recherche de facteurs de risque consiste donc à choisir les risques que l'on va traiter. Ils seront généralement choisis :

  • parce qu'ils concernent d'abord et directement l'objet de nos recherches
  • parce qu'il est possible d'agir sur ces risques, et donc de justifier une action
  • parce qu'ils sont crédibles et pertinents

Identifier les facteurs de risque des risques choisis[modifier | modifier le code]

Une fois choisis les risques que l'on veut traiter, il devient plus facile d'en déterminer les facteurs : il faut rechercher les faits objectifs présents qui ont une influence positive ou négative sur la probabilité d'occurrence de l'événement désagréable.

Notre esprit cartésien, l'expérience acquise et l'assistance d'experts nous sont d'une aide précieuse dans cette recherche de causalité. Il nous faut cependant attirer votre attention sur des erreurs fréquentes :

  • ne pas confondre correlation statistique et causalité : ce n'est pas parce que la majorité des personnes meurent à l'hôpital que l'hôpital est la cause de leur décès
  • éviter l'enchaînement dans les causalité : plus la chaîne est longue, plus le raisonnement risque d'avoir des défauts
  • ne jamais confondre le présent et le futur : le présent est un univers de faits établis, alors que le futur est par définition inconnu, et même si des événements sont très probables, ils ne sont jamais sûrs

Application à la médecine[modifier | modifier le code]

Un facteur de risque est une condition, une pathologie ou un comportement qui rend plus probable la survenue d'une maladie.

Le facteur de risque médical peut concerner l'individu ;

  • Par exemple, le tabagisme rend plus probable la survenue d'un cancer du poumon (9 cancers du poumon sur 10 sont développés par des fumeurs. Le tabagisme actif (et moindrement passif) est donc un facteur de risque du cancer du poumon.
    • Un facteur de risque n'est cependant pas toujours une cause directe : Ainsi, les molécules de goudron ou les produits issus de la décomposition du Radon accumulé par les feuilles de tabac, présentes dans la fumée, peuvent agresser l'organisme, en y faisant muter des cellules normales. La cause du cancer est la mutation, le tabagisme étant un des facteurs de risque de cette mutation.
    • Un facteur de risque n'est pas « obligatoire », c'est-à-dire qu'on peut contracter une maladie sans être exposé à ce facteur de risque.

Le facteur de risque médical peut concerner un groupe, ou la Société ;

Synergies : Les facteurs de risque ne s'additionnent pas, mais se multiplient : si on présente plusieurs facteurs de risque pour une même maladie, on multiplie les risques d'avoir cette maladie. Le contraire est vrai ; diminuer le nombre de facteur de risque (ex. : sédentarité, tabagisme, activité sexuelle non protégée, sous- ou sur-alimentation, etc.) diminue le risque de contracter une maladie liée à ces facteurs. Certains facteurs (génétiques ou environnementaux), ou l'imprévu, échappent cependant à notre maîtrise.

Application en cardiologie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Y. Dupont, préface de Corinne Lepage et d'Yves Cochet, Dupont-Y Dictionnaire des risques (2nde édition, 24/10/2007), Armand Colin, ean13:9782200352318 (fr)
  • Jean-Paul Louisot, Jacques Lautour, , Gestion des risques, 100 questions pour comprendre et agir, AFNOR et CARM Institute, 2005

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]