Ernst Rüdiger Starhemberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Ernst-Rüdiger von Starhemberg
Ernst Rüdiger Starhemberg
Ernst Rüdiger Starhemberg.
Ernst Rüdiger Starhemberg.
Fonctions
Chancelier fédéral d'Autriche
(par intérim)
26 juillet 193429 juillet 1934
(&&&&&&&&&&&&&&033 jours)
Président fédéral Wilhelm Miklas
Prédécesseur Kurt von Schuschnigg (intérim)
Successeur Kurt von Schuschnigg
Vice-chancelier d'Autriche
1er mai 193414 mai 1936
(&&&&&&&&&&&&07442 ans, 0 mois et 13 jours)
Président fédéral Wilhelm Miklas
Chancelier Engelbert Dollfuss
lui même
Kurt von Schuschnigg
Prédécesseur Emil Fey
Successeur Eduard Baar-Baarenfels (de)
Biographie
Date de naissance 10 mai 1899
Lieu de naissance Eferding (Autriche-Hongrie)
Date de décès 15 mars 1956 (à 56 ans)
Lieu de décès Schruns (Autriche)
Nationalité autrichienne
Parti politique Front patriotique
Conjoint Marie-Elisabeth von Salm-Reifferscheidt-Raitz (1928-1937)
Nora Gregor (1937-1949)
Enfant(s) Heinrich (1934-1997)
Profession Militaire
Religion Catholicisme

Ernst Rüdiger Starhemberg
Chanceliers
fédéraux de la République d'Autriche

Ernst Rüdiger Starhemberg (10 mai 1899, Eferding - 15 mars 1956, Schruns) ou Ernst Rüdiger prince de Starhemberg jusqu'à l'abolition de la noblesse en 1919 était un fasciste et politicien autrichien dans l'entre-deux-guerres.

Né à Eferding (Haute-Autriche) en 1899, Starhemberg appartenait à une vielle famille de la noblesse autrichienne et hérita du titre de prince. Il était l'aîné des fils de la princesse Franziska von Starhemberg.

Partisan de politiques de droite et autoritaires, il rejoignit dans sa jeunesse la Heimwehr, devenant rapidement le dirigeant de l'une de ses branches locales. Il était aussi un fervent admirateur de Benito Mussolini et de son gouvernement fasciste.

Au début des années 1920, Starhemberg voyagea en Allemagne et adhéra au parti national-socialiste. Adolf Hitler utilisa activement le statut de noble autrichien de Starhemberg pour tenter d'améliorer l'image du parti et pour attirer de riches, influents et respectables soutiens dans ses rangs. Après avoir pris part à l'échec du putsch de la brasserie en 1923, Starhemberg, déçu par le nazisme, revint en Autriche.

Rejoignant la Heimwehr, Starhemberg devint son dirigeant national en 1930 et fit activement campagne pour faire de l'Autriche un État fasciste. Finalement, le mouvement de Starhemberg devint suffisamment puissant pour menacer le gouvernement et le chancelier lui donna des gages en le nomment ministre de l'Intérieur en septembre 1930. Starhemberg perdit cependant sa position peu après, quand la branche politique de la Heimwehr fit de mauvais résultats aux élections parlementaires. Sa réputation fut de plus ternie quand une branche de la Heimwehr tenta de s'emparer de Vienne en 1931.

Quand le pro-fasciste Engelbert Dollfuss devint chancelier en 1932, Starhemberg revint au gouvernement. À la demande de Dollfuss, Starhemberg travailla à rassembler plusieurs groupements de droite dans un mouvement unique. Il y parvint, aboutissant à la création du puissant Vaterländische Front (en) (Front patriotique). En récompense de ses efforts, Starhemberg fut nommé vice-chancelier en mai 1934. Quand Dollfuss fut assassiné deux mois plus tard, Starhemberg devint le chef du Vaterland Front.

Il conserva sa position de vice-chancelier dans le gouvernement de Kurt von Schuschnigg et reçut aussi le portefeuille de ministre de la Sécurité d'État. Avec ces positions, Starhemberg était de fait le deuxième homme le plus puissant d'Autriche. Pendant cette période, il s'efforça de maintenir l'indépendance de l'Autriche et s'opposa vigoureusement au parti nazi autrichien, partisan d'une union avec l'Allemagne. En 1936, cependant, il fut chassé du pouvoir par Schuschnigg, en désaccord avec ses idées radicales.

Après l'union de l'Autriche avec l'Allemagne en 1938, Starhemberg s'enfuit de son pays et servit dans les forces aériennes britanniques et de la France libre durant une courte période pendant la Deuxième Guerre mondiale. En 1942, il partit pour l'Argentine où il vécut jusqu'en 1955. Puis, il revint en Autriche où il mourut, à Schruns, en 1956.

Source[modifier | modifier le code]