Heimwehr

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Parade de l'Heimwehr à Wiener Neustadt en 1931.

L’Heimwehr ou parfois Heimatschutz (Garde locale) était un groupe paramilitaire nationaliste en Autriche dans les années 1920 et 1930, idéologiquement comparable aux Freikorps nationalistes allemands.

Histoire[modifier | modifier le code]

La Heimwehr était l'émanation de l'austrofascisme la plus visible et conçue comme bras armé dans une future guerre civile dans la première république autrichienne. Bien qu'opposé à une démocratie parlementaire, l'Heimwehr a maintenu une aile politique connue sous le nom de Heimatblock, qui a coopéré avec le gouvernement conservateur d'Engelbert Dollfuss. Ainsi, on peut comparer la Heimwehr au Stahlhelm allemand, milice nationaliste composée de vétérans du parti conservateur allemand DNVP.

En 1936, l'Heimwehr est fusionnée au sein du Front patriotique et une nouvelle milice est mise en place, le Frontmiliz.

Composition[modifier | modifier le code]

Formée principalement de soldats démobilisés après la Première Guerre mondiale, l'Heimwehr était initialement formée de milices organisées de manière à défendre les frontières de l'Autriche. En Carinthie, par exemple, elle avait pour mission de défendre le territoire des incursions des troupes slovènes et yougoslaves après la dissolution de l'armée suite au traité de paix de Saint Germain-en-Laye [1]. Par la suite,le premier chancelier chrétien-social Ignaz Seipel a réorganisé la Heimwehr comme force paramilitaire du Front patriotique et contrepoids de la milice socialiste, le Schutzbund. Cette politisation croissante conduit notamment à l'implication de la Heimwehr en aidant la police à réprimer la révolte de juillet de 1927. Elle sera également partie prenante dans la guerre civile autrichienne en réprimant les socialistes du Republikanischer Schutzbund, les étudiants socialistes et juifs, en organisant de graves désordres dans les universités et l'Ecole Polytechnique.(voir note bas de page).

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gordon Brook-Shepherd, The Austrians : a thousand-year odyssey, HarperCollins. pp. 235. (ISBN 000638255X)

Note de bas de page : Source : brève parue dans le journal "le Messager des Vosges" du 30 octobre 1920.