Edwige Antier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Edwige Antier
Fonctions
Députée de la 4e circonscription de Paris
23 juillet 200916 juin 2012
Élection 17 juin 2007
Prédécesseur Pierre Lellouche (UMP)
Biographie
Date de naissance 15 mai 1942 (72 ans)
Lieu de naissance Toulon (Var)
Parti politique Groupe : UMP
Parti : Parti radical (rad.) puis UDI
Profession pédiatre

Edwige Antier, née le 15 mai 1942 à Toulon (Var), est une pédiatre et une femme politique française.

Elle est l'auteur de nombreux livres et guides sur les enfants, l'éducation et la famille[1]. Elle a été chroniqueuse de radio à France Inter, et à France Info.

Carrière médicale[modifier | modifier le code]

Après un internat à l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris, Edwige Antier s'est installée pédiatre en Nouvelle-Calédonie en 1972 et devient membre du Conseil de l'Ordre des Médecins du Territoire.

Revenue en métropole en 1979, le docteur Antier a pris ses fonctions de pédiatre à la maternité Baudelocque et en maternité privée et a exercé la pédiatrie en cabinet médical à Paris.

En 2001, elle devient membre du conseil d'administration de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris.

Edwige Antier est diplômée universitaire de psychopathologie de la Faculté Avicenne de Bobigny.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Fondatrice de la Fédération radicale de Nouvelle-Calédonie, elle est, de 1977 à 1979, conseillère territoriale[2], vice-présidente de l'Assemblée et présidente de la Commission de la Santé à Nouméa.

Edwige Antier est élue, de 2001 à 2008, conseiller de Paris et première adjointe UMP au maire du 8e arrondissement. En 2007, elle est élue suppléante du député UMP Pierre Lellouche lors des élections législatives dans la 4e circonscription de Paris et devient député titulaire en juillet 2009[3], à la suite de la nomination de ce dernier au Gouvernement en tant que secrétaire d'État aux Affaires européennes[4].

Edwige Antier est l'auteur de la proposition de loi visant à abolir les châtiments corporels infligés aux enfants[5].

À l'Assemblée nationale, Edwige Antier est membre de la Commission des Affaires sociales[6], de la Délégation aux droits des femmes, de la Commission spéciale chargée d'examiner la proposition de loi renforçant la protection des victimes et la prévention et la répression des violences faites aux femmes[7], et de la mission UMP pour le dépistage précoce de la surdité[8].

Edwige Antier fait partie des membres fondateurs de l'Union des démocrates et indépendants[9].

Carrière journalistique[modifier | modifier le code]

Entrée à France Inter en 1981, puis à France Info dès sa création, Edwige Antier a délivré, pendant plus de vingt ans, ses chroniques hebdomadaires. En 2000, elle a créé l'émission Enfance sur France Inter et publié de nombreux ouvrages pour les parents. Elle présenta cette émission chaque semaine, avec Brigitte Patient de 1999 à 2004, puis avec Mathias Deguelle de 2004 à 2006.

Débats et controverses[modifier | modifier le code]

Instinct maternel[modifier | modifier le code]

Edwige Antier a soutenu l'existence de l'instinct maternel et défendu ce qu'elle appelle le néoféminisme dans son livre Éloge des mères, largement cité par Élisabeth Badinter dans son dernier essai Le Conflit : la femme et la mère, où la philosophe estime que la pédiatre prend une position maternaliste et naturaliste, en encourageant l'allaitement maternel[10].

Homosexualité, homoparentalité[modifier | modifier le code]

En 2005, Edwige Antier dénonce dans les colonnes du Figaro la présentation faite de l'homosexualité dans le livre d'images Jean a deux mamans, destiné à la jeunesse et publié à l'École des loisirs. Elle décrit l'homoparentalité comme un phénomène « marginal (...) qui véhicule en ce sens des antivaleurs (...). Or, lire ou raconter ce genre d'histoire bouleverse tout et peut nuire à la construction psychique »[11]. Elle s'oppose ainsi à la promotion du livre, expliquant dans une comparaison que « c’est aux parents de savoir ce dont ils veulent parler à leurs enfants. L’éditeur n’aurait-il pas dû préciser que c’est un livre avec avis parental ? Imaginez que des homosexuels voient leur enfant choisir un livre nazi dans une bibliothèque jeunesse ! Vous trouveriez cela normal ? »[12]. L'association des bibliothécaires français, rappelant qu'« Edwige Antier défend la thèse (controversée) selon laquelle les impressions infantiles sont indélébiles »[13], dénoncera ces prises de position.

Edwige Antier a également proposé le statut de parrain aux coparents gay ou lesbiens afin d’éviter que le statut de parent à part entière ne leur soit accordé[14]. Elle développe ses propos dans un essai intitulé 2 papas, 2 mamans, qu'en penser ? Débat sur l'homoparentalité, publié chez Calmann Lévy. Dans un autre livre, Dolto en héritage II, Edwige Antier tente de proposer des schémas propres à l'homosexualité. Elle y explique que « la plupart de ceux qu'[elle a] vu grandir homosexuels avaient une image de père absente ou dévalorisée, par son comportement, sa faiblesse, par son déni par la mère ». Les adolescentes homosexuelles ont, selon elle, « une mère phallique dominatrice et un père bienveillant » : « C'est à ce dernier qu'elle s'identifie, rejetant sa mère dont elle a cependant pris la puissance. »[15]. Des associations dénonceront ces propos les jugeant simplistes et dangereux[16],[17],[18].

Le collectif SOS homophobie lui a décerné en 2004 « la noix d'or de l'homophobie »[19].

Châtiments corporels des enfants[modifier | modifier le code]

Edwige Antier dépose en 2010 une proposition de loi visant à interdire les châtiments corporels des enfants, dont la fessée. Elle préconise une interdiction dans le Code civil, et non dans le Code pénal. L'élue explique que « plus on lève la main sur un enfant, plus il devient sournois, menteur et agressif »[20] et qu'il « n’y a de bonnes fessées que pour ceux qui les donnent, pas pour les enfants qui les reçoivent »[21]. Certaines personnalités du monde judiciaire ou psychanalytique, dont le pédiatre Aldo Naouri, lui reprocheront de vouloir instaurer une forme de « tutelle permanente » sur les parents ainsi qu'une législation excessive des questions liées à la vie domestique[22],[23]

Justice[modifier | modifier le code]

Edwige Antier a été relaxée le 7 mai 2008 d'accusations concernant des détournements de fonds commis par son ex-époux alors qu'elle présidait l'association Amade-France de 2003 à 2006. Bien que son mari ait reconnu avoir détourné ces fonds par de fausses signatures, elle avait été condamnée en première instance avant d'être relaxée en appel[24].

Edwige Antier s'est portée partie civile dans une procédure d'invitations de délégations chinoises pour usurpation d'identité.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Attendre mon enfant aujourd'hui
  • L'autorité sans fessée
  • Confidences de parents
  • Le Courage des femmes
  • Edwige Antier et Martine Gross, Deux papas, deux mamans qu’en penser ? : Débat sur l’homoparentalité, Calmann-Lévy,‎ 2007 (ISBN 978-2702138465)
  • Dolto en héritage
  • Dolto en héritage – tome 2
  • Élever mon enfant aujourd'hui
  • Éloges des mères
  • L'Enfant de l'autre
  • J'aide mon enfant à se concentrer
  • J'aide mon enfant à s'épanouir
  • Je comprends mon bébé
  • Je soigne mon bébé
  • Mon bébé devient propre
  • Mon bébé parle bien
  • Mon bébé mange bien
  • Mon bébé dort bien
  • Mon bébé joue bien
  • Vive l'éducation

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bibliographie d'Edwige Antier, sur son site
  2. Parcours politique d'Edwige Antier, sur son site
  3. Fiche d'Edwige Antier, site de l'Assemblée nationale
  4. Biographie de Pierre Lellouche, portail du gouvernement
  5. Proposition de loi, site de l'Assemblée nationale
  6. Composition de la Commission des Affaires sociales, site de l'Assemblée nationale
  7. Composition de la Commission spéciale, site de l'Assemblée nationale
  8. Article de presse, site Audition-infos
  9. Liste des membres fondateurs de l'UDI
  10. Article de presse, site du Journal du Dimanche
  11. Le Figaro, 9 septembre 2005
  12. Tétu, janvier 2006
  13. Tétu, http://www.tetu.com/rubrique/infos/infos_detail.php?id_news=8578&date_info=2005-11-09
  14. "La conférence internationale organisée à Paris exige un statut légal pour les familles homosexuelles", par Delphine de Mallevoüe, Le Figaro 26 octobre 2005
  15. Têtu no 108
  16. Collectif anti homophobie, septembre 2006.
  17. Le lourd héritage d'Edwige Antier, Illico.com
  18. Compte-rendu critique du livre par Ann Robinson, Recherches féministes vol. 22, no 2, 2009, p. 171-175
  19. Altersexualité, éducation & censure. Par Lionel Labosse, Editions Publibook, 2005, p. 120
  20. La députée UMP Edwige Antier veut interdire la fessée par Laurent Mauriac sur rue89.com du 15 novembre 2009
  21. Edwige Antier : « Il n’y a de bonnes fessées que pour ceux qui les donnent ! » sur elle.fr du 18 novembre 2009
  22. Une fessée pour Edwige Antier par Philippe Bilger, sur marianne2.fr du 19 novembre 2009
  23. La loi contre la fessée : ce qu'en pense Aldo Naouri sur conseil-psy.fr repris du Figaro.fr
  24. Article de Presse, Site LCI

Liens externes[modifier | modifier le code]