Dinkelsbühl

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dinkelsbühl
Dinkelsbühl
Blason de Dinkelsbühl
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Land Bavière
District
(Regierungsbezirk)
Moyenne-Franconie
Arrondissement
(Landkreis)
Ansbach
Nombre de quartiers
(Ortsteile)
67
Bourgmestre
(Bürgermeister)
Dr. Christoph Hammer
Partis au pouvoir CSU
Code postal 91550
Code communal
(Gemeindeschlüssel)
09 5 71 136
Indicatif téléphonique 09851
Immatriculation AN
Démographie
Population 11 443 hab. (2009)
Densité 152 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 04′ 15″ N 10° 19′ 10″ E / 49.070834, 10.31944549° 04′ 15″ Nord 10° 19′ 10″ Est / 49.070834, 10.319445  
Altitude 444 m
Superficie 7 519 ha = 75,19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte administrative d'Allemagne
City locator 14.svg
Dinkelsbühl

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte topographique d'Allemagne
City locator 14.svg
Dinkelsbühl
Liens
Site web www.Dinkelsbuehl.de
Dinkelsbühl

Dinkelsbühl est une ville d'Allemagne, en Bavière, dans l'arrondissement d'Ansbach et le district de Moyenne-Franconie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de Dinkelsbühl dans l'arrondissement d'Ansbach

Dinkelsbühl est située dans le sud-ouest de l'arrondissement d'Ansbach, à la limite avec le land de Bade-Wurtemberg (arrondissements de Schwäbisch Hall et d'Ostalb sur la route romantique. Elle est arrosée par la Wörnitz et se trouve à 40 km au sud-ouest d'Ansbach.

Dinkelsbühl a depuis 1998 le statut de grande ville d'arrondissement (Große Kreisstadt).

De nombreuses communes ont été incorporées au territoire de Dinkelsbühl dans les années 1970, permettant à la ville de quintupler sa superficie, passée de 14,47 km² en 1900 à plus de 75 km² aujourd'hui.

Communes ayant fusionné avec Dinkelsbühl :

  • 1970 : Seidelsdorf
  • 1971 : Esbach, Knittelsbach, Oberradach, Segringen, Waldeck, Hellenbach, Langensteinach, Waldhäuslein
  • 1978 : Sinbronn, Weidelbach.

Origines[modifier | modifier le code]

Selon les récits du Moyen Âge, des religieux avaient installé leur couvent dans la cour d'un pieux cultivateur d'épeautre (Dinkelbauer). Une statue a été édifiée en 1290 pour représenter cet homme. Les paysans alentour se sont groupés autour d'elle en une bourgade qui en prit le nom, Dinkelsbülh. Cette légende donna naissance à une procession catholique le "cortège du cultivateur d'épeautre" (Dinkelbauerumzug). La statue a été attaquée en 1643 par un soldat suédois. Elle est remplacée en 1667 par les moines capucins. Cela donna naissance à de grandes processions annuelles, avec des enfants figurant le Dinkelbauer et son épouse. Cette fête connut un grand succès auprès des paysans catholiques[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Fortifiée par l'empereur Henri V, Dinkelsbühl a reçu en 1305 les mêmes droits municipaux qu'Ulm, et obtenu en 1351 le titre de ville impériale libre jusqu'en 1802, quand elle a été intégrée à la Bavière. Son code municipal, le Dinkelsbühler Recht, édité en 1536, et révisé en 1738, contenait un recueil important de lois publiques et privées.

Après son intégration au royaume de Bavière, Dinkelsbühl est devenue le chef-lieu d'un arrondissement qui a existé jusqu'après la Seconde Guerre mondiale. Cet arrondissement comptait 24 761 habitants en 1910[2] (luthériens à plus de 85 %), 23 911 en 1933 (communauté juive de 106 personnes[2] dont 61 dans la ville de Dinkelsbühl elle-même), 39 283 en 1950[3] et 33 600 personnes en 1960 (dont encore 5 500 réfugiés)[2].

Chaque année, Dinkelsbühl célèbre la reddition de la ville aux troupes suédoises pendant la guerre de Trente Ans[4]. Cette reconstitution est jouée chaque été, à la mi-juillet, par la population de la ville. Cette fête civique est organisée selon la trame inventée en 1897 par Ludwig Stark, dramaturge munichois. Il utilisa la légende qui commença à se former vers 1700 : on raconta que la ville, assiégée par Gustave-Adolphe, avait su gagner sa compassion en déléguant des enfants menés par leur aînée, la Kinderlore.

Démographie[modifier | modifier le code]

Ville de Dinkelsbühl dans ses limites anciennes :

Évolution démographique
1890 1900 1910 1925 1933 1939
4 496[2] 4 573 4 800 5 067 5 155 4 809


Ville de Dinkelsbühl dans ses limites actuelles :

Évolution démographique
1840 1871 1900 1910 1925 1933 1939 1950 1961
7 569[5] 7 980[5] 7 282[5] 7 724 7 847[5] 7 890 7 757[5] 10 714[5] 10 546[5]
1970 1979 1989 2000 2003 2009 - - -
10 711 10 761 10 894 11 549[5] 11 605 11 443[5] - - -


Monuments[modifier | modifier le code]

Dinkelsbühl est une ville médiévale intéressante aux nombreuses maisons anciennes, toujours entourée de remparts, de tours et de portes.

  • Cathédrale Saint-Georges, une des plus belles églises-halles allemandes en style gothique flamboyant, a gardé sa tour romane. L'intérieur, dont les trois nefs sont couvertes d'une voûte en réseau, contient dans le bas-côté sud un reliquaire montrant les ossements de Saint Aurélien et un panneau sur le maître-autel représentant une Crucifixion singulière (1490), où les symboles des évangélistes ornent les poutres de la croix.
  • Ancien couvent des Carmélites, de style baroque, sécularisé en 1802 et vendu à la communauté luthérienne, de nos jours, école de musique.
  • Ancien couvent des Capucins.
  • Deutsches Haus, maison des comtes de Drechsel-Deufstetten, typique de la Renaissance allemande.
  • Monument à Christophe von Schmid (1768-1854), auteur d'histoires pour les enfants.
  • Ancien hôpital Heilig-Geist, fondé en 1380.
  • Ancien Hôtel de Ville (Alt Rathaus), aujourd'hui, musée d'histoire locale.
  • Ancien moulin de la ville, aujourd'hui musée de la Troisième Dimension.
  • Halle aux blés.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville de Dinkelsbühl est jumelée avec[6] :

De plus, Dinkelsbühl entretient des partenariats avec :

Dinkelsbühl entretient d'autre part des liens d'amitié avec Schmalkalden, ville de Thuringe.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. C. GANTET, La paix de Westphalie (1648) Une histoire sociale, XVIIe-XVIIIesiècles, p. 293.
  2. a, b, c et d (de) Arrondissement de Dinkelsbühl, recensements anciens
  3. Un grand nombre de réfugiés venant des grandes villes allemandes s'était installé dans l'arrondissement pendant la guerre.
  4. fête de la Kinderzerche
  5. a, b, c, d, e, f, g, h et i (de) Land de Bavière, ville de Dinkelsbühl, statistiques officielles
  6. Partnerstädte & Patenschaften

Sur les autres projets Wikimedia :