Die Entführung aus dem Serail

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Enlèvement au sérail

Die Entführung aus dem Serail
L'Enlèvement au sérail
Image décrite ci-après
Livret de L'Enlèvement au sérail

Genre Opéra (singspiel)
Nbre d'actes 3
Musique Wolfgang Amadeus Mozart
Livret Gottlieb Stephanie
Langue
originale
Allemand
Création 16 juillet 1782
Vienne Drapeau de l'Autriche Autriche
Burgtheater

Die Entführung aus dem Serail[1], K.384 (L'Enlèvement au sérail en français, souvent Il Seraglio en italien) est un singspiel en trois actes de Wolfgang Amadeus Mozart, sur un livret en allemand de Gottlieb Stephanie[2] d'après la pièce de Christoph Friedrich Bretzner (en)[2].

Il fut créé au Burgtheater de Vienne, le 16 juillet 1782[2], sous la direction du compositeur.

L'opéra raconte la tentative par le noble Belmonte d'enlever sa fiancée Konstanze, retenue prisonnière dans le palais du Pacha turc Selim.

Distribution[modifier | modifier le code]

Rôle Tessiture Distribution originale
Belmonte, noble espagnol ténor Johann Valentin Adamberger
Konstanze, fiancée de Belmonte soprano Katharina Cavalieri
Blondchen, sa servante soprano Theresia Teyber
Pedrillo, valet de Belmonte ténor Johann Ernst Dauer
Osmin, gardien du sérail basse Johann Ignaz Ludwig Fischer
Selim Bassa, pacha rôle parlé Dominik Jautz
Klaas rôle parlé
Janissaires chœur

Argument[modifier | modifier le code]

L'action se passe dans le palais du pacha Selim, en Turquie au XVIIIe siècle.

Acte I[modifier | modifier le code]

Belmonte entre, à la recherche de sa fiancée Konstanze, qui est tombée, avec sa servante Blonde, aux mains de pirates ; ceux-ci les ont vendues au pacha Selim (« Hier soll ich dich denn sehen »). Osmin, le gardien du sérail et serviteur du Pacha, entre pour cueillir des figues dans le jardin. Belmonte le presse alors de questions auxquels le serviteur ne répond qu’à contrecœur. Belmonte cherche entre autres à obtenir des nouvelles de son serviteur, Pedrillo, qui après avoir été capturé avec les deux femmes, est devenu un serviteur dans le palais du Pacha Selim. Osmin répond par des insultes et des injures (« Wer ein Liebchen hat gefunden »). Belmonte, frustré, sort. Pedrillo entre et Osmin tempête contre lui, promettant de le faire torturer et tuer de différentes manières («Solche hergelaufne Laffen »). Osmin part. Belmonte revient et retrouve avec joie Pedrillo. Ce dernier lui assure que Konstanze est en vie mais que le sauvetage de celle-ci et de Blonde, qui est par ailleurs la fiancée de Pedrillo, ne sera pas tâche aisée. Pour ce faire, ils doivent trouver un moyen de tromper Osmin. Pedrillo a un plan : Belmonte se fera passer pour un architecte, afin de pouvoir accéder au palais («Konstanze, Konstanze, dich wiederzusehen... O wie ängstlich»).

Accompagné par un chœur de janissaires (« Singt dem großen Bassa Lieder »), le Pacha Selim apparaît avec Konstanze. Il s’efforce d’obtenir l’amour de Konstanze, en vain, et pose un ultimatum sous peine d’utiliser la force. Elle lui révèle que son cœur est déjà pris («Ach ich liebte ») et lui demande plus de temps avant l’échéance de l’ultimatum, puis sort. Pedrillo entre et interrompt les pensées du Pacha pour lui présenter Belmonte, « l’architecte ». Lorsque Belmonte et Pedrillo entrent dans le palais, Osmin leur barre encore une fois le chemin, sans succès (« Marsch! Trollt euch fort! »).

Acte II[modifier | modifier le code]

Blonde repousse les tentatives insistantes d'Osmin (« Durch Zärtlichkeit und Schmeicheln ») qui fait valoir qu’elle est sa propriété. Elle refuse, déclarant fièrement qu’elle n’est la propriété de personne. Il fulmine et elle le menace de l’attaquer. Après un duo (« Ich gehe, doch rate ich dir »), Osmin sort. Konstanze, pleine de tristesse, entre. Blonde tente alors de la réconforter en lui assurant que le sauvetage aura bien lieu (« Welcher Wechsel herrscht in meiner Seele ... Traurigkeit ward mir zum Lose»). Puis Blonde ressort en voyant le Pacha approcher. Il déclare à Konstanze que sa patience est à bout et la menace d'utiliser la force si elle ne cède pas à ses avances d’ici au lendemain (« Martern aller Arten »). Bravement, elle refuse.

Pedrillo annonce à sa bien-aimée Blonde que Belmonte est arrivé et que tout est prêt pour l’enlèvement. Blonde exulte (« Welche Wonne, welche Lust ») mais s’inquiète d’Osmin. Pedrillo la rassure en lui expliquant qu’il mélangera un somnifère à du vin qu’il fera boire au serviteur du Pacha. Elle sort pour informer Konstanze. Osmin rentre, et Pedrillo l’invite à boire (« zum Frisch Kampfe »; «Vivat Bacchus ! Bacchus lebe »). Son plan ayant réussi, les deux couples se réunissent («Ach Belmonte ! Ach, mein Leben»). Cependant, pris de suspicion, Belmonte et Pedrillo interrogent avec inquiétude leurs fiancées respectives pour savoir si elles sont restées fidèles au cours de leur séparation forcée. A leur plus grande joie, les femmes réagissent avec indignation et consternation. Elles leur pardonnent néanmoins ces questions et le rideau tombe.

Acte III[modifier | modifier le code]

Au milieu de la nuit, Belmonte et Pedrillo arrivent dans le jardin avec des échelles pour commencer le sauvetage (« Ich baue ganz auf deine Stärke »; « In Mohrenland gefangen war »). Malheureusement, Osmin se réveille et donne l’alarme dans le palais (« Ha, wie will ich triumphieren »). Konstanze implore la pitié du Pacha Selim et Belmonte explique que son père est un Grand d’Espagne, et le gouverneur d'Oran, nommé Lostados, qui payera une importante rançon. Malheureusement, Pacha Selim et Lostados sont des ennemis de longue date. Le Pacha se réjouit de la possibilité de tuer le fils de son ennemi. Il laisse Belmonte et Konstanze seuls pour choisir la meilleure méthode de torture et de mort («Welch ein Geschick ! O Qual der Seele»). Quand il revient, il décide cependant de se rendre généreux, au contraire du père de Belmonte, et de leur laisser la vie sauve. Tous sont remis en liberté - à la grande consternation de Osmin, qui aurait préféré les voir tous brutalement exécutés. Belmonte, Konstanze, Pedrillo et Blonde chantent les louanges de la bonté humaine. Les janissaires réapparaissent et chantent en l'honneur du Pacha (« Nie werd' ich deine Huld verkennen »).

Numéros musicaux[modifier | modifier le code]

Ouverture en ut majeur (Presto-Andante-Presto)

Acte I

  • 1. Air « Hier soll ich dich denn sehen » - Belmonte
  • 2. Lied et duo « Wer ein Liebchen hat gefunden... » - Osmin, Belmonte
  • 3. Air « Solche hergelauf'ne Laffen » - Osmin
  • 4. Air « Constanze ! Constanze ! dich wieder zu sehen » - Belmonte
  • 5. Chœur des Janissaires « Singt dem grossen Bassa Lieder »
  • 6. Air « Ach ich liebte, war so glücklich » - Konstanze
  • 7. Trio « Marsch, marsch, marsch ! Trollt euch fort ! » - Osmin, Belmonte, Pedrillo

Acte II

  • 8. Air « Durch Zärtlichkeit und Schmeicheln » - Blondchen
  • 9. Duo « Ich gehe, doch rate ich dir » - Blondchen, Osmin
  • 10. Récitatif et air « Welcher Wechsel herrscht in meiner Seele... Traurigkeit ward mir zum Lose » - Konstanze
  • 11. Introduction orchestrale (symphonie concertante) et air de Konstanze « Martern aller Arten »
  • 12. Air « Welche Wonne, welche Lust » - Blondchen
  • 13. Air « Frisch zum Kampfe » - Pedrillo
  • 14. Duo « Vivat Bacchus! Bacchus lebe! » - Pedrillo, Osmin
  • 15. Air « Wenn der Freude Tränen fliessen » - Belmonte
  • 16. Quatuor « Ach Belmonte! Ach, mein Leben » - Konstanze, Belmonte, Blondchen, Pedrillo

Acte III

  • 17. Air « Ich baue ganz auf deine Stärke » - Belmonte
  • 18. Romance « In Mohrenland gefangen war » - Pedrillo
  • 19. Air « Ha! wie will ich triumphieren » - Osmin
  • 20. Récit et duo Welch ein Geschick !... Meinetwegen sollst du sterben ! - Belmonte-Konstanze
  • 21. Vaudeville « Nie werd'ich Deine Huld Verkennen » et chœur des Janissaires "« Bassa Selim lebe lange ! »".

Composition[modifier | modifier le code]

L'opéra résulte d'une commande de l'empereur d'Autriche Joseph II. Il fut créé le 16 juillet 1782[2] au Burgtheater de Vienne. La première fut un succès et établit la réputation de Mozart à Vienne après son départ de Salzbourg. L'opéra répond à un souhait de l'empereur qui voulait faire du Burgtheater un théâtre d'opéra allemand ; les représentations précédentes qui avaient eu du succès étaient des traductions d'œuvres étrangères.

Il s'agit d'un Singspiel ; la plus grande partie de l'action a lieu pendant les dialogues parlés et la musique ne comporte pas de récitatifs et ne contient que les airs et ensembles numérotés.

L'œuvre est légère et écrite pour l'amusement. Elle utilise la mode pour la musique exotique de l'empire ottoman récemment défait militairement. On y trouve de la musique turque avec triangle, cymbales et grand tambour, à l'imitation des fanfares des janissaires utilisées pour stimuler les soldats turcs. Comme beaucoup de comédies de ce temps-là, de nombreux éléments sont empruntés à la Commedia dell'Arte.

Les personnages de l'opéra montrent quelques stéréotypes turcs, surtout Osmin, le sinistre gardien du sérail du Pacha, qui lance ses menaces de sa profonde voix de basse. Le thème principal est pourtant la clémence, thème qui sera repris dans La Clémence de Titus, et le rôle du Pacha est parlé.

La distribution de la création comporte les meilleurs chanteurs de l'époque, capables de surmonter les difficultés vocales présentes dans les airs. Ainsi l'air d'Osmin Wie will ich triumphieren descend deux fois jusqu'au grave et c'est Johann Ignaz Ludwig Fischer qui l'a créé. Constanze a plusieurs airs, dont le fameux Martern aller Arten où elle rejoint les grandes héroïnes de la mythologie et atteint le contre-ré, ainsi que dans son premier air "Ach ich liebte" également très tendu (11 contre-ré); elle a été créée par Katharina Cavalieri au sommet de sa virtuosité.

La complexité de l'écriture a surpris de nombreux contemporains. « Trop de notes, Mozart » aurait dit Joseph II.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. [di ɛntfyrung aɔs dɘm seraj]
  2. a, b, c et d François-René Tranchefort, L'Opéra, Éditions du Seuil,‎ 1983, 634 p. (ISBN 2-02-006574-6), p. 98

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :