Ascanio in Alba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ascanio in Alba, K. 111 est un opéra pastoral en deux actes (feste teatrale in due atti) de Wolfgang Amadeus Mozart, composé sur un livret en italien de l'abbé Giuseppe Parini.

La création eut lieu le 17 octobre 1771 au Teatro Regio Ducal de Milan.

Personnages[modifier | modifier le code]

Rôle Tessiture
Venere (Vénus) Soprano
Ascanio, son petit-fils, descendant d'Énée castrat soprano
Silvia, une nymphe, descendante d'Hercule Soprano
Aceste, un prêtre de Vénus Ténor
Fauno, un berger castrat soprano
Bergers et Bergères, Peuple Chœur

Argument[modifier | modifier le code]

Acte I[modifier | modifier le code]

La scène d’ouverture montre Vénus et Ascanio, le fils d’Enée. La déesse vante les charmes d’Alba et invite son fils à y aller et à y régner. Elle le presse de ne pas révéler son identité à Silvia, une nymphe avec qui il est fiancé, mais de se présenter à elle sous une fausse identité pour tester sa vertu. Pendant que les bergers appellent le souverain qu’on leur a promis, Fauno révèle que le visage souriant d’Aceste, un prêtre, est un signe que le jour sera un jour de grand bonheur. Obéissant à la déesse, Ascanio prétend être un étranger attiré par les beautés de l’endroit. Aceste dit aux bergers que leur vallée va être le site d’une ville magnifique et qu’ils vont avoir un souverain, Ascanio, avant la fin du jour. Il informe aussi Silvia qu’elle sera l’épouse d’Ascanio, mais elle répond qu’elle aime déjà un jeune homme qu’elle a vu dans un rêve. Le prêtre la rassure, disant que le jeune homme de son rêve ne peut être qu’Ascanio. Vénus apparaît alors à Ascanio et lui demande de tester la jeune fille un peu plus longtemps avant de révéler sa vraie identité.

Acte II[modifier | modifier le code]

Ascanio aperçoit Silvia parmi les bergers et essaie de lui parler. La jeune fille reconnait immédiatement le jeune homme de ses rêves. Fauno intervient et suggère à « l’étranger » (Ascanio) qu’il devrait s’en aller et annonce la construction d’Alba par des génies. Convaincue que l’étranger n’est pas Ascanio, Silvia part en courant en déclarant qu’elle n’épousera personne d’autre. Aceste console Silvia, disant que ses tribulations sont sur le point de s’achever. Vénus est invoquée dans un chœur. Silvia et Ascanio ajoutent leurs voix au chœur et la déesse descend sur son char entouré de nuages. Vénus réunit les deux amoureux et explique comment elle a incité son petit-fils à découvrir la vertu de sa fiancée. Aceste prononce un serment de fidélité et loyauté à Vénus, qui se retire alors. Il reste seulement à Ascanio à perpétuer la race d’Enée et à mener la ville d’Alba à la prospérité.

Grands airs[modifier | modifier le code]

  • « Ah di sì nobil » - Ascanio (acte I)
  • « Al chiaror di que' bei rai » - Venus (acte I)
  • « Cara, lontano » - Ascanio (acte I)
  • « Come è felice stato » - Silvia (acte I)
  • « L'ombra de rami tuoi » - Venus (acte I)
  • « Per la gioja in questo seno » - Aceste (acte I)
  • « Se il labbro più no dice » - Fauno (acte I)
  • « Si, ma d'un altro amore » - Silvia (acte I)
  • « Al mio ben mi veggio avanti » - Ascanio (acte II)
  • « Dal tuo gentil sembiante » - Fauno (acte II)
  • « Infelici affetti miei » - Silvia (acte II)
  • « Sento che il cor mi dice » - Aceste (acte II)
  • « Spiega il desio le pinme » - Silvia (acte II)
  • « Torna mia bene » - Ascanio (acte II)

Liens externes[modifier | modifier le code]