José Emilio Amavisca

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
José Amavisca
Amavisca.JPG
José Amavisca
Biographie
Nom José Emilio Amavisca Gárate
Nationalité Espagnole
Naissance 19 juin 1971 (43 ans)
Lieu Laredo (Espagne)
Taille 1,82 m (6 0)
Période pro. 1988-2005
Poste Milieu de terrain latéral gauche
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1988-1989 Drapeau : Espagne SD Laredo  ? (?)
1989-1994 Drapeau : Espagne Real Valladolid 74 (15)
1991-1992 Drapeau : Espagne UE Lleida 37 (14)
1994-1998 Drapeau : Espagne Real Madrid 113 (13)
1999-2001 Drapeau : Espagne Racing Santander 84 (10)
2001-2004 Drapeau : Espagne Deportivo La Corogne 51 (3)
2004-2005 Drapeau : Espagne Espanyol Barcelone 22 (2)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
1994-1997 Drapeau : Espagne Équipe d'Espagne 15 (1)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.
Dernière mise à jour : 14 mars 2009

José Emilio Amavisca Gárate (né le 19 juin 1971 à Laredo, dans la Communauté autonome de Cantabrie), est un footballeur espagnol.

International à 15 reprises, il évolue majoritairement comme milieu de terrain latéral gauche. Il a effectué l'intégralité de sa carrière sportive en Espagne et il est surtout connu pour sa période madrilène au sein du Real.

Biographie[modifier | modifier le code]

À l'âge de 17 ans, il signe son 1er contrat avec la Sociedad Deportiva Laredo, club de sa ville natale évoluant, lors de la saison 1987-1988, en Segunda División B. Classé 17e, le club est relégué en Tercera División et José Emilio Amavisca est l'un des artisans de l'obtention du titre 1988-1989 de ce championnat par la SD Laredo, qui retrouve, après une seule saison dans la division inférieure, la Segunda División B.

José Emilio Amavisca quitte la SD Laredo à la fin de la saison 1988-1989 et intègre l'effectif du Real Valladolid. Il effectue ses débuts en Primera División au Stade Balaídos, avec son nouveau club, lors de la rencontre l'opposant au Celta Vigo, qui s'est soldée par un résultat nul 0-0.

Le club castillan-leónais le prête pour la saison 1991-1992 à l'UE Lleida où il joue 37 rencontres et inscrit 14 buts. À la fin de cette excellente saison, il retourne à Valladolid, club qu'il quitte en 1994 après son engagement par le Real Madrid.

Pièce maîtresse de l'équipe entraînée par le nouvel arrivant Jorge Valdano, au même titre, entre autres, qu'Iván Zamorano, Michael Laudrup, Raúl González, José Emilio Amavisca permet aux Merengues de conquérir le titre national 1994-1995, titre qui leur échappait depuis quatre saisons. Les saisons suivantes, il est régulièrement titularisé et il remporte 2 Supercoupes, 1 Coupe intercontinentale et, tout particulièrement, la Ligue des champions 1997-1998.

En janvier 1999, consécutivement à l'arrivée de Guus Hiddink comme entraîneur du Real, il préfère quitter Madrid et choisit de venir rejouer dans sa région natale, au Racing Santander. Élément clé sur le côté gauche de l'attaque du club cantabre, il n'évite cependant pas, malgré ses 7 buts, la relégation du Racing Santander à la fin de la saison 2000-2001.

Il rejoint alors les rangs du Deportivo La Corogne et, lors de sa 1re année, est titularisé à 28 reprises, avec 3 réalisations à son actif, est vice-champion d'Espagne et remporte la Coupe et la Supercoupe. Cependant, lors des 2 saisons suivantes, en concurrence avec Javier Irureta Fran et le nouveau recruté, Albert Luque, l'entraîneur Javier Irureta fait moins appel à ses services.

Il quitte le club galicien et signe avec l'Espanyol Barcelone et décide de mettre fin à sa carrière sportive à la fin de la saison 2004-2005.

Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Sélectionné par Vicente Miera, José Emilio Amavisca fait partie des 20 joueurs appelés à disputer le tournoi de football des Jeux olympiques d'été de 1992.

L'équipe d'Espagne arrive en finale du tournoi, après avoir remporté les 5 matchs précédents, opposée à la Pologne. Le 8 août 1992, au Camp Nou et devant 95 000 spectateurs, elle s'impose devant les polonais sur le score de 3 buts à 2 et devient championne olympique. José Emilio Amavisca est l'un des 12 joueurs espagnols de cette finale, entré à la 51e minute pour remplacer Mikel Lasa[1].

Il a auparavant joué le 27 juillet 1992, entré à la 85e minute pour remplacer Rafael Berges, dans la rencontre du 1er tour face à Égypte[2] et le 5 août 1992, lors de la demi-finale face au Ghana, remplacé à la 86e minute par Gabriel Vidal[3].

Carrière internationale[modifier | modifier le code]

José Emilio Amavisca dispute son 1er match international à Limassol, le 7 septembre 1994, lors de la rencontre comptant pour les éliminatoires de l'Euro 1996, opposant Chypre à l'Espagne, conclue par la victoire, 2 à 1, de cette dernière.

Le sélectionneur de l'équipe d'Espagne, Javier Clemente, le retient parmi l'effectif de vingt-deux joueurs appelé à participer à l'Euro 1996. Lors de la phase finale de ce championnat, il joue les 3 matchs du 1er tour ; ainsi, le 9 juin 1996, face à la Bulgarie, il remplace à la 51e minute Julen Guerrero[4], le 15 juin 1996, il joue l'intégralité du match face à la France[5] puis, le 18 juin 1996, face à la Roumanie, il est remplacé à la 72e minute par Julen Guerrero[6]. Il ne participe pas au quart de finale face à Angleterre, perdu aux tirs au but par l'équipe espagnole[7].

Il fait son ultime apparition au sein de la sélection espagnole à Gijón, le 11 octobre 1997, lors de la rencontre du groupe tour préliminaire de la Coupe du monde 1998 opposant l'Espagne aux Îles Féroé.

Consultant sportif[modifier | modifier le code]

En janvier 2014, Amavisca devient consultant pour la chaîne de radio publique RNE.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Distinction personnelle[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Compte-rendu de la rencontre Pologne-Espagne, sur le site fifa.com
  2. Compte-rendu de la rencontre Espagne-Égypte, sur le site fifa.com
  3. Compte-rendu de la rencontre Espagne-Ghana, sur le site fifa.com
  4. (en) Bulgaria grap a point, sur le site uefa.com
  5. (en) Caminero strike rescues Spain, sur le site uefa.com
  6. (en) Amor delivers Spanish victory, sur le site uefa.com
  7. (en) Penalty pain for Spain, sur le site uefa.com

Liens externes[modifier | modifier le code]