Conseil général de la Corrèze

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Conseil général de la Corrèze

{{{alternative textuelle}}}
upright={{{dimension}}}
Situation
Pays France
Région Limousin
Département Corrèze
Siège Tulle
Exécutif
Président Gérard Bonnet (PS)



Groupes politiques
20 / 37

Jacques Descargues
  •      UMP
17 / 37

Jean-Pierre Dupont
Budget
Budget total 322,9 M€
Budget d'investissement 40,35 M€
Budget de fonctionnement 257,25 M€
Site internet http://www.correze.fr/

Le conseil général de la Corrèze est l'assemblée délibérante du département français de la Corrèze, collectivité territoriale décentralisée. Son siège se trouve à Tulle.

Le président[modifier | modifier le code]

Le président du conseil général de la Corrèze est Gérard Bonnet (PS) depuis le . Il succède à François Hollande, élu président de la République le 6 mai 2012.

Présidence[modifier | modifier le code]

Liste des présidents du Conseil général de Corrèze sous la Ve Republique
Période Identité Étiquette Qualité
1958 1970 Élie Rouby SFIO  
1970 1979 Jacques Chirac UDR puis RPR  
1979 1982 Georges Debat Divers droite  
1982 1985 Armand Boucheteil PCF  
1985 1992 Charles Ceyrac RPR  
1992 2008 Jean-Pierre Dupont RPR puis UMP  
2008 2012 François Hollande PS  
2012   Gérard Bonnet PS  

Les vice-présidents[modifier | modifier le code]

Exécutif socialistes, communistes et divers gauche actuel, après la démission en 2012 de François Hollande à la suite de l'élection présidentielle[1] :

  • Bernard Combes, premier vice-président
  • Jacques Descargues, 2e vice-président
  • Noël Martinie, 3e vice-président
  • Alain Vacher, 4e vice-président
  • Robert Pénalva, 5e vice-président
  • Dominique Grador, 6e vice-président
  • Pierre Coutaud, 7e vice-président
  • Jean-Claude Peyramard, 8e vice-président
  • Michel Da Cunha, 9e vice-président
  • Alain Ballay, 10e vice-président
  • Jean-Claude Chauvignat, 11e vice-président

Exécutif socialistes, communistes et divers gauche, après le renouvellement de 2011[2] :

  • Gérard Bonnet, premier vice-président
  • Sophie Dessus, 2e vice-président
  • Noël Martinie, 3e vice-président
  • Alain Vacher, 4e vice-président
  • Robert Pénalva, 5e vice-président
  • Dominique Grador, 6e vice-président
  • Pierre Coutaud, 7e vice-président
  • Jacques Descargues, 8e vice-président
  • Jean-Claude Peyramard, 9e vice-président
  • Bernard Combes, 10e vice-président

Exécutif socialistes, communistes et divers gauche, après le renouvellement de 2008 :

  • René Teulade, premier vice-président
  • Martine Leclerc, 2e vice-présidente
  • Noël Martinie, 3e vice-président
  • Alain Vacher, 4e vice-président
  • Sophie Dessus, 5e vice-président
  • Gérard Bonnet, 6e vice-président
  • Robert Penalva, 7e vice-président

Ancien exécutif UMP avant 2008 :

  • Georges Mouly (UMP), premier vice-président délégué aux affaires générales
  • Daniel Chasseing (UMP), 2e vice-président délégué aux affaires sociales
  • Jean-Pierre Decaie (UMP), 3e vice-président délégué au développement local, au logement et au tourisme
  • Claude Nougein (UMP), 4e vice-président délégué au développement économique et au budget
  • Georges Pérol (UMP), 5e vice-président délégué à l'environnement, au parc national régional et aux prospectives
  • Frédéric Soulier (UMP), 6e vice-président délégué aux infrastructures et aux communications

Les conseillers généraux[modifier | modifier le code]

Le Conseil général de la Corrèze comprend 37 conseillers généraux issus des 37 cantons de la Corrèze.

Parti Sigle Elus
Majorité (20 sièges)
Parti communiste français PCF 4
Parti socialiste PS 13
Divers gauche DVG 3
Opposition (17 sièges)
Union pour un mouvement populaire UMP 17
Président du Conseil général
Gérard Bonnet (PS)

Budget[modifier | modifier le code]

Endettement[modifier | modifier le code]

À fin 2003, l’encours de la dette du conseil général de la Corrèze était de 77,6 millions d’euros. À fin 2008, cet endettement s’élevait à 289,9 millions d’euros[3].

À fin 2010, l'endettement du département est de 345,6 millions d'euros[4], ce qui en fait la collectivité départementale la plus endettée de France[5].

À fin 2011, l'endettement devrait atteindre 363 millions d'euros, malgré une dotation exceptionnelle de l'État de 11,5 millions d'euros[6].

Endettement du département de la Corrèze[3]
2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009[7] 2010[8] 2011[9]
Emprunts (M€) 34,9 36,5 52,0 62,2 72,0 47,0
Encours (M€) 77,6 106,0 148,0 199,3 258,2 289,9 333,0 345,6 363
Évolution de l'encours - +36,6 % +39,6 % +34,7 % +29,6 % +12,3 % +14,9 % +3,8 % +5,0 %
Moyenne par habitant (€) 333 456 625 841 1 087 1 206 1 329 1 374
Moyenne par strate (€) 418 433 443 448 502 557

Personnel[modifier | modifier le code]

Au 1er janvier 2008, le conseil général de la Corrèze employait 1 174 personnes[3], au 1er janvier 2012 celui-ci emploie 1 301 personnes[réf. nécessaire].

Logotypes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF]Corrèze Magazine n°100 - Mai-Juin 2012
  2. [PDF]Corrèze Magazine n°89 - avril 2011
  3. a, b et c « Rapport d'observations définitives sur la gestion du département de la Corrèze », sur le site de la Cour des comptes, Chambre régionale des comptes du Limousin,‎ 5 octobre 2010 [PDF]
  4. « Cure d'austérité pour la Corrèze », sur le site du Figaro,‎ 3 décembre 2011
  5. J.-C. Dupuy/Andia, « "Non, la Corrèze n'est pas la Grèce" », sur le site de L'Express,‎ 30 janvier 2012
  6. « Qui est responsable de l'endettement record de la Corrèze ? », sur le site de l'Expansion/l'Express,‎ 26 avril 2012
  7. « Les budgets primitifs des départements 2010 », sur le site de la Direction générale des collectivités locales,‎ novembre 2010 [PDF]
  8. « Les budgets primitifs des départements 2011 », sur le site de la Direction générale des collectivités locales,‎ septembre 2011 [PDF]
  9. « Qui est responsable de l'endettement record de la Corrèze? », sur le site de l'Expansion/l'Express,‎ 26 avril 2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]