Coigneux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Coigneux
La Mairie.
La Mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Arrondissement d'Amiens
Canton Canton d'Acheux-en-Amiénois
Intercommunalité Communauté de communes du Pays du Coquelicot
Maire
Mandat
Maurice Deruit
2014-2020
Code postal 80560
Code commune 80201
Démographie
Population
municipale
49 hab. (2011)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 07′ 50″ N 2° 33′ 09″ E / 50.1306, 2.552550° 07′ 50″ Nord 2° 33′ 09″ Est / 50.1306, 2.5525  
Altitude Min. 100 m – Max. 150 m
Superficie 2,88 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Coigneux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Coigneux

Coigneux (Cognu en Picard) est une commune française, située dans le département de la Somme en région Picardie, au bord de l'Authie.

Géographie[modifier | modifier le code]

L’Authie prend aujourd'hui sa source à Coigneux au lieu-dit la "Fontaine du Rossignol". Cette source primaire est le plus souvent tarie à cause, notamment, d’un prélèvement d’eau excessif dans la nappe phréatique. L’Authie est heureusement alimentée en aval à Couin par d'autres sources secondaires. L'eau sourd à travers un petit muret aménagé d'où trois rigoles alimentent un petit cours d'eau qui prend le nom d'Authie, lequel se jette dans la Manche après un périple de 103 km.

Histoire[modifier | modifier le code]

Autrefois du pays des Atrébates, Coigneux est d'origine très ancienne : on y a trouvé des haches et des pointes de flèches en silex[1].

À l'époque féodale, il y avait au Rossignol, un château dont les souterrains étaient encore visibles en 1899[1].

Bois-Bataille, Montagne des meurtris, Bois brûlé sont des lieudits qui attestent des combats nombreux qu'eut à subir la localité au cours des affrontements liés à la proximité de l'Artois, occupé par les Espagnols[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Deux hypothèses sont fournies pour l'origine du nom du village :

- Given, mot celtique signifiant blanc, allusion aux côtes marneuses et leurs crêtes blanches ;

- Cavinum, cavum, en référence à la vallée profonde creusée par l'Authie[1].

Sont trouvés : Coignuel (1223), Coegnel (1227), Congnuel (1301), Cagnœulle (1579), Caignœulle (1649), Coigneux (1710)[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Jacques Ponce    
mars 2008[2] en cours
(au 6 mai 2014)
Maurice Deruit   Réélu pour le mandat 2014-2020 [3]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 49 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
235 153 198 197 203 226 193 185 208
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
165 181 190 172 172 177 179 173 186
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
193 141 138 129 129 117 111 102 94
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
91 86 71 64 56 50 47 46 49
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église, placée sous le vocable de Saint Géry, a été rebâtie en 1774 sous la forme d'un vaisseau unique avec une abside à trois pans. En juillet 1916, l'explosion d'un dépôt de munitions disposé tout proche souffle l'édifice ainsi que les bâtiments de l'école-mairie. Les trois édifices sont rebâtis après guerre sur le même emplacement. Le plan adopté pour l'église est rectangulaire, le bâtiment est en briques, un mur-chevet plat porte trois baies cintrées. La restauration est achevée définitivement en 1956 par la pose de vitraux financés par de fidèles donateurs du village.

À la limite des communes de Coigneux et Couin se trouve un tilleul remarquable planté là dans les années 1660 par Henri de la Tour d’Auvergne, vicomte de Turenne et maréchal de France. Par la suite, une statuette représentant Notre-Dame de Consolation fut placée dans une niche naturelle de l’arbre. La coutume locale voulait que la population s’y rende en procession. Les cortèges funèbres se dirigeant vers le cimetière s’y arrêtaient sous les chants des membres du clergé.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Notice géographique et historique réalisée par l'instituteur, M. Godard, 1899, Archives départementales de la Somme, Amiens
  2. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr,‎ 9 juin 2008 (consulté le 18 juillet 2008)
  3. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme,‎ 6 mai 2014 (consulté le 9 juin 2014)
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :