Communauté de communes du Pays du Coquelicot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Communauté de communes
du Pays du Coquelicot
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Siège Albert
Communes 62 (67 en 2 013)
Président M. Stéphane Demilly
Budget 9 776 224 € en 2 006 
Date de création 26 décembre 2001
Démographie
Population 28 249 hab. (2008)
Densité 58 hab./km2
Géographie
Superficie 488 km2
Liens
Site web Site officiel

La communauté de communes du Pays du Coquelicot est une structure intercommunale française, située dans l'est du département de la Somme.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette communauté de communes s'appelait Communauté de communes de la région d'Albert - Acheux en Amiénois et Bray-sur-Somme avant l'intervention de l'arrêté préfectoral du 29 octobre 2004[1]. Le nouveau nom rappelle que le territoire de la Communauté se trouve au cœur du territoire de la Bataille de la Somme de 1916.

Le territoire communautaire[modifier | modifier le code]

Le territoire couvre 488 km2 pour 28 249 habitants en 2008[2]

Composition[modifier | modifier le code]

Cette communauté de communes est composée des communes suivantes :

  1. Acheux-en-Amiénois
  2. Albert
  3. Arquèves
  4. Auchonvillers
  5. Authie
  6. Authuille
  7. Aveluy
  8. Bayencourt
  9. Bazentin
  10. Beaucourt-sur-l'Ancre
  11. Beaumont-Hamel
  12. Bécordel-Bécourt
  13. Bertrancourt
  14. Bouzincourt
  15. Bray-sur-Somme
  16. Buire-sur-l'Ancre
  17. Bus-lès-Artois
  18. Cappy
  19. Carnoy (au 1er janvier 2013)[3]
  20. Chuignolles
  21. Coigneux
  22. Colincamps
  23. Contalmaison
  24. Courcelette
  25. Courcelles-au-Bois
  26. Curlu (au 1er janvier 2013)[3]
  27. Dernancourt
  28. Éclusier-Vaux
  29. Englebelmer
  30. Étinehem
  31. Forceville
  32. Fricourt
  33. Frise
  34. Grandcourt
  35. Harponville
  36. Hédauville
  37. Hérissart
  38. Irles
  39. La Neuville-lès-Bray (adhésion au 1/1/2008)
  40. Laviéville
  41. Léalvillers
  42. Louvencourt
  43. Mailly-Maillet
  44. Mametz
  45. Maricourt (au 1er janvier 2013)[3]
  46. Marieux
  47. Méaulte
  48. Méricourt-sur-Somme
  49. Mesnil-Martinsart
  50. Millencourt
  51. Miraumont
  52. Montauban-de-Picardie (au 1er janvier 2013)[3]
  53. Morlancourt
  54. Ovillers-la-Boisselle
    château de Suzanne
  55. Pozières
  56. Puchevillers
  57. Pys
  58. Raincheval
  59. Thiepval
  60. Saint-Léger-lès-Authie
  61. Senlis-le-Sec
  62. Suzanne (au 1er janvier 2013)[3]
  63. Thièvres
  64. Toutencourt
  65. Varennes-en-Croix
  66. Vauchelles-lès-Authie
  67. Ville-sur-Ancre

Enjeux du territoire communautaire[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Siège[modifier | modifier le code]

La communauté a emménagé en 2008 dans son nouveau siège, constitué par les locaux construit en 1947 et 1971 pour la coopérative La Solidaire et ont été réhabilités à cette occasion. Ils sont situés 6 rue Émile Zola, 80300 ALBERT.
Tel : 03.22.64.10.30

Les élus[modifier | modifier le code]

La communauté est administrée par 192 délégés (titulaires et suppléants) élus en leur sein par les conseils municipaux des communes qui la composent.

Son président, pour le mandat 2001-2008, est Stéphane Demilly, Maire d'Albert.

Les compétences[modifier | modifier le code]

Les communes membres ont délégué à la Communauté les responsabilités suivantes :

  • Aménagement de l'espace
    • Mise en place du SCoT et toute étude globale d'intérêt communautaire.
    • Mise en place de Zone d'aménagement concerté
    • Accompagnement des Communes dans l'élaboration de leurs documents d'urbanisme.
  • Développement économique
    • Animation économique et aménagement du territoire
    • Études, programmation, acquisitions foncières et création de la plate-forme aéro-industrielle de Haute Picardie et d'un espace économique à proximité de Méaulte.
    • Acquisition foncière, aménagement et gestion des zones d'intérêt communautaire de plus d'1 hectare.
  • Protection de l'environnement
    • Études concernant l'assainissement : Schémas directeurs
    • Études permettant la recherche d'eau.
    • Études concernant la lutte contre les inondations
    • Collecte, traitement et valorisation des déchets des ménages
  • Logement et cadre de vie
    • Études et actions d'animations auprès des habitants, de type OPAH
    • Permanences d'information auprès des propriétaires et locataires, notamment avec l'ADIL (Association Départementale d'Information sur le Logement).
    • Programme local de l'habitat
  • Voirie
    • Création ou aménagement et entretien de la voirie du domaine public dite "intercommunale" définie à partir de critères notamment : Circuit scolaire - Zone d'activités d'intérêt communautaire - Voie touristique - Autre voie structurante[4]
    • Déneigement de la voirie
  • Jeunesse
    • Financement de la mission locale
    • Ateliers ados pendant les petites vacances.
    • Centre de loisirs sans hébergement ou centres d'animation jeunesse
  • Culture & Communication
  • Transports
    • Transport collectif à la demande
  • Tourisme de Loisirs
    • Écoles de pêche
    • Promotion touristique et accueil des visiteurs.
    • Entretien des circuits de randonnées labellisés par le Département
  • Rôle de Conseil auprès des communes

Budget et fiscalité[modifier | modifier le code]

La Communauté est financée par :

  • la Taxe professionnelle unique (au taux de 10,29 % en 2006) qui se substitue aux taxes professionnelles antérieurement perçues par les communes.
  • la Taxe d'enlèvement des ordures ménagères (TEOM) qui finance spécifiquement ce service

Réalisations et projets[modifier | modifier le code]

Développement économique[modifier | modifier le code]

  • la plate-forme aéro-industrielle réalisée dans le cadre d'un syndicat mixte avec le Département de la Somme. Ce projet de 40 millions d'euros est financé par l'Union Européenne (22,5 %), la Région Picardie (30 %), le Département (30 %), Airbus (11,25 %) et la Communauté de Communes (6,25 %). À ce titre, la communauté versera en 2008 468.000 €.
  • Le parc d'activité Henry-Potez à Albert
  • Le projet de ZAC du Coquelicot située à Méaulte et Bécordel-Bécourt, entre Airbus et l'Aéroport Albert-Picardie

Zone de développement de l'éolien (ZDE[modifier | modifier le code]

Le Conseil communautaire du 12 novembre 2007 a approuvé un projet de ZDE portant sur 19 communes, principalement situées au nord du territoire communautaire, qui pourraient donc accueillir des éoliennes, si le Préfet approuve le dossier.

Habitat[modifier | modifier le code]

La communauté a mené une OPAH de 2005à 2008 qui a permis d'améliorer 371 logements sur 54 des communes de la Communauté. 46 logements vacants ont été remis sur le marché[5]. Compte tenu de ces résultats, une nouvelle OPAH sera lancée en 2008 pour 3 ans.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références
  1. SOURCE Arrêté préfectoral approuvant une modification statutaire du 29 octobre 2004 (page 21 du document)
  2. Communauté de Communes du Pays du Coquelicot, « Portail de la Communauté de Communes du Pays du Coquelicot - Les Communes »,‎ déc 2012 (consulté le 8 décembre 2013)
  3. a, b, c, d et e CC du Pays du Coquelicot, « Le Mag' du Pays du Coquelicot N°22 novembre 2012 »,‎ nov 2012 (consulté le 8 décembre 2012)
  4. NOTA : La liste de la voirie dite "intercommunale" d'intérêt communautaire est annexée à l'arrêté préfectoral approuvant les statuts.
  5. Chiffres arrêtés au 30 juin 2007, publiés dans le Magazine du Pays du Coquelicot N°12 de janvier 2008.